Tu es làSkip Navigation Links

Se préparer

But : Les enfants de l'Ontario sont actifs et se portent bien

La période intermédiaire de l'enfance constitue la base d'une vie vécue pleinement, heureuse et saine. Les enfants du groupe d'âge des années intermédiaires apprennent à se maintenir en bonne santé et commencent à assumer la responsabilité de leur alimentation, de leur sommeil, de leur exercice, de leurs soins dentaires et de leur hygiène personnelle en fonction de leurs capacités.

Résultats souhaités :

No 1 : Les enfants de l'Ontario jouent et sont en bonne forme physique.

No 2 : Les enfants de l'Ontario se sentent heureux et en bonne santé mentale.

No 3 : Les enfants de l'Ontario apprennent et pratiquent des habitudes saines et se rapprochent du monde naturel.

Pourquoi c'est important :

La façon dont la santé et le bien-être se présentent varie d'un enfant à l'autre et notre but est d'assurer une santé et un bien-être optimaux pour tous les enfants. Pour appuyer les enfants au cours des années intermédiaires pour optimiser leur santé, il faut les aider à être actifs et à se porter bien en fonction de leurs capacités, à adopter des comportements sains, à se rapprocher de la terre et à avoir un fort sentiment de leur identité et de leur esprit. Ces aspects posent les bases d'une vie saine et heureuse.

Aperçu de l'Ontario :

Bien que nous sachions que de nombreux enfants de l'Ontario sont en bonne santé et se portent bien, il y a également des signes troublants.

Pour de nombreux enfants de l'Ontario, les problèmes d'excès de poids et/ou d'obésité sapent leur santé et représentent pour eux un risque de souffrir d'obésité et des maladies chroniques associées à l'âge adulte.36 Le problème est plus grave chez les garçons que chez les filles.37 Les comportements sédentaires, le fait de passer trop de temps devant un écran, le fait de ne pas jouer assez dehors de façon non structurée, le fait de consommer des aliments sucrés/malsains, la connaissance limitée de la préparation des aliments et la participation limitée à celle-ci et l'insécurité alimentaire sont des facteurs qui y contribuent. Ces facteurs se répercutent également sur d'autres aspects de la santé et du développement des enfants au-delà de leur santé physique.

Des problèmes de santé mentale sont de plus en plus souvent reconnus chez les enfants du groupe d'âge des années intermédiaires. On estime que 13 pour cent des jeunes âgés de 4 à 17 ans du Canada ont un certain type de problème de santé mentale, l'anxiété, la dépression, les troubles des conduites et le TDAH étant les plus fréquents.38 Les filles présentent de plus hauts niveaux d'anxiété que les garçons,39 tandis que les garçons présentent de plus hauts niveaux de troubles du comportement perturbateurs.40 La pauvreté et la santé mentale sont étroitement liées et associées dans un cycle négatif qui crée une cascade de déclin et d'inégalités en matière d'accès et de soins dans le système de la santé mentale.41

Certains enfants vivent dans des foyers où les parents sont confrontés à des problèmes de santé mentale et de toxicomanie et/ou subissent la violence familiale ou d'autres formes de stress toxique. Le stress toxique a un impact profond sur le développement cognitif, social et affectif des enfants.

Les résultats en matière de santé pour les enfants et les familles peuvent être associés à un certain nombre de facteurs et d'obstacles sociaux et environnementaux. Les conditions dans lesquelles nous vivons expliquent en partie pourquoi certains enfants et familles de l'Ontario sont plus en santé que d'autres et pourquoi certains ne sont pas aussi en santé qu'ils pourraient l'être. Il a été montré que la race et l'origine ethnique sont des facteurs associés à différents niveaux d'état de santé et d'accès aux soins de santé, à l'expérience des soins de santé et aux disparités dans les résultats en matière de santé pour les nouveaux immigrants, les communautés racialisées et les peuples autochtones. La langue est un obstacle pour de nombreuses familles de nouveaux arrivants qui accèdent aux services de santé. La pauvreté, l'insécurité alimentaire, l'instabilité du logement et l'itinérance, l'isolement et la discrimination sont d'autres facteurs de risque pour la santé et l'accès aux ressources et aux soutiens disponibles dans nos quartiers, nos écoles et nos collectivités.

