Tu es làSkip Navigation Links > Accueil > Professionnels > Bien-être de l'enfance > Services en établissement > Parce que ce sont les jeunes qui comptent > Qualité des services > Répercussions sur les recommandations

Répercussions sur les recommandations

Le Comité a conscience qu’aucune structure ou unité existante au sein du MSEJ ou du système de services en milieu résidentiel en général n’est en mesure de s’assurer que la qualité des services est placée au centre des mécanismes de mesure du rendement du système et de reddition de comptes. Comme indiqué dans le chapitre 1 consacré à la gouvernance, le Comité est donc en train de mettre sur pied le concept d’une direction ou division de la qualité des services en milieu résidentiel, relevant du MSEJ, dont les fonctions viseraient à promouvoir les activités favorisant l’amélioration de la qualité des services dans l’ensemble des secteurs en s’attachant particulièrement, d’une part, à l’expérience quotidienne des jeunes et à l’instauration d’une approche pertinente et articulée en matière de mesure des résultats et, d’autre part, au parcours des jeunes au sein du système de services, à la validation des déclarations faites par les fournisseurs de services quant à leurs points forts et à leurs compétences, avec données probantes quantifiables et qualitatives à l’appui, ainsi qu’à l’adoption d’une approche beaucoup plus transparente visant la divulgation au public des activités, des mesures et du rendement sur le plan de la qualité des services pour chaque fournisseur de services dans tous les secteurs.

Aux yeux du Comité, la qualité des services peut uniquement être garantie par la mise en place d’une surveillance solide portant non seulement sur les activités inhérentes à chaque programme en milieu résidentiel, mais aussi sur le parcours de chaque jeune au sein du système de services, qui permettrait de réagir rapidement et d’intervenir lorsqu’un changement de placement a lieu, lorsque des modifications s’imposent dans la scolarité ou lorsqu’un signalement d’incident grave peut être révélateur de problèmes de qualité des services. À cette fin, le Comité est en train de rédiger des recommandations visant à remplacer les mécanismes existants (révisions du statut des pupilles de la Couronne, examens des exploitants privés rémunérés selon un taux quotidien réalisés par l’organisme qui leur confie des enfants et des jeunes, et points de la liste de vérification des responsables de la délivrance des permis vaguement en rapport avec la qualité des services) par des fonctions clairement identifiées chargées de superviser les placements ou autres activités en lien avec les jeunes au sein du système et de réagir en conséquence. Dans ce contexte, le Comité prend des mesures en réponse aux expériences des jeunes susceptibles d’accéder à la prise en charge hors du domicile par d’autres biais que les services de bien-être de l’enfance (établissement de garde du système de justice pour la jeunesse ou organisme de santé mentale pour enfants et jeunes, par exemple) et des jeunes qui changent de type de milieu résidentiel dans plusieurs, voire tous les secteurs offrant une prise en charge hors du domicile.

La voix des jeunes est une composante importante dans l’optique d’améliorer la qualité des services en milieu résidentiel (voir le chapitre 2 consacré à la voix). L’expertise inhérente au vécu des jeunes, qu’il s’agisse de leur expérience actuelle ou passée, doit éclairer la conception, la gouvernance et le fonctionnement du système de services en milieu résidentiel, et doit être pleinement intégrée à tous les niveaux de l’action entreprise par la division de la qualité des services en milieu résidentiel.

Le Comité est en train de définir un ensemble d’indicateurs universels visant à fournir des données probantes de base sur les facteurs intervenant dans la qualité des services, notamment : qualifications et perfectionnement professionnel du personnel; normes de supervision; intégration de la voix des jeunes et participation de ces derniers à tous les échelons de l’activité administrative; soutiens à l’éducation et à l’apprentissage; activités favorisant l’engagement familial et communautaire; compétences culturelles et mesures permettant de s’adapter aux diverses identités (voir le chapitre 10 consacré aux indicateurs).

Au vu de la différenciation des fournisseurs de services dans l’ensemble des secteurs offrant des services en milieu résidentiel en Ontario, le Comité est en train de mettre sur pied un cadre permettant de valider les déclarations faites par les fournisseurs de services quant à leurs points forts et à leurs compétences, dans l’optique de limiter les placements qui ne répondent pas bien aux besoins des jeunes. Toutes les recommandations dans ce contexte auront pour but de garantir que les jeunes reçoivent le bon service au bon moment et de la part du fournisseur de services approprié, sans se fier aux affirmations rhétoriques ou aux documents marketing du fournisseur, mais en se fondant sur des renseignements validés par le service d’inspection de la qualité, dans le cadre du travail de la direction ou division de la qualité des services en milieu résidentiel. À cette fin, les fournisseurs de services seront invités à fournir chaque année une déclaration de principe dans le cadre de leur demande de renouvellement de permis (ou de toute nouvelle demande de permis). Ils devront y faire figurer des renseignements détaillés, fournir des justificatifs concernant les qualifications, la formation continue et le perfectionnement professionnel du personnel, et transmettre des données relatives aux résultats de leurs clients. Veuillez consulter l’annexe 2.

Le Comité juge que le processus de délivrance des permis actuellement en place sous la houlette des bureaux régionaux du MSEJ est un mécanisme insuffisant à l’appui de la reddition de comptes et de l’amélioration du rendement sur le plan de la qualité des services. La création du service d’inspection de la qualité vise à éliminer le processus de délivrance des permis dans sa forme actuelle et à intégrer à la place certains de ses éléments dans le processus d’inspection de la qualité. Certaines fonctions actuelles de délivrance des permis, comme la mise en œuvre d’une vérification de la conformité facilement mesurable ou identifiable en ce qui concerne l’infrastructure physique, les ressources humaines et la tenue de dossiers complets, continueront d’être assurées dans le cadre du processus d’inspection de la qualité. Il convient de souligner que les qualifications requises pour le poste d’inspecteur de la qualité, et plus particulièrement pour la fonction de validation des déclarations faites par les fournisseurs de services quant à leurs points forts et à leurs compétences, diffèreront substantiellement de celles actuellement en vigueur pour occuper un poste de responsable de la délivrance des permis au sein des bureaux régionaux. Par conséquent, il sera nécessaire d’établir un plan de transition relatif aux ressources humaines afin d’évoluer vers les nouvelles fonctions/ qualifications recommandées.

Le Comité cherche à atténuer l’impact d’une nomenclature complexe qui s’est instaurée au fil du temps au sein du système de services en milieu résidentiel, sans uniformité ni logique à l’échelle du système. Dans ce but, nous sommes en train de rédiger des recommandations visant l’élimination des descriptifs du type de milieu résidentiel, comme l’emploi du terme « traitement » et la désignation des foyers « spécialisés » ou « ordinaires », pour éviter toute perception inexacte de la prestation des services et pour restreindre le financement ou les coûts quotidiens inhérents à cette nomenclature en se fiant plutôt à des données probantes substantielles attestant d’une haute qualité des services assortie de résultats à la hauteur de l’enjeu.