Tu es làSkip Navigation Links > Accueil > Professionnels > Bien-être de l'enfance > Services en établissement > Parce que ce sont les jeunes qui comptent > Géographies et contextes particuliers > LGBTBQ

LGBTBQ

Certains jeunes s’identifiant comme LGBTBQ ont confié au Comité que les services en milieu résidentiel de l’Ontario n’étaient pas sûrs pour eux. Ils ont raconté que des aidants s’étaient moqués d’eux et les avaient rejetés (notamment dans des familles d’accueil), qu’ils avaient été expulsés, congédiés, et, pour certains, traumatisés par leur expérience au sein du système. Même si certains jeunes ont fait part de leur satisfaction globale à l’égard des réactions des aidants vis-à-vis de leur identité, le Comité a été perturbé par le fait que le personnel et la direction d’un milieu résidentiel confirment qu’y être LGBTBQ ne serait pas sûr. Le manque d’action pour atténuer ces problèmes est en contradiction avec les valeurs de l’Ontario et ses efforts significatifs pour garantir le respect des droits et le bien-être de la communauté LGBTBQ.

Par ailleurs, lors de ses consultations, le Comité a appris que les jeunes s’identifiant comme LGBTBQ étaient considérablement surreprésentés dans le réseau des foyers pour jeunes sans abri. Le Comité a eu l’occasion d’écouter les récits de certains jeunes ayant fréquenté le système de services pour jeunes sans abri de Toronto, et a entendu que ces derniers trouvaient des services inadaptés, conduisant inéluctablement à la reprise du sans-abrisme lorsqu’ils quittent le système une fois la limite d’âge atteinte.

Durant ses consultations avec les fournisseurs de services de tous les secteurs des services en milieu résidentiel, aucune initiative visant à opérer un changement profond compte tenu des expériences de jeunes LGBTBQ n’a été présentée au Comité. Bien que le MSEJ ait depuis informé le Comité de l’existence d’une initiative visant à produire, à cet égard, un guide de ressources et du matériel de formation à l’intention du secteur du bien-être de l’enfance, il n’en demeure pas moins inquiétant qu’aucun fournisseur de services n’ait évoqué la moindre initiative liée à la communauté LGBTBQ et que le Comité n’ait entendu parler des initiatives du MSEJ que durant ses ultimes jours de travail.