Tu es làSkip Navigation Links

Se préparer

But : Les enfants autochtones de l'Ontario s'épanouissent

Le legs du réseau de pensionnats et de la rafle des années 1960, outre l'histoire générale du colonialisme au Canada, a eu des répercussions sur la capacité des Autochtones de faire l'expérience de relations familiales saines, sur leur sentiment d'appartenance, leur estime de soi et la connaissance de leurs langues et de leurs cultures. Ce traumatisme est transmis de génération en génération.

Résultats souhaités

No 19 : Les enfants et familles des Premières Nations, des Métis et des Inuits se portent bien sur les plans physique, mental, affectif et spirituel.

No 20 : Les enfants des Premières Nations, des Métis et des Inuits participent à leurs traditions, leurs langues, leurs cultures et leurs identités et en sont fiers.

No 21 : Les enfants des Premières Nations, des Métis et des Inuits participent à la vie de leurs familles, de leurs collectivités et de leurs cultures et y contribuent.

No 22 : Les familles et collectivités des Premières Nations, des Métis et des Inuits sont appuyées dans l'exercice de leur autodétermination pour ce qui est de définir et de combler les besoins de leurs enfants, familles et collectivités.

No 23 : Les fournisseurs de services de l'Ontario, les gouvernements et les collectivités autochtones répondent aux besoins et aux priorités locaux et rendent des comptes aux collectivités.

Pourquoi c'est important :

Le colonialisme a mené à la perte de la culture, ce qui a entraîné des traumatismes à la fois historiques et émotifs continus ainsi que la pauvreté. Toutefois, en dépit du colonialisme, les cultures et traditions des Premières Nations, des Métis et des Inuits ont survécu. Les gardiens du savoir traditionnel se sont efforcés de garder vivantes les cultures et les langues. Les enfants et les jeunes autochtones rétablissent la fierté de leurs identités.

[Traduction] « Les enfants et les jeunes d'aujourd'hui et de demain ne peuvent pas grandir en santé et en sécurité si les traumatismes du passé ne sont pas réglés, et le cycle des traumatismes intergénérationnels demeure non interrompu et non guéri. Trop de parents, grands-parents et arrière-grands-parents souffrent toujours. »

Chefs de l'Ontario88

Il existe une vaste diversité parmi les Premières Nations, les Inuits et les Métis de l'Ontario, mais ils ont en commun des façons d'acquérir des connaissances au sujet du bien-être, notamment :

Se préparer aborde la santé, la guérison et le bien-être d'un point de vue holistique. Cette stratégie reconnaît les façons autochtones de connaître qui expliquent les transitions de la vie selon un continuum partant de l'enfance et de la jeunesse pour atteindre la maturité et le vieillissement, et que les gens ont des besoins en évolution tout au long du cycle de vie. Elle respecte les façons autochtones de connaître qui sont enracinées dans l'importance du sens, du but, de l'appartenance et de l'espoir, et le principe selon lequel le bien-être ne peut pas être séparé de la culture.

Aperçu de l'Ontario :

Les collectivités autochtones de l'Ontario sont jeunes, en croissance et diverses

La population autochtone est l'un des segments de la population de l'Ontario les plus jeunes et qui croissent le plus rapidement. Au total, 25 % des Autochtones de l'Ontario sont âgés de moins de 15 ans. La majorité (84 %) des Autochtones de l'Ontario vivent en dehors des réserves. La population d'Autochtones de l'Ontario se chiffre à 301 430 membres, environ 253 400 d'entre eux vivant en dehors des réserves.91 Il y a 133 collectivités autochtones en Ontario. Les collectivités des Premières Nations, des Métis et des Inuits sont diverses quant à leur façon d'exprimer leurs traditions culturelles.

Les inégalités systémiques profondément enchâssées mènent à des écarts entre les revenus

Bien qu'un grand nombre d'Autochtones réussissent à l'école, au travail et dans leurs collectivités, il existe toujours des lacunes et des obstacles importants. Ces défis comprennent le manque d'accès aux facteurs déterminants de base de la santé, des taux de pauvreté élevés au sein des collectivités autochtones, des taux élevés de problèmes physiques et mentaux complexes chez les jeunes Autochtones, une infrastructure sous-financée et une surreprésentation des enfants autochtones au sein des systèmes d'aide à l'enfance et de la justice. Les taux de suicides sont disproportionnellement élevés dans de nombreuses collectivités autochtones et touchent des enfants aussi jeunes que 10 ans. Les collectivités inuites ont les taux de suicide les plus élevés au monde.

