Tu es làSkip Navigation Links > Accueil > Au sujet du ministre > Plans publiés et rapports annuels > Plan Publié 2015-2016 > Fournir un accès

Fournir un accès à des soutiens et à des services de qualité aux enfants ayant des besoins particuliers et à leur famille

Santé mentale des enfants et des jeunes

Les services de santé mentale aux enfants et aux jeunes sont actuellement offerts par plus de 260 organismes de santé mentale, 17 programmes de consultation externe en milieu hospitalier et un établissement de santé mentale exploité directement par le ministère. Des services de soutien clinique sur place sont également offerts dans six établissements exploités directement de garde et de détention en milieu fermé pour les jeunes et par plusieurs organismes de services polyvalents intervenant auprès des enfants et des jeunes qui ont des besoins multiples (services de justice et de santé mentale, par exemple).

Dans le cadre de la Stratégie ontarienne de santé mentale et de lutte contre les dépendances, le ministère continuera d’établir un système qui répond aux besoins des enfants et des jeunes, au moment opportun, et aussi près de leur domicile que possible. Cette stratégie a pour objectif d’améliorer la santé mentale et le bien-être de toute la population ontarienne. Le ministère établit des services de santé mentale et de lutte contre les dépendances plus coordonnés, adaptés et centrés sur la clientèle dans toute la province.

Le Plan de prévention du suicide chez les jeunes de l’Ontario a été lancé en 2013-2014 dans le cadre de la Stratégie de santé mentale et de lutte contre les dépendances. En 2014-2015, deuxième année du plan triennal, les travaux se sont poursuivis pour tirer profit de la dynamique instaurée au cours de la première année par :

  • la mobilisation communautaire, qui comprend :
    • des mesures de soutien communautaire à l'endroit de 34 collectivités à l'échelle de la province, de sorte que les efforts d'amélioration de la capacité soient maintenus et les efforts locaux de prévention du suicide chez les jeunes, renforcés,
    • des mesures de soutien ciblant spécifiquement les organismes qui œuvrent auprès des Premières Nations, des Métis, des Inuits et des Autochtones vivant en milieu urbain afin de reconnaître les besoins uniques de ces communautés sur les plans culturel et organisationnel,
    • des améliorations au guide / à la trousse d'outils Web Vivons, ensemble lancé en 2013-2014;
  • la mise en œuvre, par l'intermédiaire du Centre d'excellence de l'Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents, de soutiens en encadrement pour appuyer la mobilisation communautaire;
  • six forums de mobilisation provinciaux élaborés et mis en œuvre par le Centre d'excellence de l'Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents, qui ont eu lieu en mars 2015 et un forum axé sur les Autochtones, organisé à Thunder Bay le 31 mars.

La démarche pour la troisième année est échafaudée à partir de la rétroaction obtenue dans le cadre des activités communautaires et des commentaires formulés par les fournisseurs de services et partenaires intersectoriels, les partenaires des Premières Nations et le Centre d’excellence de l’Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents.

Tirant parti de la Stratégie de santé mentale et de lutte contre les dépendances, le plan Pour l'avancement de la santé mentale : un système adapté aux besoins des enfants et des jeunes constitue la prochaine étape pour transformer le système de santé mentale des enfants et des jeunes.

Pour l’avancement de la santé mentale transforme l’expérience des enfants et des jeunes ayant des problèmes de santé mentale et leur famille afin que, quel que soit leur lieu de résidence en Ontario, ils soient informés des services de santé mentale qui existent dans leur collectivité et de la manière d’accéder aux services et aux mesures de soutien dont ils ont besoin. Cette transformation comprend l'établissement d'organismes directeurs dans toutes les collectivités de l'Ontario; ces organismes seront responsables de la planification et de la prestation des services, ainsi que de déterminer quels sont les services essentiels. En janvier 2014, le ministère a défini 33 zones de services pour la prestation des services de santé mentale aux enfants et aux jeunes, et il a amorcé le processus de désignation de la première série d’organismes directeurs. Quatorze de ces organismes ont été annoncés en août 2014, et deux autres en février 2015. En mars de la même année, le ministère a commencé à désigner des organismes directeurs dans les zones de services restantes.

Le Centre d’excellence de l’Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents continuera d’améliorer la qualité et l’efficacité des services en faisant la promotion de pratiques fondées sur les résultats auprès des fournisseurs de services de première ligne et en assurant le transfert de connaissances.

En 2015-2016, le ministère investira 509,7 millions de dollars dans le secteur de la santé mentale des enfants et des jeunes.

Services et soutien aux enfants et aux jeunes atteints de troubles du spectre autistique

Le ministère fournit des services dans le cadre du Programme d’intervention en autisme (PIA), notamment des services d’intervention comportementale intensive (ICI), des mesures de soutien aux familles et aux enfants et du soutien de transition aux enfants atteints de troubles du spectre autistique (TSA) diagnostiqués comme étant particulièrement graves.