No 1 : Les enfants de l'Ontario jouent et sont en bonne forme physique

Bien manger et être physiquement actif permet aux enfants d'être mieux préparés à apprendre et à se développer. Les enfants du groupe d'âge des années intermédiaires apprennent à se maintenir en bonne santé et établissent des attitudes durables à l'égard de leur santé physique. Cependant, de nombreux enfants de ce groupe d'âge ne reçoivent toujours pas ce qui est nécessaire à leur développement physique optimal, ce qui se répercute sur leur développement jusqu'à l'âge adulte.

La recherche montre que les possibilités de jouer sont essentielles au développement sain des enfants.42 Le jeu peut comprendre la musique, la danse, la marche, le vélo, les activités culturelles et le fait de sortir pour passer du temps avec sa famille. Et néanmoins, les enfants ne bénéficient pas d'assez de temps pour le jeu libre non structuré.43

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faut :

S'assurer que les enfants dorment suffisamment et ont accès à des aliments nutritifs

La recherche nous dit qu'il est essentiel pour le développement physique et le bien-être de dormir suffisamment d'un sommeil de qualité. La capacité d'être attentif, de réfléchir de manière critique et d'être heureux est liée au fait de dormir suffisamment. De même, le fait de manger des aliments sains et nutritifs contribue au bien-être et stimule le développement du cerveau et la croissance physique. Les enfants de l'Ontario qui n'ont pas une alimentation saine et équilibrée sont plus exposés que les autres à l'obésité et à la maladie, y compris au diabète de type 2 à l'âge adulte.44 Nous devons veiller à ce que tous les enfants de l'Ontario aient accès tous les jours à des aliments nutritifs sains.

Développer les capacités en littératie physique et les possibilités de participer à des activités physiques

Les enfants du groupe d'âge des années intermédiaires doivent bouger et jouer de manières amusantes et enrichissantes. Pour certains enfants, la participation à l'activité physique peut être difficile en raison d'obstacles comme le coût, le transport et la disponibilité de programmes accessibles, sûrs et inclusifs. Nous savons également que les filles abandonnent les activités physiques à un rythme plus rapide et plus tôt que les garçons.45 Nous devons veiller à ce que tous les enfants soient inclus dans les programmes d'activité physique. Nous devons donner aux enfants la possibilité de développer leurs compétences physiques et de participer de manières qui développent leur sentiment d'avoir accompli quelque chose et le plaisir qu'ils tirent de l'activité. Lorsque nous créons des possibilités abordables, accessibles et inclusives de participer à des activités sportives et récréatives et faisons participer les enfants à des jeux actifs et non structurés, tout le monde en bénéficie dans la collectivité.

Ce que fait l'Ontario

La province a répondu avec un certain nombre d'initiatives réalisées dans le cadre de la Stratégie ontarienne pour la santé des enfants, telles que le Programme d'action communautaire Enfants en santé et le Programme de promotion de la saine alimentation et de la vie active de l'Ontario dans les collectivités autochtones. Le Programme de bonne nutrition des élèves et le Programme de distribution de fruits et de légumes dans le Nord de l'Ontario fournissent également des aliments sains à près d'un million d'enfants chaque année.

Avoir accès à des soins de santé primaires

Avoir accès à des soins de santé réguliers, d'excellente qualité et axés sur la famille est essentiel au développement sain de l'enfant. Pour la plupart, les enfants du groupe d'âge des années intermédiaires de l'Ontario ont accès aux services de soins de santé primaires, bien que nous sachions que les enfants qui vivent dans des régions éloignées ou dans des quartiers à faible revenu sont confrontés à des obstacles supplémentaires et sont moins susceptibles que les autres d'avoir un fournisseur de soins de santé primaires. Il est essentiel d'améliorer l'accès aux soins primaires pour les familles, ainsi que leur accès aux services spécialisés lorsque c'est nécessaire, pour aider tous les enfants de l'Ontario à être en bonne santé et à atteindre les jalons de leur développement.