Le nombre d'enfants autochtones recevant des services d'aide à l'enfance aujourd'hui est lié aux traumatismes intergénérationnels. Il démontre également que le racisme, les préjugés et l'absence de compréhension culturelle sont encore profondément enchâssés dans nos institutions.

[Traduction] « Aucun enfant ne devrait être retiré de sa famille en raison de la pauvreté et d'un logement insalubre92 » — L'Ontario Federation of Indigenous Friendship Centres (« Fédération des centres d'amitié autochtones de l'Ontario » ), l'Ontario Native Women's Association (« Association des femmes autochtones de l'Ontario » ) et Métis Nation of Ontario (« Nation métisse de l'Ontario » ).

Les traditions culturelles sont solides et fondamentales pour le bien-être

Les systèmes et les pratiques colonialistes continuent d'avoir des répercussions complexes sur les traditions culturelles, les pratiques et la transmission intergénérationnelle du savoir autochtone. Malgré cela, les parents, les familles et les collectivités autochtones ont fait preuve d'un niveau de résilience extraordinaire qui a gardé leur culture et leurs traditions vivantes et florissantes. Les façons autochtones de connaître offrent aux gens des liens avec la terre et les éléments93. Et bien qu'il existe une diversité à l'échelle des cultures, ce qui est constant, c'est le lien entre la culture et le bien-être spirituel.

Transformer la relation pour améliorer les résultats

L'Ontario travaille avec des partenaires des Premières Nations, métis, inuits et autochtones urbains pour mettre en œuvre ensemble la Stratégie ontarienne pour les enfants et les jeunes autochtones. La Stratégie ontarienne pour les enfants et les jeunes autochtones vise à :

No 19 Tous les enfants et familles des Premières Nations, des Métis et des Inuits se portent bien sur les plans physique, mental, affectif et spirituel

Pour les enfants des Premières Nations, métis et inuits, le bien-être est un concept holistique global94. L'établissement d'un équilibre à l'échelle des domaines cognitif, physique, émotionnel, social, spirituel, et de communication est un parcours d'apprentissage interactif continu et qui est essentiel au bien-être des enfants autochtones de l'Ontario. Le bien-être spirituel autochtone est enraciné dans les liens culturels; par conséquent, pour les enfants autochtones de la phase intermédiaire, la participation aux activités et à l'apprentissage culturels peut inspirer des choix sains et une vie saine95.

Pour les enfants autochtones, l'activité physique comporte souvent une activité culturelle et des pratiques liées à la terre96. Il a été reconnu que « l'activité physique est l'activité culturelle » et que ces actes mènent au bien-être97.

Le bien-être spirituel et les liens à la culture sont fondamentaux pour le développement émotionnel, social, physique et cognitif général de l'enfant. Ce développement ne se limite pas à l'enfance mais se poursuit tout au long des étapes de la vie d'une personne (enfance, jeunesse, maturité et vieillissement98).

La force et la résilience des membres des Premières Nations, des Métis et des Inuits sont enchâssées dans leur langue, leur culture et leurs traditions, et se manifestent au moyen de liens solides avec la famille, la famille élargie, les Aînés, les Sénateurs, les gardiens du savoir traditionnel et la collectivité dans son ensemble.

Ressources utiles

La mesure de la santé et du bien-être des enfants autochtones a été élaborée du point de vue des enfants des Premières Nations, à Wiikwemkoong. Elle donne aux enfants une voix en ce qui concerne leur propre évaluation de la santé. Les données sur la santé et le bien-être guident les politiques communautaires, la planification et l'évaluation des services de santé et constituent un outil important pour aider les collectivités sur la voie vers la santé et le bien-être. http://www.achwm.ca/ (en anglais seulement)

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faudra :

Comprendre et promouvoir le bien-être holistique

La promotion des liens culturels et traditionnels et la promotion du partage et de la transmission des façons autochtones de connaître et d'être ont le pouvoir d'aider les enfants et les familles autochtones à s'épanouir. Le savoir autochtone enseigne que le bien-être et l'esprit sont inséparables99. Les efforts visant à appuyer le développement et le bien-être spirituels des enfants des Premières Nations, métis et inuits doivent être enracinés dans les liens culturels, les expériences culturelles, les identités culturelles et les relations culturelles.