En 2015-2016, environ 9 400 enfants et jeunes continueront de bénéficier de la gamme de services d’analyse comportementale appliquée (ACA) et de mesures de soutien connexes. Les services d’ACA aident les jeunes atteints de TSA à gagner en autonomie, à améliorer leur capacité à communiquer et à renforcer leurs aptitudes sociales, affectives et à la vie quotidienne.

On continuera d’offrir de la formation et des ressources aux parents afin qu’ils puissent intégrer des stratégies à leurs activités quotidiennes à la maison et aider leur enfant à améliorer les aptitudes acquises à l’école ou dans d’autres programmes. Ces mesures aident les parents à répondre aux besoins de leurs enfants, tout en renforçant leurs propres compétences.

En 2015-2016, le ministère continuera également :

  • de financer le programme Potentiel (anciennement connu sous le nom Réalisons le potentiel de la communauté). Ce programme aide à réduire le stress que vivent les familles en offrant des mesures de soutien comme des occasions de réseautage entre parents, de la formation et l’accès à des experts et des ressources dans le domaine des TSA;
  • d’offrir du financement pour aider les enfants et les jeunes atteints d’autisme à participer à des programmes du congé de mars et de l’été, où les enfants aiment rencontrer de nouveaux amis, apprendre de nouvelles compétences et participer à diverses activités comme la natation, l’artisanat, les quilles, le patinage et la musique;
  • de fournir du financement pour le Programme de subventions aux professionnels (PSP), qui offre le remboursement de frais de scolarité aux membres du personnel actuellement à l’emploi du PIA et des services et soutiens basés sur l’ACA pour le perfectionnement professionnel dans le cadre de programmes d’études admissibles en échange d’un emploi continu;
  • de fournir du financement pour le Programme de soutien en milieu scolaire afin d’aider les éducatrices et éducateurs du système d’éducation financé par des fonds publics à répondre aux besoins éducatifs des élèves atteints de TSA;
  • d’aider, dans le cadre de l’initiative Connexions pour les élèves, les enfants qui quittent le PIA pour commencer ou poursuivre leur scolarité dans une école financée par des fonds publics;
  • de financer des services de relève pour les familles ayant soin d’un enfant atteint d’autisme;
  • de permettre aux familles, au moyen du mécanisme d’examen indépendant (MEI), de demander l’examen indépendant de décisions touchant l’admissibilité de leur enfant à des services d’ICI offerts dans le cadre du PIA, ou l’annulation de ces services.

Le Comité d’experts cliniciens en matière de TSA continuera de conseiller le ministère sur les recherches récentes fondées sur des données probantes afin de guider l’élaboration de politiques et de programmes.

En avril 2014, le ministère a publié une trousse de ressources destinée aux familles ayant des enfants et des jeunes atteints de TSA. Cette trousse offre de l’information, des outils et des ressources utiles à la suite d’un diagnostic de TSA. En 2015-2016, le ministère continuera d'en faire la promotion.

En 2015-2016, le ministère investira 195,1 millions de dollars dans les services aux enfants et aux jeunes atteints de TSA.

Services de traitement et de réadaptation pour enfants

Le ministère continuera de financer les centres de traitement pour enfants qui fournissent des services de réadaptation de base, comme la physiothérapie, l’ergothérapie et l’orthophonie, aux enfants et aux jeunes de 19 ans et moins ayant un handicap physique ou un handicap de développement, une maladie chronique ou des troubles de la communication. Il peut s’agir de paralysie cérébrale, de traumatismes crâniens, d’un handicap de développement ou de troubles d’apprentissage, du syndrome de Down, du spina-bifida, de TSA ou du trouble envahissant du développement.

Selon les besoins et les fournisseurs de services présents dans chaque collectivité, les centres offrent une variété d’autres services et cliniques, y compris un soutien aux enfants et aux jeunes atteints de TSA, des services d’orthophonie pour les enfants d’âge préscolaire, des services de soutien de la santé en milieu scolaire et des programmes de relève ou de développement.

Vingt des 21 centres de traitement pour enfants de l’Ontario sont financés par le ministère des Services à l’enfance et à la jeunesse. Comme il fournit des services aux hospitalisés, l’Hôpital de réadaptation pour enfants Holland Bloorview est financé par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée.

Le ministère continuera de financer les services de relève pour les familles ayant des enfants dont la santé est fragile, ou qui dépendent de moyens technologiques, ou encore qui ont des handicaps physiques ou de développement. Les services sont offerts à domicile ou à l’extérieur, dans un foyer de groupe, par exemple.

En 2013-2014, les centres de traitement pour enfants ont servi plus de 70 000 enfants et jeunes ayant des besoins particuliers. Le Budget de 2014 a engagé cinq millions de dollars supplémentaires pour le financement annuel d’investissements dans les centres de traitement pour enfants. Ces fonds servent à réduire les listes d’attente pour les services de réadaptation de base et à améliorer le mode d’accès par les familles d’enfants et de jeunes ayant des besoins particuliers aux services dont ceux-ci ont besoin, aussi près de chez eux que possible.