Ce que fait l'Ontario

Beaux sourires Ontario est un programme de soins dentaires intégré pour les enfants et les jeunes des familles à faible revenu qui a pour but d'améliorer l'accès aux soins. À ce jour, plus de 365 000 enfants et jeunes de familles à faible revenu ont été inscrits et ont accédé à des soins dentaires.

Assurer la santé buccodentaire

Les données probantes montrent bien l'importance de la santé bucco-dentaire pour la santé dans son ensemble. Les caries et les maladies des gencives non traitées peuvent avoir des répercussions néfastes sur la santé bucco-dentaire et physique et compromettre la capacité des enfants à apprendre. Toutes les familles n'ont pas accès à une assurance dentaire ou la capacité de payer des soins dentaires. Appuyer les enfants des familles à faible revenu pour améliorer l'accès aux soins dentaires est une priorité de la Stratégie ontarienne de réduction de la pauvreté.

Ce que fait l'Ontario

à compter de 2018, l'Ontario offrira les médicaments disponibles sur ordonnance gratuitement à toutes les personnes de 24 ans ou moins couvertes par le programme d'assurance-santé de l'Ontario, quel que soit leur revenu familial. L'Assurance-médicaments pour les enfants et les jeunes fournira des médicaments disponibles sur ordonnance gratuitement à plus de quatre millions d'enfants et de jeunes et aidera des familles qui peuvent ne pas avoir accès à des régimes d'assurance-médicaments complets.

Ce que fait l'Ontario

Le programme Accent sur les jeunes fournit huit millions de dollars de financement à 23 conseils scolaires pour appuyer des programmes d'été pour les enfants et dans les collectivités ayant des besoins importants (tel qu'indiqués par la population, le revenu médian des familles et les données sur le taux de criminalité). En fournissant des possibilités d'emploi pour les jeunes et des possibilités de loisirs d'été pour les enfants, nous aidons tant les enfants que les jeunes à s'épanouir.

Comment nous pouvons nous en assurer :

▲ Pourcentage des enfants qui pratiquent une activité physique vigoureuse pendant au moins 60 minutes au moins cinq fois par semaine.

▲ Pourcentage des enfants qui mangent des légumes au moins une fois par jour.

▲ Pourcentage des enfants qui jouent en plein air après l'école.

▲ Pourcentage des enfants qui dorment au moins huit heures par nuit.

▲ Pourcentage des familles qui ont un fournisseur de soins primaires.

▲ Pourcentage des enfants qui considèrent leur santé comme bonne ou excellente.

No 2 : Les enfants de l'Ontario se sentent heureux et en bonne santé mentale

La santé mentale est une composante essentielle du bien-être global. Les années intermédiaires sont une période au cours de laquelle les enfants continuent à apprendre des moyens de favoriser leur propre santé mentale, entre autres en apprenant à exprimer leurs sentiments, en se rapprochant de la culture et de l'histoire, en établissant des relations de confiance et en étant actifs en plein air. C'est aussi une période au cours de laquelle les signes et les symptômes des problèmes de santé mentale peuvent devenir plus visibles et les interventions précoces peuvent contribuer à prévenir leur transformation en problèmes plus graves. La recherche montre que 70 pour cent des problèmes de santé mentale font leur apparition pendant l'enfance ou l'adolescence.46

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faut :

Intervenir tôt

Le dépistage et l'intervention précoces peuvent changer fondamentalement la vie d'un enfant qui a des besoins spéciaux (en raison par exemple d'un handicap physique, d'une déficience intellectuelle ou d'un trouble de l'apprentissage ou cognitif) ou des problèmes de santé mentale.47 Nous savons que la capacité des parents et des fournisseurs de soins à reconnaître tôt les problèmes potentiels et à s'y attaquer varie en fonction des ressources dont ils disposent. Les familles à faible revenu, celles qui vivent dans des environnements ruraux ou éloignés et celles qui sont confrontées à des obstacles linguistiques, culturels ou autres sont moins susceptibles que les autres d'accéder à des services de santé mentale et de réadaptation et à des soutiens. Il importe d'améliorer l'accessibilité, la réceptivité et la coordination des services pour faire en sorte que les enfants reçoivent l'aide dont ils ont besoin lorsqu'ils en ont besoin. À cette fin, il faut également développer les initiatives scolaires qui favorisent la santé mentale pour tous les élèves et comprennent des efforts de prévention ciblés pour les élèves à risque.48