Assurer l'accès à des programmes et des services fondés sur les forces, appropriés et adaptés du point de vue culturel

Le soutien du bien-être des enfants et des familles des Premières Nations, métis et inuits exige l'accès régulier à des programmes et des services de haute qualité. Ces programmes et services doivent être culturellement pertinents et adaptés à la culture, accessibles et holistiques afin de promouvoir et de renforcer le bien-être, la sécurité, les intérêts et les identités de tous les enfants et familles des Premières Nations, métis et inuits. Nous savons que les programmes et les services qui aident le mieux les enfants et les familles autochtones à s'épanouir sont ceux qui font preuve d'un engagement à l'égard d'approches préventives et fondées sur les forces et qui favorisent les liens avec la collectivité, la culture et la tradition. Faire en sorte que des collectivités fortes et des organismes communautaires autochtones soient en mesure d'offrir des programmes et des services peut assurer que les intérêts particuliers de ceux qu'ils servent sont pris en compte.

Reconnaître le contexte et les inégalités passés et actuels

Un précurseur du bien-être des enfants et des familles autochtones est le fait de reconnaître et d'apprécier les immenses répercussions de la colonisation, du racisme et de l'iniquité. Par conséquent, pour appuyer le bien-être, il faut reconnaître les iniquités systémiques auxquelles font face les enfants et leurs familles, et les aider à naviguer les réalités d'aujourd'hui et à trouver un équilibre à la faveur de liens culturels et spirituels100.

No 20 Les enfants des Premières Nations, des Métis et des Inuits participent à leurs traditions, leurs langues, leurs cultures et leurs identités et en sont fiers

La culture, la langue et les traditions sont fondamentales pour le bien-être des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Ce sont les trois piliers qui permettent aux enfants autochtones de s'épanouir.

[Traduction] « La culture est la composante qui permet à notre esprit de s'épanouir, de croître et d'évoluer vers la personne que nous sommes101. »

La recherche a démontré que les enfants qui ont le sentiment d'appartenir à une collectivité culturelle ont tendance à être plus motivés à étudier et à obtenir de meilleurs résultats, à avoir moins de troubles de santé mentale, et à prendre moins de risques quant à leur santé102. Pour les enfants autochtones, l'immersion dans la culture et la participation aux activités et aux pratiques traditionnelles appuient le développement de la fierté, de l'identité et de l'esprit, et ont des répercussions de grande portée toute la vie.

Il y a de vastes différences entre et au sein des cultures des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Pourtant, de nombreux Ontariens ne comprennent pas ou n'apprécient pas ces différences. Ce genre de confusion et de manque de sensibilisation mine le respect pour la diversité des identités culturelles autochtones. Il peut également miner le sentiment du soi de l'enfant au cours d'une période critique, lorsqu'il commence à développer son identité culturelle (ou spirituelle).

Pour appuyer la guérison et la réconciliation, tous les enfants autochtones ont besoin d'occasions de participer aux activités culturelles de façons sécuritaires et positives. Ils ont besoin de se sentir fiers de leurs cultures, et de se sentir en sécurité, appuyés et valorisés dans leurs identités en tant qu'Autochtones vivant en Ontario. Ils ont besoin d'occasions d'apprendre et de pratiquer leurs langues autochtones, tant dans le système scolaire qu'à l'extérieur.

« La culture et la langue sont très importantes. Je veux qu'ils apprennent l'anglais et le français mais aussi l'Inuktitut. Je suis fier lorsqu'ils veulent partager leur culture. »

Parent interviewé par le Centre des enfants inuits d'Ottawa

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faudra :

Permettre aux enfants autochtones de prendre contact avec leur culture de façons significatives

Il est important pour les enfants des Premières Nations, métis et inuits et leurs familles d'avoir des espaces sécuritaires du point de vue culturel où apprendre les enseignements traditionnels103. Les enfants ont besoin d'occasions de partager ces traditions et pratiques culturelles et de se sentir fiers de la façon dont ils s'expriment au moyen de celles-ci104. Cela est particulièrement important pour les enfants qui sont retirés de leurs familles et pris en charge à l'extérieur de leurs collectivités, où la menace à leur sécurité culturelle est sérieuse. Davantage d'efforts sont nécessaires pour appuyer les gardiens du savoir traditionnel afin d'aider les enfants à acquérir des connaissances et la fierté culturelles.