En 2015-2016, le ministère investira 118,9 millions de dollars dans les services de traitement et de réadaptation pour enfants, notamment les services de relève.

Stratégie pour les services en matière de besoins particuliers

En collaboration avec les ministères des Services sociaux et communautaires, de l’Éducation et de la Santé et des Soins de longue durée, le ministère a lancé en février 2014 une Stratégie pour les services en matière de besoins particuliers établissant des étapes pour améliorer les services à l’intention des enfants et des jeunes ayant des besoins particuliers et de leur famille.

En 2015-2016, les organismes œuvrant auprès des enfants et les autres fournisseurs de services, y compris les fournisseurs de services de santé et les conseils scolaires de district, dans les 34 zones de prestation de services en matière de besoins particuliers achèveront l'élaboration des propositions pour la mise en œuvre d'une planification coordonnée des services et la prestation intégrée des services de réadaptation. Au cours de ce même exercice, le ministère continuera de travailler avec des partenaires à la réalisation de la vision.

Dépister les enfants ayant des besoins particuliers de façon plus précoce et leur offrir plus tôt les services dont ils ont besoin

Un nouveau processus de dépistage du développement des enfants d'âge préscolaire aidera les familles, les autres personnes qui prennent soin des enfants ainsi que les professionnels de ce secteur à détecter les signes précurseurs ou risques de retard de développement chez les enfants, de la naissance à l'âge de 6 ans.

Rendre la prestation des soutiens et des services plus homogène

Des améliorations seront apportées pour rendre les services de réadaptation, y compris l'orthophonie, l'ergothérapie et la physiothérapie, plus accessibles et homogènes, dès la naissance et pendant toute la scolarité.

Planification coordonnée des services

Un nouveau processus à l’intention des enfants et des jeunes ayant des besoins particuliers complexes ou multiples permettra aux familles de compter sur un partenaire de confiance qui les aidera à s’adresser aux bons services et soutiens, sans avoir à reprendre à chaque fois les mêmes explications.

La planification coordonnée des services se composera de trois éléments clés, soit :

  • un seul organisme de coordination dans chacune des 34 zones de prestation de services en matière de besoins particuliers, par l'intermédiaire duquel les familles pourront accéder à une planification coordonnée pour un éventail de services de divers secteurs;
  • des coordonnateurs de la planification de services attitrés, par l'intermédiaire de chacun des organismes de coordination, qui dirigeront la planification coordonnée des services pour les familles d'enfants et de jeunes ayant des besoins particuliers multiples ou complexes en travaillant avec les secteurs des services à l'enfance, de la santé et de l'éducation;
  • un plan de service coordonné pour chaque enfant/jeune, qui tient compte de tous les objectifs de ce dernier, de toutes ses forces, de tous ses besoins, ainsi que de tous les services qu'il reçoit et recevra.

La planification coordonnée des services cible essentiellement les familles d'enfants et de jeunes ayant des besoins particuliers multiples ou complexes (de la naissance à la sortie de l'école) à qui le soutien supplémentaire qu'elle procure s'avérerait profitable étant donné l'ampleur et la nature intersectorielle des besoins de leurs enfants en matière de service ou les difficultés potentielles posées par des facteurs externes (autres que les besoins de l'enfant) dans la coordination des services.

En 2015-2016, le ministère investira 3,0 millions de dollars dans la planification coordonnée des services.

Besoins particuliers complexes

Dans le cadre du financement alloué pour les besoins particuliers complexes, le ministère continuera de financer des soutiens spécialisés de durée limitée aux enfants et aux jeunes ayant des besoins complexes lorsque les ressources et les services locaux et régionaux existants ne sont pas en mesure de répondre à leurs besoins immédiats en matière de santé et de sécurité.

Parmi les enfants et les jeunes qui bénéficient de soutiens liés dans le cadre du financement alloué pour des besoins particuliers complexes, on compte :

  • ceux qui ont plusieurs besoins particuliers nécessitant des approches de services intégrés et intersectoriels (p. ex., la santé, l’éducation et les services sociaux) dont les services sont en règle générale offerts en divers endroits;
  • ceux qui ont des besoins liés à une variété de conditions (p. ex., handicap physique, déficience intellectuelle, troubles émotionnels, handicap de développement, maladie chronique, grave ou en phase terminale), y compris ceux dont la santé est fragile ou dépend de moyens technologiques;
  • ceux qui ont besoin de services et de mesures de soutien spécialisés pour participer aux activités de la vie quotidienne, à long terme, sur une base continue ou intermittente.

En 2015-2016, le ministère investira 95 millions de dollars dans les besoins particuliers complexes.

Le ministère prend des mesures pour renforcer la gestion du financement alloué aux jeunes ayant des besoins particuliers et la transparence et la responsabilisation dans l'allocation de ce financement. Il instaurera des lignes directrices provinciales et désignera jusqu'à sept organismes pour gérer la résolution des services et le financement alloué pour les besoins particuliers complexes et en assumer la responsabilité.