Tu es làSkip Navigation Links

MON cheminement

Le développement de la communication

Les capacités linguistiques et les aptitudes à communiquer s’améliorent graduellement, mais considérablement, durant les années intermédiaires. C’est parce que les compétences de compréhension des enfants s’améliorent tout comme leur capacité à interagir efficacement dans des conversations sociales.

L’expression et la compréhension

Durant les années intermédiaires, la plupart des enfants sont capables d’entamer des conversations, d’écouter les autres et de réagir adéquatement. Ils peuvent exprimer des idées et des opinions et se servir de la langue pour demander des éclaircissements et convaincre les autres. Plus important encore, ils apprennent comment adapter une conversation en s’appuyant sur leur perception du point de vue de l’autre.

Vers la fin des années intermédiaires, les enfants ont amélioré leurs aptitudes à la conversation et ils peuvent participer à un éventail de situations sociales. Ils peuvent amorcer des conversations avec des adultes et des enfants qu’ils ne connaissent pas. Ils sont mieux en mesure de poursuivre des conversations, en donnant des raisons et en expliquant des choix, et de convaincre les autres en présentant des arguments convaincants et bien formés pour ou contre une question. Ils commencent à prendre conscience des nuances ou des demi-teintes d’une signification qui peuvent exister dans certaines conversations et ils peuvent analyser l’information tout en écoutant et en comparant ce qu’ils entendent avec leurs propres connaissances et opinions. Ils sont également mieux en mesure de faire appel à leurs capacités d’écoute et de compréhension afin de déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas.219

En vieillissant, la plupart des enfants enrichissent leur vocabulaire de 3,000 à 5,000 mots par année. Ils peuvent commencer à construire des phrases complexes vers l’âge de neuf ou de 10 ans.

Les enfants qui sont exposés au langage gestuel américain (ASL) dès la naissance, à la maison, l’apprennent de la même façon que les enfants entendants apprennent une langue maternelle parlée.217 La grammaire de l’ASL n’est toutefois pas entièrement maîtrisée avant l’âge de cinq ou de six ans ou à un âge plus avancé. Une exposition précoce à l’ASL est la clé, car des études ont montré que les enfants qui ne sont pas exposés au langage gestuel avant la fin de l’enfance et le début de l’adolescence (entre neuf et 13 ans) éprouvent des difficultés de compréhension.218

La manière de s’exprimer des enfants change énormément durant les années intermédiaires. Les enfants entendants apprennent à varier le volume et les intonations afin d’accentuer ainsi qu’à employer certains mots pour signaler le début et la fin d’une pensée ou d’un récit. À la fin des années intermédiaires, la plupart des enfants parlent avec aisance, en employant les pauses, le ton et le volume adéquats afin de mettre en évidence.

En vieillissant, les enfants finissent par comprendre comment le langage peut changer selon la nature de la relation entre les personnes qui se parlent et comment le ton et le langage corporel peuvent appuyer les mots qui sont parlés. Ils commencent aussi à apprendre comment repérer les indices sociaux, à comprendre les pratiques sociales qui sont liées à la politesse et à se servir de leurs compétences linguistiques afin de négocier dans les situations où il y a un conflit.220

Les enfants à l’étape intermédiaire qui ont des différences sur les plans de l’audition, de la vision ou de l’assimilation acquièrent des compétences linguistiques et de communication à l’aide de moyens qui sont adaptés à leurs forces, leurs capacités et leurs besoins particuliers.

Au début de la phase intermédiaire de l’enfance, la plupart des enfants ont une compréhension fondamentale de la structure d’une phrase. En vieillissant, ils acquièrent une meilleure compréhension de la complexité et des nuances de la langue. Ils apprennent à se servir des mots équivalents, des mots qui expriment la certitude comme pouvoir et devoir et ils commencent à utiliser la voix passive. Entre l’âge de huit et de 10 ans, les enfants commencent à apprécier les façons de parler, les jeux de mots et les blagues qui peuvent avoir un double sens. À l’âge de 10 ans, la plupart des enfants peuvent dériver la signification des mots qu’ils ne connaissent pas en analysant les éléments qui les forment.