[Traduction] « La langue d'origine est le moyen de communication le plus expressif de l'esprit, des émotions, de la pensée, du comportement et des actions des gens. La langue est la ‘‘voix'' de la culture et, par conséquent, le moyen véritable et le plus expressif de transmettre le mode de vie original et la façon d'être dans le monde. »

Aîné Jim Dumont, Fondation autochtone nationale de partenariats pour la lutte contre les dépendances.

Appuyer l'épanouissement des langues autochtones

La langue est l'un des symboles les plus tangibles de la culture et de l'identité de groupe. Elle est non seulement un moyen de communication, mais un lien qui lie les enfants avec leur passé et qui ancre leur vitalité sociale, émotionnelle et spirituelle. La langue concrétise et transmet également les croyances culturelles et les visions du monde. Pourtant, 90 % des enfants des Premières Nations de moins de 12 ans ne peuvent pas parler leur propre langue autochtone avec aisance ou à un niveau de maîtrise intermédiaire105. Nous devons travailler ensemble pour aider les Autochtones à préserver leur langue et à la transmettre à leurs enfants. La connaissance linguistique et culturelle peut donner aux enfants autochtones un fort sentiment de qui ils sont, ce qui peut les aider à développer de la résilience et favoriser leur réussite scolaire106.

Reconnaissance et célébration collectives des cultures des Premières Nations, des Métis et des Inuits

Des efforts délibérés sont nécessaires pour réfuter les stéréotypes et refléter les symboles et les pratiques des membres des Premières Nations, des Métis et des Inuits dans tous les aspects de la vie (programmes, services et systèmes) en Ontario. En voici des exemples :

Fait et chiffres

Trente-quatre pour cent des enfants autochtones de 6 à 14 ans vivant en Ontario en dehors des réserves parlent principalement une langue autochtone. (Statistique Canada) Seulement 5 % des Autochtones de l'Ontario mentionnent une langue autochtone en tant que langue maternelle.

« Pour avoir une bonne vie, une personne devrait savoir qui elle est et connaître ses origines, avoir accès aux services et vivre sa vie sans avoir à s'inquiéter des stigmates négatifs. » Jeune Inuk.

No 21 Les enfants des Premières Nations, des Métis et des Inuits participent à la vie de leurs familles, de leurs collectivités et de leurs cultures et y contribuent

Les enfants autochtones essaient de saisir ce que signifie le fait d'être Autochtone dans le monde d'aujourd'hui, et ils ont une voix unique pour contribuer au succès de leurs familles, de leurs collectivités et de leurs cultures. Ils tentent également de composer avec la culture canadienne dominante, la culture populaire et les médias sociaux, et réfléchissent à leurs objectifs futurs en matière scolaire et professionnelle. Les enfants autochtones du groupe d'âge des années intermédiaires peuvent devoir « maîtriser » les contradictions entre deux cultures ou plus — la culture canadienne dominante et la ou les cultures traditionnelles de leurs ancêtres107.

Pour cheminer sur cette voie, les enfants autochtones ont besoin d'acquérir des compétences, des relations de soutien et de la confiance pour avoir voix au chapitre des décisions qui les touchent. Les enfants des Premières Nations, métis et inuits ont besoin de sentir qu'ils contribuent, que leurs voix sont entendues et qu'ils ont des possibilités de devenir des dirigeants en santé des points de vue spirituel, mental, physique et émotionnel, ayant des liens solides avec leur culture, leurs familles et leurs traditions. Les enfants ont également besoin d'aide pour s'exprimer eux-mêmes et pour demander de l'aide, au besoin.

L'éducation fondée sur la culture est ancrée dans le savoir traditionnel, tel qu'il est partagé par les mères de clans, les Aînés et les Sénateurs, ainsi que par les gardiens du savoir traditionnel et les gardiens de la foi, et protège l'appartenance et l'intégrité du savoir traditionnel.

« Arrêtez de dire à nos enfants et à nos jeunes ce dont ils ont besoin et commencez à leur demander de quoi ils ont besoin. »

Participant communautaire à la soumission des Six Nations présentée en lien avec la Stratégie pour les enfants et les jeunes autochtones de l'Ontario.