Ce que fait l'Ontario

Dans le cadre d'Esprit ouvert, esprit sain, de la Stratégie ontarienne de santé mentale et de lutte contre les dépendances et du Plan d'action pour l'avancement de la santé mentale, le gouvernement de l'Ontario améliore l'accès à des services de santé mentale et de lutte contre la toxicomanie d'excellente qualité, renforce la capacité des travailleurs, crée un système réceptif et intégré et développe la sensibilisation aux problèmes de santé mentale et la capacité de s'y attaquer au sein des collectivités.

Fournir des services adaptés à la culture

Beaucoup d'Ontariennes et d'Ontariens ont des concepts intégrés à leur culture d'après lesquels le bien-être mental est lié à un sentiment d'identité/de l'esprit, à la famille, à la collectivité, à la culture et aux ancêtres. Par exemple, d'après les modes autochtones d'acquisition du savoir, la santé et le bien-être constituent un voyage qui dure toute la vie et au sein duquel le bien-être et la spiritualité sont inséparables et comprennent le lien avec la terre, le développement de l'esprit, la participation à la culture et le fait d'avoir des relations saines.49 En comprenant et en fournissant des services de santé mentale d'une manière respectueuse de la culture, pertinente et sûre, les fournisseurs de services et leurs alliés peuvent honorer les traditions et les connaissances de toutes les familles de l'Ontario et fournir des interventions axées sur les forces et globales qui favorisent le bien-être de l'enfant et de la famille dans son ensemble.

Ce que fait l'Ontario

Stop Now and Plan (Stop, n'agis pas, analyse et planifie - SNAP) est un programme d'intervention fondé sur des données probantes et axé sur la famille pour les enfants de 6 à 12 ans à risque élevé. Il enseigne aux enfants la maîtrise de soi, la résolution de problèmes et des aptitudes à la maîtrise des émotions et est mis en œuvre en parallèle avec un groupe de parents qui enseignent des stratégies d'éducation des enfants.

Dans le cadre du Plan ontarien d'action pour les jeunes noirs de 2017, le SNAP est élargi pour cibler précisément les enfants noirs des années intermédiaires à risque élevé et leurs familles.

Favoriser l'acquisition d'aptitudes à la conscience de soi et à la maîtrise de soi pour les enfants et leurs familles

Pour avoir une santé mentale optimale, il faut bénéficier d'un soutien pour s'adapter au changement, trouver l'équilibre et acquérir de la résilience, éprouver le sentiment d'avoir un but et de la satisfaction à l'égard de la vie, et être capable de comprendre et de maîtriser les sentiments et les comportements. Nous savons que les difficultés de santé mentale de l'enfance comme la dépression sont liées à des facteurs comme la pauvreté, l'itinérance, le stress toxique et les difficultés familiales.50 Aider les enfants à comprendre et à exprimer leurs sentiments les aide à faire face à l'adversité et aux défis. Les enfants doivent également savoir où aller et à qui ils peuvent s'adresser s'ils ont besoin d'aide pour faire face à une expérience difficile ou négative. Le fait d'enseigner des habiletés telles que la recherche de l'aide, la gestion du stress et la pleine conscience, la maîtrise de soi, l'empathie pour les autres et la capacité à prendre soin de soi-même et d'aider les enfants à développer des relations positives, à se rapprocher de la culture et à être actifs peut favoriser la résilience et le bien-être. Avoir une image de soi positive permet de mieux prendre soin de soi-même. Une mauvaise image corporelle conduit à l'inverse, et nous savons que l'intimidation liée à l'apparence physique ou à des caractéristiques du corps est l'une des formes d'intimidation les plus fréquentes.

