Tu es làSkip Navigation Links

Se préparer

But : Les enfants de l'Ontario se sentent valorisés

Chaque enfant de l'Ontario mérite de grandir heureux, en sécurité et apprécié. Il faut aider les enfants à découvrir et à exprimer qui ils sont en tant qu'individus et à sentir qu'ils sont des membres importants de leur famille, de la communauté scolaire, de la collectivité dans son ensemble et du monde.

Résultats souhaités :

No 13 : Les enfants de l'Ontario découvrent qui ils sont et qui ils veulent être.

No 14 : Les enfants de l'Ontario sont fiers de leurs cultures et de leurs identités et vivent sans discrimination.

No 15 : Les enfants de l'Ontario peuvent exprimer ce qui compte pour eux.

Pourquoi c'est important :

Au cours des années intermédiaires, le concept du « soi » et de l'« esprit » d'un enfant se développe de façon spectaculaire. Les enfants commencent à acquérir une compréhension plus complexe de qui ils sont, de leur raison d'être et de ce qui est important pour eux. À mesure qu'ils grandissent et se développent, ils commencent à s'examiner intérieurement et de façon plus abstraite et ont un sentiment croissant d'eux-mêmes en tant qu'individus autonomes ainsi que de leur place dans leurs familles et leurs collectivités. À mesure que l'identité d'un enfant prend forme, il a besoin d'un soutien pour éprouver et exprimer de la fierté à l'égard de sa culture, de sa langue, de sa religion, de son origine ethnique, de ses capacités particulières et de son identité de genre.

Aperçu de l'Ontario :

Les enfants du groupe d'âge des années intermédiaires qui grandissent en Ontario explorent leurs identités qui s'intersectent – y compris leur sexe, leur culture, leur race, leurs identités ethniques et religieuses, ainsi que leurs centres d'intérêt et leurs croyances personnels. Les enfants ont besoin d'espaces sûrs et d'encouragements pour explorer tous les aspects de qui ils sont et de qui ils deviennent. Les expériences du racisme, de l'homophobie, de l'islamophobie, de l'antisémitisme, de la discrimination fondée sur l'incapacité et d'autres formes inacceptables d'intolérance ont des répercussions défavorables de longue durée sur le développement social et affectif des enfants, brisent les familles et les collectivités et perpétuent les disparités dans les résultats des différents groupes de la population.

Ce que fait l'Ontario

Une meilleure façon d'avancer : Plan stratégique triennal de l'Ontario contre le racisme vise le racisme systémique en intégrant une approche antiraciste à la façon dont le gouvernement élabore des politiques, prend des décisions, évalue les programmes et surveille les résultats. Ce plan préconise un effort de collaboration proactif réalisé par tous les ministères et les partenaires communautaires pour travailler à l'équité raciale.

En dépit des efforts visant à créer des écoles, des organismes communautaires et des quartiers sécuritaires et inclusifs, le racisme et d'autres formes de discrimination existent encore. Les inégalités structurales de nos systèmes ont été établies il y a longtemps et continuent d'influencer le présent. Par exemple, le racisme systémique peut entraîner la surreprésentation des personnes racialisées, noires et autochtones dans le système des services de bien-être de l'enfance et le système de justice. Que ce soit par l'entremise d'actes directs ou de préjugés cachés et à l'échelle individuelle ou institutionnelle, le racisme se répercute sur les enfants et les familles de toute la province.

La mise en œuvre de principes de lutte contre la discrimination dans l'éducation influence tous les aspects de la vie scolaire. Elle favorise un climat scolaire qui encourage les élèves à travailler à atteindre des niveaux élevés de réussite scolaire, permet d'affirmer la valeur de tous les élèves et aide ceux-ci à renforcer leur sentiment d'identité et à développer une image de soi positive. Elle encourage le personnel et les élèves à valoriser et à respecter la diversité et de l'inclusion au sein de l'école et dans la collectivité dans son ensemble.

No 13 : Les enfants de l'Ontario découvrent qui ils sont et qui ils veulent être

Au cours des années intermédiaires, les enfants commencent à explorer les nombreuses facettes de qui ils sont en tant que personnes ainsi que leurs identités sociales et culturelles qui s'intersectent. Ils doivent pouvoir le faire dans des environnements sécuritaires et favorables. C'est une période au cours de laquelle il est important d'encourager et d'aider les enfants à explorer un vaste éventail de futurs « eux-mêmes » potentiels liés à leurs objectifs en matière d'éducation, d'activités physiques, de participation à la vie de la collectivité, d'environnement et de carrière.