« Je veux que mon enfant demeure une enfant aussi longtemps qu'elle le pourra et je sais qu'elle aura de meilleures chances de le faire si elle a de bons amis avec qui faire des choses. »

Parent interviewé par le Centre des enfants inuits d'Ottawa

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faudra :

Cultiver de jeunes dirigeants communautaires résilients

Des efforts sont nécessaires pour appuyer les enfants autochtones en tant que dirigeants et contributeurs à leurs familles, leurs collectivités et leurs cultures. À cette fin, les enfants ont besoin d'occasions de parler de leurs expériences, de leurs espoirs et de leurs rêves. Ils ont besoin d'acquérir de la résilience, de la confiance en soi, des compétences en résolution de problèmes et d'autres aptitudes à la vie quotidienne qui leur permettront de s'épanouir et de contribuer à la prise de décisions à la maison et dans leurs collectivités.

Offrir aux enfants des occasions de pratiquer des modes de vie traditionnels avec leurs familles et les Aînés

Les enfants ont besoin d'un fort sentiment d'appartenance à leur famille, ainsi que d'occasions de contribuer au bien-être de la famille, à la collectivité et à la culture. Il peut s'agir d'aller sur le territoire, d'apprendre les pratiques et le folklore traditionnels, et de participer à des activités sociales avec la famille. Il s'agit également d'occasions pour les enfants et les familles d'apprendre le savoir et les pratiques traditionnelles et d'établir des relations avec les Aînés, les Sénateurs, les gardiens du savoir traditionnel et d'autres au sein de la collectivité. Les Aînés, les Sénateurs, les mères de clans et d'autres gardiens du savoir traditionnel sont les enseignants — ils fournissent des directives, un soutien, des connaissances et une fenêtre sur les histoires autochtones.

Aider les enfants autochtones à réussir à l'école

Les enfants autochtones ont affiché des taux d'obtention de diplôme inférieurs à ceux de la population non autochtone. Cela s'explique par des raisons systémiques — questions juridictionnelles, sous-financement, histoire des pensionnats et discrimination. Les familles autochtones parlent de racisme, de jugement et de manque de soutien au sein du système d'éducation. Les enfants ont besoin d'aide aux devoirs après l'école et d'occasions pertinentes et adaptées du point de vue culturel pour acquérir les compétences dont ils ont besoin pour réussir. Ils ont besoin de sentir qu'ils sont en sécurité et appuyés à l'école, et que l'école est un milieu auquel ils appartiennent et où ils veulent être.

« Je veux qu'ils puissent dire ‘‘Je peux faire cela''. »

Parent inuit.

« J'enseigne à mes enfants à parler davantage et à ne pas avoir peur de demander de l'aide. Faites en sorte qu'ils utilisent leur voix! »

Parent autochtone.

No 22 Les familles et les collectivités des Premières Nations, des Métis et des Inuits sont appuyées dans l'exercice de leur autodétermination pour ce qui est de définir et de combler les besoins de leurs enfants, familles et collectivités

Le bien-être des enfants des Premières Nations, métis et inuits est ancré dans leurs liens avec des familles et des collectivités solides. Les notions autochtones de la famille comprennent la reconnaissance du fait que la famille comprend non seulement les enfants et les frères et sœurs, mais également la famille élargie. Les Aînés, les Sénateurs et les gardiens du savoir traditionnel sont des parties essentielles de l'ensemble de la collectivité. Les collectivités des Premières Nations, des Inuits et des Métis reconnaissent la valeur que ce vaste réseau de parents fournit à leurs enfants.

Les chercheurs108 signalent que l'histoire des abus vécus dans les pensionnats a eu des répercussions négatives sur la capacité de parentage et a contribué à la surreprésentation d'enfants autochtones dans le système d'aide à l'enfance. Les interprétations erronées des modes de parentage autochtones traditionnels peuvent également jouer un rôle dans le fait que les enfants sont retirés de leurs foyers. Malheureusement, cela reflète une absence de compétence et de sécurité culturelles dans la prestation des services d'aide à l'enfance.

Un pilier clé de la Stratégie pour les enfants et les jeunes autochtones de l'Ontario est que les collectivités et les organismes communautaires des Premières Nations, des Métis, des Inuits et des Autochtones urbains ont l'autorité de prendre soin de leurs enfants et de leurs jeunes. Ces partenaires orientent la façon de définir les besoins de leurs enfants, de leurs familles et de leurs collectivités ainsi que des façons de fournir des services et des mesures de soutien, en fonction des besoins.

