Tu es làSkip Navigation Links > Accueil > Professionnels > Bien-être de l'enfance > Services en établissement > Parce que ce sont les jeunes qui comptent > Continuité des services > Avis sur le suivi entre les différents secteurs

Avis sur le suivi entre les différents secteurs

Le ministère n’est actuellement pas en mesure de faire le suivi des enfants entre les secteurs, ce qui a de graves répercussions sur la capacité de la province à comprendre le parcours des enfants et des jeunes au sein des services en milieu résidentiel et les résultats obtenus à l’issue de cette prise en charge. Au cours de nos consultations, nous avons appris que bon nombre d’enfants et de jeunes reçoivent, à divers moments, des services en milieu résidentiel fournis par des secteurs différents, et vivent donc dans divers milieux offrant une intensité et une qualité de prise en charge variables. Les enfants et les jeunes sont susceptibles de rentrer chez eux entre les épisodes de placement en milieu résidentiel ou de recevoir des services en continu de leur première admission jusqu’à leur départ. Les parcours au sein des services en milieu résidentiel sont aussi diversifiés que les jeunes qui en bénéficient. Il n’existe actuellement aucun mécanisme permettant de documenter systématiquement les divers services en milieu résidentiel offerts à un jeune donné au cours de sa vie, de la naissance à l’âge adulte.

Le Comité a relevé plusieurs exemples illustrant la collecte et le partage d’information ainsi que le suivi des enfants et des jeunes au sein de systèmes multiples. Par exemple, le ministère de l’Éducation a fait des progrès en matière de suivi des enfants en attribuant à chacun d’eux un numéro d’immatriculation scolaire de l’Ontario (NISO). Le NISO est un numéro unique qui identifie les élèves fréquentant le système d’éducation public et sert à assurer la traçabilité des dossiers scolaires et des évaluations de rendement. Si le NISO a d’abord concerné les élèves des paliers élémentaire et secondaire, cette initiative a ensuite été étendue aux programmes d’éducation de la petite enfance et aux collèges et universités. Sa mise en œuvre a nécessité une collaboration entre le ministère de la Formation et des Collèges et Universités et le ministère de l’Éducation. Cette collaboration offre un fort potentiel dans l’optique de comprendre le cheminement des élèves de la petite enfance à l’âge adulte.

Conjointement avec le ministère de l’Éducation, le MSEJ a lancé une initiative visant à favoriser, à l’aide du NISO, la compréhension des résultats scolaires des pupilles de la Couronne et de la société pris en charge par les sociétés d’aide à l’enfance. Si cette initiative, toujours en cours, n’a encore donné lieu à aucun rapport sur la question, il est essentiel que les collaborations de ce type soient soutenues et élargies pour inclure les enfants et les jeunes recevant des services en milieu résidentiel, quelle qu’en soit la forme, et pour inclure le partage d’information entre les secteurs assurant des services en milieu résidentiel.

Nous avons trouvé divers exemples d’occasions manquées de renforcer la capacité de suivi des jeunes entre les secteurs de services. Par exemple, la province a mis en œuvre le Réseau d’information pour la protection de l’enfance (RIPE) afin de faciliter la communication en temps opportun de renseignements critiques sur la protection de l’enfance entre les sociétés d’aide à l’enfance. Actuellement, au vu des restrictions législatives en matière de partage des données, le RIPE aura une capacité limitée pour assurer la traçabilité des renseignements entre les secteurs. Le RIPE visait à accroître les échanges d’information au sein du système de bien-être de l’enfance, mais sans prévoir la possibilité d’échanger des renseignements avec les secteurs de la justice pour la jeunesse et de la santé mentale des enfants et des jeunes, ni en ce qui concerne les jeunes ayant des besoins particuliers complexes.