Développer l'estime de soi et des relations positives et réduire le stigmate social

Les problèmes de santé mentale peuvent « envahir » les enfants dans leur vie quotidienne et entraîner l'isolement et/ou un désengagement.51 Parler de la santé mentale, de l'incapacité, des problèmes de santé mentale et de la maladie mentale ouvertement et honnêtement et promouvoir la sensibilisation et l'empathie chez les enfants contribue à réduire la stigmatisation et peut faire en sorte que plus d'enfants de l'Ontario et leurs familles recherchent de l'aide et reçoivent un soutien lorsqu'ils en ont besoin.

Ce que fait l'Ontario

L'Ontario fait de nouveaux investissements dans la promotion de la vie et la prévention du suicide chez les enfants et les jeunes des Premières Nations, des Métis, des Inuits et des Autochtones en milieu urbain dans le cadre du Plan d'action pour la santé des Premières Nations de l'Ontario et de Cheminer ensemble : l'engagement de l'Ontario envers la réconciliation avec les peuples autochtones. Les investissements annuels passeront à 23 millions de dollars à l'arrivée à maturité du programme en 2018–2019 et comprennent un financement pour :

  • des soutiens globaux à l'intervention et à la prévention qui associent des soutiens cliniques et des programmes culturels et axés sur la terre;
  • des améliorations apportées au Service de télésanté mentale pour développer la sensibilisation et le soutien;
  • des travailleurs et des soutiens dans le domaine de la santé mentale et de la lutte contre la toxicomanie pour les élèves des écoles des Premières Nations.

En 2016–2017, le ministère des Services à l'enfance et à la jeunesse a affecté 4,5 millions de dollars aux partenaires des Premières Nations et des Autochtones en milieu urbain afin de renforcer la capacité et de préparer le terrain aux investissements continus dans la promotion de la vie.

Comment nous pouvons nous en assurer :

▲ Pourcentage des enfants qui déclarent que leur santé mentale est bonne, très bonne ou excellente.

▲ Pourcentage des enfants qui pensent qu'il est important de faire l'expérience de la joie dans la vie et que leur vie a un sens et un but.

▼ Pourcentage des enfants qui avaient un problème de santé mentale ou affectif et qui ne savaient pas où s'adresser.

▼ Pourcentage des enfants qui se sentent stressés, sous tension ou sous pression.

▼ Pourcentage des enfants qui se sentent désespérés.

▼ Pourcentage des enfants qui ont sérieusement envisagé de tenter de se suicider au cours de la dernière année.

No 3 : Les enfants de l'Ontario apprennent et pratiquent des habitudes saines et se rapprochent du monde naturel

Les habitudes saines prises au début de la vie agissent comme des facteurs de protection et contribuent à faire en sorte que les enfants du groupe d'âge des années intermédiaires aient les bases nécessaires pour vivre une vie heureuse, saine et équilibrée.

Les enfants de cette catégorie d'âge apprennent et pratiquent des moyens de prendre soin de leur santé, de leur sécurité et de leur bien-être. C'est aussi une période au cours de laquelle les enfants peuvent continuer à apprendre à connaître leur corps, approfondir leur sentiment de l'image corporelle et développer leur confiance, leur conscience de soi et de leur efficacité personnelle (leur foi en leur capacité à réussir quelque chose). Un des aspects des habitudes saines et du bien-être consiste à pouvoir se rapprocher de la terre et sortir dans le monde naturel. Il importe que les enfants établissent des liens avec le monde naturel dans le cadre de leur bien-être et qu'ils apprennent également à connaître leur responsabilité à l'égard de la terre et leur rôle d'intendants de l'environnement.