Ce que fait l'Ontario

Dans le cadre de la Stratégie pour les enfants et les jeunes autochtones de l'Ontario, les enfants et les familles auront davantage accès à des programmes qui protègent, favorisent et renforcent le bien-être, les intérêts et les identités de tous les enfants et les familles des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Le gouvernement de l'Ontario répond à cette demande de services adaptés à la culture, qui sont suivis au moyen d'approches de surveillance et d'évaluation appropriées du point de vue culturel.

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faudra :

Appuyer les familles

La réconciliation exige la reconnaissance des préjudices continus que la colonisation a causés au bien-être des familles. Le système de pensionnats a eu pour effet de retirer les enfants de familles nourricières, aimantes, centrées sur l'enfant, où ils étaient sains et équilibrés, les a placés dans des institutions qui interdisaient la pratique de leurs traditions culturelles et de leurs langues, et les a laissés vulnérables à la violence, à l'abus et à l'isolement. Les traumatismes intergénérationnels ont des incidences continues sur le bien-être familial dans ces collectivités.

Les mesures de soutien pour les survivants des traumatismes intergénérationnels peuvent comprendre des programmes de bien-être mental et des possibilités de reprendre contact avec les langues, les traditions et les enseignements perdus. Les familles autochtones sont les experts pour ce qui est de savoir ce qui est le mieux pour leurs enfants, et elles ont besoin de soutien pour leur permettre de définir et de réaliser leurs propres objectifs.

Valoriser les façons autochtones de savoir

Les concepts autochtones de l'enfance et de la famille sont profondément enracinés dans les façons de savoir et d'être traditionnelles. Les valeurs et les approches en matière de parentage varient et peuvent sembler différentes de celles des familles non autochtones. Comprendre et respecter ces différences est crucial pour aider les familles autochtones. Le savoir autochtone est [traduction] « lié à toute la nature, à ses créatures et à l'existence humaine. Le savoir enseigne aux gens comment être responsables de leurs propres vies, développe leur sentiment de relations personnelles avec d'autres, et les aide à donner l'exemple d'un comportement compétent et respectueux109. »

Le bien-être des enfants et des familles est favorisé par des services fondés sur les forces et qui reflètent la culture

Les collectivités des Premières Nations, métisses et inuites et les organismes communautaires autochtones ont la capacité d'exécuter des programmes et des services fondés sur les forces, qui reflètent la culture et qui servent les intérêts des enfants, des jeunes et des familles. Pour que les organismes soient en mesure de démontrer que ces programmes ont des répercussions, il faut suivre régulièrement qui accède aux services, évaluer les besoins des enfants et des familles, établir des objectifs, et déterminer des mesures de succès.

No 23 Les fournisseurs de services de l'Ontario, les gouvernements et les collectivités autochtones répondent aux besoins et aux priorités locaux et rendent compte aux collectivités

La Stratégie pour les enfants et les jeunes autochtones de l'Ontario est fondée sur la reconnaissance du fait que, pour que les collectivités des Premières Nations, métisses et inuites puissent prospérer, davantage de travail est nécessaire pour établir des relations durables qui maintiennent une responsabilité commune, la prise de décisions par les Autochtones et le partenariat. Les résultats améliorés à la faveur de relations transformées signifient que les fournisseurs de services et les gouvernements appuient l'autorité décisionnelle des collectivités des Premières Nations, métisses et inuites dans la conception, l'élaboration, l'exécution et la gouvernance des programmes et des services destinés aux enfants et aux familles autochtones. L'autorité décisionnelle autochtone en matière de programmes et de services démontre une détermination commune d'appuyer les collectivités des Premières Nations, métisses et inuites et de leur rendre compte. La Stratégie ontarienne pour les enfants et les jeunes autochtones reconnaît également que les populations des Premières Nations, métisses, inuites et autochtones urbaines bénéficient des services qu'elles conçoivent et exécutent elles-mêmes.

La Stratégie ontarienne pour les enfants et les jeunes autochtones indique que les fournisseurs de services et les gouvernements peuvent faire preuve de respect pour l'autorité décisionnelle des collectivités des Premières Nations, métisses et inuites en appuyant des partenariats transparents et équitables. Cela comprend la reconnaissance d'une responsabilité partagée qui est guidée par les priorités et les besoins locaux et s'y adapte, ainsi qu'un engagement à mesurer les répercussions de façons sécuritaires et qui reflètent la culture. Cela signifie avoir des mécanismes en place pour que les organismes soient en mesure d'évaluer et de démontrer les répercussions que les programmes et les services ont sur les résultats des enfants et des familles qu'ils servent.