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faut :

Les enfants ont besoin d'une exposition à un vaste éventail de possibilités et d'activités

Au cours des années intermédiaires, les enfants approfondissent le sentiment qu'ils ont de leurs propres compétences – ce qu'ils croient qu'ils peuvent réaliser. Ils doivent être soutenus pour développer leurs capacités sociales, physiques et scolaires ainsi que la fierté et la confiance en ces capacités. Ils doivent pour cela avoir des possibilités de découvrir de nouvelles activités, d'atteindre de plus hauts niveaux de rendement et de recevoir des commentaires positifs de leurs parents, de leurs pairs, de leurs mentors, de leurs modèles culturels et du personnel de l'école.

Les enfants doivent sentir qu'ils peuvent explorer leur identité en sécurité et recevoir un soutien pour le faire

Les enfants ont besoin d'être soutenus pour développer leur propre ensemble de valeurs et avoir des possibilités de les exprimer dans des espaces sûrs et accueillants. Les adultes (la famille, la famille élargie, les éducateurs, le personnel de l'école, les mentors et les aînés) devraient encourager les enfants à se poser des questions comme : « D'où suis-je venu? Quels sont mes rêves pour l'avenir? Quelles sont mes forces? à quoi dois-je travailler davantage? Qu'est-ce qui est important pour moi? Qu'est-ce que je veux faire? Quelles sont les choses sur lesquelles je peux avoir mon mot à dire? » Les enfants d'origines diverses ont besoin d'encouragements et d'espaces sûrs et accueillants pour explorer et exprimer leurs identités culturelle et personnelle.

Surveiller les médias sociaux pour restreindre les images négatives

En partie à cause des médias sociaux et d'autres messages de masse, les enfants ont souvent du mal à conserver une image positive d'eux-mêmes. Les images et les idées véhiculées dans les médias sociaux dépassent souvent le niveau de maturité des enfants de ce groupe d'âge. Ils sont de plus en plus exposés à un contenu en ligne sexualisé qui ne convient pas à leur âge sans avoir les outils nécessaires pour comprendre ce qu'ils voient et ce qu'il faut faire à ce sujet. Les parents et les autres adultes soucieux de leur bien-être peuvent jouer un rôle en surveillant le contenu des médias sociaux auquel leurs enfants sont exposés et en ayant des discussions ouvertes et honnêtes au sujet des images négatives ou stéréotypées.

Comment nous pouvons nous en assurer :

▲ Pourcentage des enfants qui disent avoir confiance en eux-mêmes.

▲ Pourcentage des enfants qui participent à des activités artistiques, musicales ou théâtrales en dehors de l'école.

▲ Pourcentage des enfants qui participent aux activités de groupes communautaires.

No 14 : Les enfants de l'Ontario sont fiers de leurs cultures et de leurs identités et vivent sans discrimination

La recherche montre que le fait de se rapprocher de leur culture peut aider les enfants à comprendre le monde, à donner à leur vie une raison d'être et un sens, à trouver un équilibre et à approfondir leurs interactions avec la famille, la famille élargie et la collectivité. La culture peut également les protéger de facteurs de risque tels que les problèmes de santé mentale, l'éclatement de la famille et l'isolement social.84 Il est particulièrement important de protéger et de promouvoir la culture pour les enfants des Premières Nations, métis et inuits, car elle est au cœur de leur bien-être et de leur identité.

L'identité à de multiples facettes qui s'intersectent et comprend des éléments personnels, sociaux, spirituels et culturels. Elle comprend de nombreux aspects qui font de nous ce que nous sommes en tant que peuple et ce que sont nos expériences dans le monde. Elle peut comprendre la famille et le patrimoine culturel, la religion, l'identité de genre, la race, l'orientation sexuelle et les besoins particuliers. Elle peut comprendre l'appartenance à un groupe culturel ou linguistique particulier, y compris la communauté francophone ou la culture des sourds.

Tous les enfants méritent de pouvoir exprimer en toute sécurité et avec assurance leurs nombreuses identités et réalités culturelles à mesure qu'ils approfondissent leur compréhension de qui ils sont en tant que personnes et en tant que membres de leur famille, de leur culture, des collectivités et de l'ensemble de la société ontarienne et canadienne.