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faut :

Donner l'exemple des habitudes saines

Nous savons que de nombreuses habitudes et capacités, y compris l'alimentation, l'activité physique, les relations saines, la protection de la violence, l'utilisation de la technologie et la prise de conscience de risques tels que les comportements sédentaires, sont acquises en observant des modèles à la maison, à l'école et dans la collectivité. Lorsque les familles et les autres adultes peuvent donner l'exemple des habitudes et des comportements sains, les enfants sont plus susceptibles d'être en bonne santé. Voici quelques exemples : préparer des repas nutritifs, manger ensemble en famille et aller dehors.

Ce que fait l'Ontario

Dans le cadre de la Stratégie ontarienne pour la santé des enfants, la province a adopté la Loi de 2015 pour des choix santé dans les menus, qui exige que les établissements de services alimentaires qui ont au moins vingt points de vente en Ontario indiquent les nombres de calories sur les menus, ce qui permet aux familles de faire plus facilement des choix d'aliments éclairés et sains au restaurant.

Apprendre à aimer la vie active et se rapprocher de la terre

Le fait d'apprendre à être actif de manières amusantes, responsables et adaptées à leurs capacités, à leurs cultures et à leurs antécédents peut aider les enfants à prendre des habitudes saines qui dureront toute la vie. Les enfants qui pratiquent des activités de plein air risquent moins que les autres d'avoir un excès de poids et de souffrir de dépression, réussissent mieux à l'école, ont de meilleures habiletés sociales, se sentent moins isolés et font preuve d'une meilleure maîtrise de soi et d'une meilleure gestion du stress.52 Il importe également de favoriser l'intendance environnementale (p. ex., recycler, ne pas jeter de déchets par terre, ne pas gaspiller l'eau) et de développer le lien des enfants avec la nature. Les possibilités de jouer en plein air de façon aventureuse et non structurée et de pratiquer des activités axées sur la terre peuvent aider les enfants à sortir, à être actifs et à apprendre à évaluer et à prendre des risques gérés. Nous devons créer pour les enfants des possibilités de pratiquer l'exploration sécuritaire et indépendante de nos collectivités et du monde naturel. Ceci est particulièrement important pour les enfants et les familles des Premières Nations, des Métis et des Inuits, car le rapprochement avec la terre et l'intendance environnementale sont une composante essentielle de l'apprentissage culturel.

Ce que fait l'Ontario

Le Fonds ontarien d'action communautaire pour les sports et les loisirs (FOACSL) est un programme de subventions conçu pour fournir un financement aux organismes pour la réalisation de projets de sport, de loisirs et d'activité physique.

Les principaux objectifs du programme consistent à appuyer des initiatives qui : créent des possibilités de participer à l'activité physique; intègrent la LITTéRATIE physique aux sports et aux loisirs; et augmentent la capacité du secteur des sports et des loisirs à offrir des programmes de qualité. Le programme s'adresse en particulier aux populations qui n'ont pas d'accès équitable à la participation et/ou qui ont été moins actives physiquement que les autres dans le passé.

Enseigner une utilisation saine et responsable de la technologie

La technologie permet aux enfants d'interagir avec le monde qui les entoure et d'y participer en tant que citoyens numériques. La prise d'habitudes saines, sécuritaires et responsables en ligne nécessite une supervision assurée par les parents et les fournisseurs de soins. Celle-ci pourrait consister à parler régulièrement avec les enfants de leur vie en ligne, de la façon de reconnaître la cyberintimidation et d'y remédier, à donner l'exemple des pratiques responsables et saines et à établir des règles et des limites saines concernant l'utilisation de la technologie.53 Les données probantes montrent que, pour beaucoup d'enfants du groupe d'âge des années intermédiaires de l'Ontario, l'utilisation excessive de la technologie peut entraver le développement et accroître la vulnérabilité aux facteurs de stress sociaux et affectifs. La cause en est des répercussions directes (par exemple, sur le développement du cerveau) ainsi qu'à des pertes de possibilités (d'activité physique et d'interactions prosociales par exemple). Cependant, la recherche montre également qu'une surveillance stricte du comportement en ligne peut ne pas être aussi efficace que la promotion d'un comportement autonome responsable.54 Il est possible d'aider les enfants à utiliser la technologie de manière appropriée et responsable, y compris en ménageant des pauses, courtes ou longues, dans le temps passé devant l'écran.