[Traduction] « Lorsque des mesures de soutien communautaire solides sont en place pour garder les familles en santé au départ, beaucoup moins d'enfants et de jeunes des Premières Nations deviendront vulnérables et entreront en contact avec des systèmes “au bout de la ligne” comme l'aide à l'enfance et la justice pour les jeunes, ou feront l'expérience de répercussions dévastatrices comme les dépendances, le suicide ou la violence grave110. »

Pour favoriser l'obtention de ce résultat, il faudra :

Habiliter les collectivités et les organismes autochtones à répondre aux besoins des enfants et des familles

Les collectivités des Premières Nations, métisses et inuites ainsi que les organismes communautaires autochtones sont les mieux placés pour comprendre et combler les besoins de leurs enfants et familles. Habiliter ces collectivités et organismes à être forts et stables signifie assurer qu'ils possèdent les capacités, les ressources et les structures gouvernementales nécessaires pour concevoir, élaborer, exécuter et évaluer leurs propres programmes et services. Cela signifie également honorer l'importance de la prise de décisions communautaire.

Une responsabilité partagée et mutuelle entre les fournisseurs de services et les administrations autochtones et non autochtones

L'appui de l'amélioration des résultats exige que les fournisseurs de services, les gouvernements, les collectivités et les organismes communautaires autochtones travaillent en partenariat afin de démontrer comment les investissements dans les collectivités des Premières Nations, métisses et inuites et les organismes communautaires autochtones améliorent la vie des enfants, des familles et des collectivités. Nous sommes tous mutuellement responsables d'établir des attentes claires quant aux résultats que les programmes doivent réaliser, et de déterminer les mesures qui seront utilisées pour évaluer les répercussions. Toute forme d'évaluation des répercussions doit être pertinente et adaptée à la culture, et conçue en partenariat avec les partenaires autochtones.

Renforcer les partenariats entre les fournisseurs de services non autochtones et les collectivités autochtones

Pour appuyer le bien-être des enfants autochtones, il faut que tous les programmes et services auxquels ils accèdent soient conçus et exécutés de façons adaptées à la culture. Cela signifie que les fournisseurs de services non autochtones discutent avec les collectivités et les organismes autochtones afin de déterminer des façons d'exécuter les services qui soient appropriés et adaptés à la culture. Cela signifie que les fournisseurs de services et les gouvernements travaillent avec les collectivités et les organismes communautaires autochtones à l'établissement de relations respectueuses et de collaboration au niveau local. Il s'agit là d'une étape clé dans l'établissement du genre de relations transformées nécessaires à la réconciliation, et qui nous aidera collectivement à améliorer les résultats pour les enfants et les familles autochtones.





Pleins Feux : Aider les enfants autochtones à s'épanouir

Les programmes Akwe:go et Akwe:go destinés aux enfants autochtones urbains à risque élevé ont été élaborés par la « Fédération des centres d'amitié autochtones de l'Ontario » (Ontario Federation of Indigenous Friendship Centres - OFIFC) en 2005, lorsqu'on a déterminé un besoin de programmes pour les enfants autochtones à risque et à risque élevé âgés de 7 à 12 ans. Les valeurs et les enseignements culturels traditionnels sont les principes directeurs des programmes axés sur le client et de mesures de soutien personnel individualisées qui encouragent des choix de modes de vie sains. Les programmes sont financés par le ministère des Services à l'enfance et à la jeunesse et exécutés par l'Ontario Federation of Indigenous Friendship Centres. Les histoires qui suivent proviennent de travailleurs du programme Akwe:go.

[Traduction] « J'écris au sujet d'un participant qui devient un jeune homme compétent. Il aime faire partie des rassemblements et des pow-wows des Premières Nations. Je constate cet enthousiasme à faire partie des programmes Akwe:go. Il veut toujours apprendre et aider à l'établissement et à l'exécution des programmes. Il exprime sa danse des herbes sacrées avec fierté. Il n'a pas honte de montrer ses racines ojibwées. Ce remarquable jeune homme sera une aide fantastique un jour, à tous les égards. »