Les années intermédiaires sont une période où le monde de la lecture et de l’écriture devient plus clair pour les enfants. Ils apprennent comment le même mot peut signifier deux choses et comment différents mots peuvent vouloir dire la même chose. Ils apprennent à comprendre les mots qui expriment des sentiments et les mots qui décrivent. Leur capacité à écrire avec aisance et à s’exprimer par l’écriture s’améliore également, que ce soit en maîtrisant mieux l’orthographe et la grammaire ou en rédigeant un court texte qui exprime ce qu’ils pensent.

Pendant cette période, le meilleur soutien pour les enfants consiste à les encourager et à leur lancer des défis. Les aptitudes linguistiques des enfants s’améliorent plus rapidement si leurs parents ou fournisseurs de soins entament souvent des conversations avec eux, s’ils emploient un vocabulaire étendu, s’ils leur font la lecture et s’ils les encouragent à exprimer leurs sentiments et leurs idées. Lorsque les enfants communiquent leurs idées à leurs pairs, leurs aptitudes linguistiques s’améliorent encore plus.221

La communication et les situations sociales présentent des défis quotidiens pour les enfants qui ont un trouble du spectre autistique (TSA). Les personnes qui ont un TSA éprouvent différents degrés de difficultés avec le langage et la communication verbale. Pour les enfants qui se situent à l’extrémité moins grave du spectre, les aptitudes liées à la parole peuvent ne pas être retardées de manière importante et ils peuvent bien parler dans certaines situations. Par contre, les enfants qui se situent à l’extrémité plus grave du spectre autistique peuvent avoir un développement limité ou inexistant de la parole ou avoir des anomalies de la parole (comme le ton, l’accentuation, la vitesse ou le rythme).

Bien que les enfants qui ont un TSA comprennent souvent les mots que les gens emploient, ils ont tendance à ne pas déceler les indices sociaux et les aspects non verbaux d’une conversation — des choses comme les expressions du visage, le ton de la voix, le débit de la parole et les gestes qui communiquent une émotion et une signification. Certains enfants ayant un TSA peuvent également éprouver de la difficulté à imaginer le point de vue d’une autre personne.

Les infections de l’oreille et la langue

Les infections de l’oreille ne sont pas rares chez les enfants qui sont à la phase intermédiaire et elles peuvent avoir une grave répercussion sur le développement du langage et de la parole. Si les infections de l’oreille persistent ou ne sont pas traitées adéquatement, les enfants courent un plus grand risque de perdre l’audition. Cette perte peut avoir un effet néfaste sur l’acquisition du langage, la lecture, la littératie et la réussite scolaire.

Pour les enfants qui ont un trouble du spectre autistique (TSA), l’amélioration des habiletés pour la communication sociale nécessite souvent un enseignement plus explicite, un soutien ainsi que des possibilités d’apprentissage délibérées. Les enfants qui sont dans le spectre autistique devraient être encouragés à s’exprimer en dehors de la communication linguistique, en se servant de l’art, du mouvement et du jeu.

L’expression des sentiments et la maîtrise de soi

Même si les enfants qui sont à la phase intermédiaire font de grands pas dans l’acquisition de la langue et dans l’apprentissage de la communication, ils n’ont pas encore complètement appris comment exprimer leurs sentiments ou parler des choses qui les contrarient. Ainsi, le jeu et les autres types de représentation symbolique demeurent les formes de communication essentielles durant les années intermédiaires. Pour les enfants plurilingues, exprimer des pensées ou des émotions complexes dans une autre langue constitue un défi supplémentaire.

Apprendre comment exprimer ses sentiments a un impact énorme sur la capacité de l’enfant à se maîtriser. Lorsque l’enfant est mieux en mesure d’extérioriser ses sentiments et de s’affirmer, il est moins susceptible d’exprimer ses émotions par l’agression physique. En encourageant l’expression verbale, les parents, les fournisseurs de soins et les autres peuvent aider les enfants à mieux comprendre leur univers et à mieux l’expliquer aux autres. Ce moyen d’expression aidera les enfants, en retour, à apprendre à régler les conflits et à maîtriser leur comportement impulsif.