Comment nous pouvons nous en assurer :

▼ Pourcentage des enfants qui passent au moins trois heures par jour à avoir un comportement sédentaire devant l'écran.

▲ Pourcentage des enfants qui se brossent les dents au moins une fois par jour.

▲ Pourcentage des enfants qui pensent qu'il est important de se sentir proche de la nature.

▲ Pourcentage des enfants qui ont des règles à la maison en ce qui concerne le fait de parler à des personnes qu'ils ne connaissent pas en ligne ou avec un téléphone cellulaire.





Pleins Feux : Aider les enfants à être actifs et à se porter bien

L'objectif du Programme d'action communautaire Enfants en santé (ACES), une composante essentielle de la Stratégie ontarienne pour la santé des enfants, consiste à favoriser le bien-être des enfants de l'Ontario et à contribuer à créer des collectivités où les enfants peuvent facilement mener une vie plus saine.

Quarante-cinq collectivités de l'Ontario participent au Programme d'action communautaire Enfants en santé. Le gouvernement leur fournit des ressources, y compris un financement, une formation et des outils de marketing social, pour mieux favoriser l'alimentation saine, l'activité physique et les comportements sains chez les enfants.

Les collectivités adoptent des thèmes pour élaborer des programmes, des politiques, des soutiens environnementaux et des événements avec l'aide de partenaires locaux. Trois thèmes ont été lancés à ce jour :

Courir. Sauter. Jouer. Tous les jours. a été le premier thème lancé en septembre 2015. Il consiste à encourager l'activité physique par un mélange de jeu actif, de transport actif, de sports et d'activité physique structurée.

Le thème 2, L'eau fait des merveilles, encourage les enfants et les familles à boire de l'eau plutôt que des boissons sucrées lorsqu'ils ont soif.

Le thème trois, Des fruits et des légumes dans mon assiette, encourage les enfants et les familles à manger plus sainement et à intégrer les légumes et les fruits à leur vie quotidienne.

Les organismes de London ont choisi de cesser d'offrir du jus aux enfants et ne leur offrent plus que de l'eau.

Les organismes de London ont choisi de cesser d'offrir du jus aux enfants et ne leur offrent plus que de l'eau. Lors des célébrations spéciales, des fruits, des légumes et des herbes sont ajoutés pour « rehausser » la saveur sans ajouter de sucre!

« Nous nous sommes bien amusés à essayer différentes combinaisons de fruits et de légumes dans notre eau et tout le monde a vraiment adopté cette boisson saine par excellence! Un grand merci au Programme d'action communautaire Enfants en santé pour nous avoir aidés à offrir et à promouvoir des choix sains pour les personnes qui vivent et travaillent dans le quartier! »

« Ils ont été si bien accueillis. Nous espérons élargir cette option dans l'avenir! C'est un moyen amusant d'amener les enfants à sortir et à apprendre de nouvelles choses. »





Pleins Feux : Charte du plein air pour les enfants de l'Ontario

Faire sortir les enfants pour leur faire découvrir les merveilles de la nature

Les enfants ont le droit d'explorer et de jouer en plein air. Des recherches démontrent que les enfants qui passent régulièrement du temps en nature sont plus heureux et en santé.

La Charte du plein air pour les enfants de l'Ontario vise à les encourager à sortir et découvrir les merveilles de la nature. Passer du temps à l'extérieur est essentiel au développement, à la santé et au bien-être des enfants. C'est ainsi qu'un lien peut se tisser entre eux et notre riche patrimoine naturel et culturel. Les enfants proches de la nature sont sensibilisés aux problèmes environnementaux et contribuent à la préservation de la biodiversité.

Ontario Children's Outdoor Charter

Les personnes, organismes, pouvoirs publics et collectivités qui soutiennent la Charte reconnaissent l'importance du plein air pour la santé physique et psychologique des enfants. Ils peuvent faire connaître la Charte dans leur milieu et améliorer les possibilités d'activités et d'apprentissage en plein air de chaque enfant, peu importe son origine et ses habiletés.