[Traduction] « Au cours de l'année scolaire, j'ai enseigné le programme Suivre la voie à l'une des écoles locales. Cela comprenait l'information des enfants au sujet des traumatismes liés aux pensionnats. Plus tard, au cours de l'été, cinq enfants ont été amenés au lac Horseshoe pour plusieurs nuits de camping. C'est alors que, pendant que nous parlions autour d'un feu de camp, l'un des enfants a raconté son expérience. Il était allé voir sa grand-mère et lui avait dit ce qu'il avait appris au cours du programme Suivre la voie, et voulait comprendre ce dont elle avait fait l'expérience. Sa grand-mère lui a raconté plusieurs histoires, et certaines étaient pénibles à entendre. L'histoire de l'enfant n'a pas seulement ému les travailleurs du programme, mais il était évident que les autres campeurs étaient intéressés, et ils ont bientôt commencé à raconter leurs propres histoires de familles en rapport avec les pensionnats. Je suis extrêmement fier de ce jeune homme pour sa bienveillance à écouter sa grand-mère, et pour son courage à raconter des histoires aux autres. »

[Traduction] « Au cours de notre cercle de couture culturel, les clients et les participants ont pu fabriquer ces oreillers avec très peu d'aide extérieure. Ils ont travaillé des heures innombrables à couper, mesurer et coudre à la main leur Oopik (hibou) et Tiriganiaq (renard). C'était le premier projet de couture de grande envergure qu'ils avaient exécuté, et ils étaient tellement fiers d'eux-mêmes! Une fois que les oreillers ont été terminés, vous pouviez voir ces oreillers transportés et utilisés dans les salles de classe, les enfants les faisant valoir à leurs enseignants avec fierté. »

Les oreillers Oopik et Tiriganiaq

Les oreillers Oopik et Tiriganiaq reflètent la culture des participants du programme Akwe:go.





Pleins Feux : Programmes pour les enfants, les jeunes et les familles autochtones

L'Ontario offre des services et des programmes pour aider les enfants et les jeunes autochtones. De pair avec les communautés autochtones, nous élaborons également la Stratégie pour les enfants et les jeunes autochtones en vue d'améliorer les services et de mieux répondre aux besoins des enfants et des jeunes autochtones.

Éducation

établissements autochtones : Vous êtes un étudiant autochtone? Obtenez des renseignements sur les ressources et débouchés d'études en Ontario.

Stratégie d'éducation : Aide à l'apprentissage pour les élèves Autochtones et ressources pour faire connaître les cultures Métis, Inuit et des Premières Nations dans les salles de classe de l'Ontario.

Politique sur l'enseignement et la formation : Politique sur l'enseignement et la formation postsecondaire pour les Autochtones, y compris contexte, objectifs et mesures du succès.

Compétences et développement économique

Programmes d'imploi des jeunes : Répondez à quelques questions pour connaître quelles sont les mesures de soutien en matière d'emploi, de formation professionnelle et d'entrepreneuriat dont vous pourriez bénéficier.

Programme d'expérience de travail : Vous êtes un jeune Autochtone qui souhaite acquérir une bonne expérience de travail? Demandez un emploi d'été.

Programme d'emploi dans le domaine des richesses naturelles : Vous souhaitez travailler dans des projets de l'industrie forestière dans le Nord de l'Ontario? Des ateliers et de la formation en cours d'emploi pour les jeunes Autochtones.

Financement du développement économique autochtone : Comment les Autochtones peuvent obtenir de l'aide financière pour tirer parti des occasions d'affaires ainsi que des possibilités d'emploi et de formation.

Programme d'emplois d'été en droit des Autochtones : Possibilités d'emplois d'été pour les étudiants de première et deuxième année de droit qui s'intéressent au droit des Autochtones et aux enjeux d'actualité.

Programme de stages dans le Nord de l'Ontario : Le programme donne la possibilité de stages aux diplômés récents qui souhaitent lancer ou bâtir leur carrière dans le Nord de l'Ontario.

Compétences en lecture, en écriture, en mathématiques et en informatique : Perfectionnez en ligne vos compétences en lecture, en écriture, en mathématiques et en informatique.

Santé et domicile

Bébés en santé, enfants en santé : Le programme à l'intention des Autochtones assure à tous les enfants autochtones de l'Ontario le meilleur départ possible dans la vie.

Stratégie de ressourcement pour le mieux-être : Les programmes et des services pour promouvoir la santé et le ressourcement des Autochtones.

Logements pour les familles autochtones hors réserve : Des options de logement abordable pour les familles qui vivent hors des réserves.