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faut :

Habiliter les enfants à se rapprocher de leur patrimoine culturel

Nous voulons que les enfants se sentent enracinés dans leurs origines culturelles et soutenus pour exprimer leurs identités culturelles. À cette fin, les enfants ont besoin d'avoir des possibilités de s'exprimer et de se rapprocher de leur langue, de leurs traditions culturelles et de leurs cérémonies, et de voir des images positives de leurs cultures dans leur école et leur collectivité, dans les médias et dans la société en général. En particulier, il existe un besoin et une responsabilité d'aider les enfants et les familles autochtones à approfondir leurs liens avec les langues et les traditions culturelles autochtones.

Ce que fait l'Ontario

L'Ontario travaille avec ses partenaires et les organismes des Premières Nations, des Métis, des Inuits et des Autochtones en milieu urbain à mettre en œuvre conjointement la Stratégie pour les enfants et les jeunes autochtones, qui améliorera les résultats et les possibilités pour les enfants et les jeunes autochtones. La Stratégie pour les enfants et les jeunes autochtones permettra d'offrir des soutiens communautaires intégrés adaptés à la culture aux enfants et aux jeunes des Premières Nations, des Métis, des Inuits et des Autochtones en milieu urbain et à leurs familles, en particulier des services de prévention axés sur le bien-être, la culture et les possibilités qui peuvent répondre au mieux à leurs besoins.

Habiliter les enfants à explorer leurs multiples identités, à expérimenter avec celles-ci et à en être fiers

Les enfants sont curieux, s'interrogent et explorent pendant cette période et ont besoin d'un espace sécuritaire pour parler d'eux-mêmes, se comprendre et en tirer fierté. À mesure que les enfants des années intermédiaires approfondissent leur compréhension de qui ils sont et de l'entrecroisement de leurs identités, ils deviennent aussi de plus en plus conscients de la dynamique du pouvoir social. Les enfants peuvent être victimes de discrimination, d'intimidation ou d'autres formes d'exclusion sociale et ces problèmes doivent être abordés. Les adultes (enseignants, personnel de l'école, mentors, dirigeants communautaires) doivent jouer un rôle de leader pour créer des espaces sécuritaires et inclusifs et parler aux enfants de l'importance de la diversité et de l'inclusion.

Aider les enfants à s'opposer à la discrimination

Cette période est pour les familles, les écoles et les leaders culturels un moment idéal pour entamer avec les enfants des discussions sur le racisme, la discrimination, l'injustice et l'inégalité. C'est le moment d'apprendre aux enfants à défendre leurs intérêts et ceux de leurs pairs. Les enfants doivent être habilités à s'opposer à diverses formes de discrimination, y compris le racisme, le racisme anti-autochtone et le racisme anti-noir, le sexisme, la transphobie, l'homophobie, l'islamophobie et l'antisémitisme. Nous avons tous la responsabilité de reconnaître et de valoriser la diversité de tous les membres de notre société et de respecter les droits humains dans notre province et notre pays.

Comment nous pouvons nous en assurer :

▼ Pourcentage des enfants qui sont traités mal ou différemment à l'école en raison de leur race, de leur origine ethnique ou de la couleur de leur peau.

▼ Pourcentage des enfants qui sont traités mal ou différemment à l'école en raison de leur identité de genre ou de leur orientation sexuelle.

▲ Pourcentage des enfants qui estiment que les autres enfants les acceptent tels qu'ils sont.

No 15 : Les enfants de l'Ontario peuvent exprimer ce qui compte pour eux

Les enfants ont des valeurs, des opinions et des sentiments à propos des enjeux du monde qui les entoure et expérimentent avec la façon dont ils s'expriment en tant qu'individus et en tant que membres d'un groupe.

Au cours des années intermédiaires, la plupart des enfants veulent jouer un rôle plus important dans la prise de décision et faire entendre leurs opinions. Ils ont beaucoup d'idées et ont besoin d'avoir leur mot à dire concernant la façon dont les choses sont faites. Pour développer la confiance chez les enfants, il faut écouter leurs idées et trouver des possibilités pour eux de prendre des décisions et de produire des effets tangibles. Il est utile que les enfants soient habilités à établir des priorités à la maison, à l'école et dans leurs collectivités.

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faut :

Aider les enfants à exprimer leurs idées et leurs opinions

Les enfants développent leur capacité à avoir des pensées et des idées plus complexes. Il faudrait les aider à expérimenter avec des idées et à participer à des conversations avec la famille, la famille élargie et les autres adultes. La recherche montre qu'il est important pour les membres de la famille de dîner ensemble et de réserver du temps à ces conversations. Prenez le temps d'explorer les idées que les enfants expriment. Demandez-leur ce qui est important pour eux et donnez-leur l'espace nécessaire pour discuter de leurs opinions.