Une fois que les enfants maîtrisent une langue seconde, ils peuvent jouir d’une longueur d’avance sur leurs pairs. Les enfants qui sont bilingues ont tendance à avoir une plus grande capacité d’attention et une meilleure flexibilité cognitive.222

Le langage et les enfants autochtones

Le langage rapproche les enfants de leur culture. Favoriser l’apprentissage des langues autochtones est donc un objectif de base pour plusieurs communautés et familles autochtones. La revitalisation des langues autochtones est une réaction aux politiques colonialistes qui réprimaient et punissaient l’apprentissage des langues autochtones afin de dépouiller les enfants autochtones de leurs liens culturels, familiaux et communautaires.

Il y a des personnes qui parlent les langues autochtones, mais qui ne parlent pas couramment le français ou l’anglais. C’est le cas de certains enfants et familles inuits qui parlent l’inuktitut et qui ont été confrontés à des obstacles linguistiques lorsqu’ils ont migré du nord pour vivre dans des collectivités du sud où le français et l’anglais sont les langues parlées dominantes.

L’acquisition de connaissances linguistiques et culturelles peut procurer aux enfants autochtones un puissant sentiment d’identité qui est susceptible de les aider à acquérir une résilience qui leur sera utile lorsqu’ils auront des interactions en dehors de leur communauté et lorsqu’ils fréquenteront l’école.223 En plus d’améliorer l’estime de soi, l’acquisition de compétences linguistiques et d’une compréhension culturelle peut aider les enfants autochtones qui sont à la phase intermédiaire à se familiariser avec les différents contextes culturels autochtones et non autochtones.

À travers l’histoire, plusieurs cultures autochtones étaient principalement orales et elles ont conservé cette solide tradition des récits oraux. Les langues autochtones incarnent également les croyances culturelles fondamentales, les connaissances et les visions du monde autochtones et elles constituent un moyen puissant pour transmettre la culture. Les activités à l’échelle de la communauté qui comportent des récits et des représentations théâtrales des histoires peuvent aider les enfants à acquérir la langue tout comme le jeu théâtral fondé sur la culture autochtone. Lorsque le savoir autochtone est intégré dans la salle de classe, le rendement scolaire des enfants tend à s’améliorer.224

La langue n’est pas le seul moyen de communication pour les enfants autochtones. Les connaissances et l’expression culturelle sont également transmises à l’aide du mentorat, des chants, des tambours, de la danse et des cérémonies.225 Le langage corporel et les gestes sont également importants pour les enfants autochtones et ils sont utilisés pour transmettre une signification.

La langue et les enfants nouveaux arrivants

Les enfants qui sont de nouveaux arrivants sont confrontés à des défis particuliers en ce qui concerne l’acquisition du français ou de l’anglais. Bien souvent, la langue qu’ils emploient à l’école est une nouvelle langue qu’ils s’efforcent d’apprendre tout en s’adaptant à une nouvelle culture. Ces enfants peuvent aussi être appelés à devenir des traducteurs pour les membres de leur famille. Il est important que le personnel éducatif n’oublie pas qu’il peut être plus long et plus difficile pour les enfants nouveaux arrivants de maîtriser des concepts tout en les apprenant dans une nouvelle langue.

Les enfants qui sont à la phase intermédiaire ont de la difficulté à exprimer des pensées complexes et des sentiments verbalement. Ces difficultés sont accentuées lorsque les enfants tentent de le faire dans une autre langue. Dans de tels cas, il peut être utile de donner aux enfants nouveaux arrivants l’occasion d’exprimer des pensées complexes ou difficiles ou des émotions dans leur langue maternelle ou d’explorer l’expression à travers l’art, le jeu ou d’autres types de représentations symboliques.

Children's Artwork