Aider les enfants à penser aux « grandes questions » et à s'y impliquer

Au cours des années intermédiaires, les enfants nouent de plus en plus de liens avec la collectivité dans son ensemble. C'est le bon moment pour eux d'apprendre à connaître l'engagement civique et de participer à la vie de leur collectivité par le bénévolat, la participation aux activités de réseaux sociaux et culturels et le fait d'être un bon voisin. Pour mettre cet apprentissage en pratique, les collectivités et les écoles peuvent fournir aux enfants des possibilités de faire du bénévolat et de participer en tant que leaders de leur collectivité. Certaines écoles intermédiaires ont des conseils d'élèves, ce qui permet aux enfants de participer à la vie de leur école. Le concept du service à la collectivité est un jalon important du développement pour les enfants du groupe d'âge des années intermédiaires et c'est un concept important, en particulier dans les collectivités autochtones.

Ce que fait l'Ontario

Grâce au cadre d'orientation en éducation à la citoyenneté, les enfants se voient donner des possibilités de découvrir en quoi consiste le rôle de citoyen responsable et actif, en classe comme dans les collectivités diversifiées auxquelles ils appartiennent à l'intérieur et à l'extérieur de l'école.

Encourager la création de possibilités appropriées de faire preuve d'indépendance et d'avoir leur mot à dire dans les décisions qui les touchent

Au cours des années intermédiaires, les enfants acquièrent de plus en plus d'indépendance et d'autonomie par rapport à leurs parents. La recherche nous dit que ce processus est à la fois normal et sain. En aidant les enfants à développer en toute sécurité leur indépendance à l'égard de leurs parents d'une manière qui convient à leur âge, nous pouvons les aider à devenir des jeunes personnes indépendantes, à acquérir un sentiment de leur capacité d'agir et à réfléchir de façon critique à leur rôle en tant que membres de la collectivité, leaders et citoyens.

Comment nous pouvons nous en assurer :

▲ Pourcentage des enfants qui ont quelqu'un dans leur famille qui les écoute lorsqu'ils parlent.

▲ Pourcentage des enfants qui se sentent encouragés à exprimer leur point de vue dans leur(s) classe(s).





Pleins Feux : Aider les enfants à se sentir appréciés

Le camp d'été d'Autisme Ontario et le camp des vacances de mars donnent aux enfants atteints d'un trouble du spectre de l'autisme (TSA) l'occasion de participer à des activités amusantes qui développent les capacités en dehors de l'école. Dans les camps, les enfants ont la possibilité d'aller jouer au bowling, faire de la natation ou patiner. Ils peuvent jouer de la musique et participer à des programmes de métiers d'art.

Grâce au soutien du ministère des Services à l'enfance et à la jeunesse, les familles peuvent embaucher des travailleurs pour donner à leurs enfants un soutien individuel afin que, pendant que leurs enfants sont dans les camps, les parents puissent se détendre en sachant que l'on prend bien soin de leurs enfants et qu'ils sont en sécurité et heureux. Les enfants et les jeunes atteints de TSA sont admissibles à ces fonds jusqu'à leur dix-huitième anniversaire.

Le programme reçoit des éloges fréquents de la part des parents qui sont heureux que leur enfant ait l'occasion d'aller au camp. Au cours de l'été 2016, plus de 2 800 enfants et jeunes atteints de TSA ont fréquenté des camps d'été. En mars 2017, plus de 2 000 enfants et jeunes ont participé aux camps des vacances de mars dans toute la province.

S'amuser au camp d'été

S'amuser au camp d'été

« Notre famille a vraiment hâte que Bianca aille au camp de natation cette année, car elle apprendra des habiletés fondamentales. Nous sommes très heureux que ce programme existe. Merci de nous avoir donné cette possibilité incroyable! » Bob, Anna et Bianca

Apprendre à faire du cheval au camp des vacances de mars

Apprendre à faire du cheval au camp des vacances de mars

« Willow a passé de bonnes vacances du mois de mars. Merci beaucoup pour votre soutien. J'ai eu un grave accident de voiture et ceci m'a beaucoup aidé à faire sortir Willow pour me donner un peu de repos dont j'avais bien besoin. » Janet S., mère de Willow