Tu es làSkip Navigation Links

Plan comportemental du Programme ontarien des services en matière d’autisme

Aperçu

Le plan comportemental (ou « plan ») du Programme ontarien des services en matière d’autisme (POSA) est requis pour tous les enfants et les jeunes qui participent au POSA. Il résulte d’une collaboration entre la famille, la superviseure ou le superviseur clinique du POSA et d’autres professionnels, si nécessaire.

L’objectif du présent document consiste à donner un aperçu des étapes du processus d’élaboration du plan comportemental du POSA et à présenter les principaux éléments et détails devant être inclus dans chaque plan.

Les fournisseurs de services du POSA peuvent préparer un plan dans n’importe quel format.

Les superviseures et les superviseurs cliniques du POSA sont responsables des plans comportementaux. Ils doivent les élaborer en y incluant tous les éléments énumérés dans les présentes instructions et les signer avant de fournir des services aux enfants et aux familles.

Qu’est-ce que le plan comportemental du POSA?

Tel que décrit dans le cadre clinique du POSA, le plan comportemental consiste en une description détaillée des services comportementaux fondés sur des données probantes qu’un enfant ou un jeune recevra dans le cadre du POSA. Il s’appuie sur la rétroaction de la famille, sur une compréhension claire de ses attentes, de ses capacités et de ses priorités ainsi que sur les recommandations de la superviseure ou du superviseur clinique du POSA.

Même si certaines familles reçoivent différents types de services, il faut noter que le plan comportemental du POSA repose uniquement sur les services comportementaux fondés sur des données probantes fournis à l’enfant ou au jeune par l’intermédiaire du POSA, dans le cadre duquel une gamme de services de ce type sont offerts, notamment l’analyse comportementale appliquée. Ces services s’inscrivent dans une approche fondée sur les forces qui permet aux familles d’acquérir les compétences et les connaissances nécessaires, en partenariat avec les fournisseurs, pour répondre aux besoins lorsqu’ils surviennent (voir les lignes directrices du POSA pour en savoir plus sur les types de services offerts dans le cadre du programme).

Qu’est-ce qu’un plan de services à la famille du POSA?

Le plan de services à la famille du POSA touche à un plus grand éventail de services et de soutiens, d’activités, d’intérêts et d’objectifs pour chaque enfant ou jeune et sa famille. Il évolue avec le temps pour tenir compte des priorités changeantes de la famille, du développement de l’enfant ou du jeune, des progrès vers l’atteinte des objectifs et de la planification de la transition. Le plan de services à la famille est élaboré par la préposée ou le préposé aux services de soutien à la famille du POSA en collaboration avec la famille et d’autres professionnels, si nécessaire.

Le plan comportemental est un élément clé du plan de services à la famille du POSA.

Étapes du processus d’élaboration d’un plan comportemental du POSA

Le plan comportemental d’un enfant ou d’un jeune et de sa famille est unique. Le processus de planification comprend toutefois certaines étapes communes. Avec le consentement éclairé de la famille, la superviseure ou le superviseur clinique effectue les tâches suivantes ou en délègue certaines aux professionnels sous sa supervision (pour en savoir plus sur la délégation, consultez la section 5.4 des lignes directrices du POSA).

Collecte d’information

La superviseure ou le superviseur clinique recueille de l’information sur les forces et les besoins de l’enfant ou du jeune en consultant les documents sur le soutien médical, éducatif et clinique offert dans la collectivité et en discutant avec la famille et d’autres professionnels.

La superviseure ou le superviseur clinique du POSA commence par examiner tous les documents pertinents disponibles sur le soutien médical, éducatif et clinique offert à l’enfant ou au jeune dans la collectivité, y compris le plan de services à la famille s’il est établi.

La superviseure ou le superviseur clinique rencontre également la famille et l’enfant ou le jeune pour apprendre à connaître leurs forces, leurs besoins, leurs intérêts et leurs objectifs ainsi que les besoins les plus pressants de la famille par rapport à l’enfant de même que les facteurs contextuels ou pratiques qui se rapportent à l’évaluation et à l’intervention comportementales (p. ex. les considérations liées à la langue et à la culture, le transport, les contraintes liées à l’emploi du temps, etc.)

Évaluation

La superviseure ou le superviseur clinique observe et évalue directement l’enfant ou le jeune pour orienter les stratégies et les objectifs associés aux services comportementaux et établir un cadre de référence aux fins d’observation et d’évaluation continues. Les résultats sont discutés avec la famille.

À l’étape de l’évaluation, la superviseure ou le superviseur clinique observe et évalue directement l’enfant ou le jeune afin d’éclairer les stratégies et les objectifs associés aux services comportementaux et d’établir un cadre de référence en vue des observations et des interventions continues. Elle ou il peut aussi évaluer le cadre environnemental et familial de l’enfant ou du jeune. L’équipe clinique doit obtenir le consentement éclairé de la famille avant de procéder à toute analyse.

La portée de l’évaluation est unique en fonction de l’enfant ou du jeune. La superviseure ou le superviseur clinique détermine les évaluations individuelles appropriées en fonction de l’âge, des capacités et des difficultés de l’enfant ou du jeune et de sa famille ainsi que d’autres facteurs.

Les observations peuvent se dérouler dans les environnements naturels de l’enfant ou du jeune, comme à l’école, ou encore dans un milieu clinique. Les observations peuvent porter sur les interactions entre l’enfant et sa famille, ou avoir lieu en milieu scolaire. Selon ses discussions avec la famille, la superviseure ou le superviseur clinique peut recommander d’axer l’évaluation sur des compétences ou des domaines précis, comme les relations sociales et interpersonnelles, la communication, les fonctions cognitives, les aptitudes liées à la préparation à l’école, les habiletés motrices, la responsabilité personnelle et les facultés d’adaptation, le jeu et les loisirs, la maîtrise de soi, les compétences professionnelles ainsi que les comportements difficiles.

Pour orienter son évaluation, l’équipe clinique peut avoir recours à diverses mesures directes, comme des évaluations fonctionnelles du comportement, des évaluations fondées sur des programmes ou encore des données consignées ou recueillies durant l’observation directe de l’enfant. L’équipe clinique peut aussi utiliser des mesures indirectes, comme des rapports des parents ou de l’école. Dans certains cas, des outils normalisés peuvent fournir des renseignements supplémentaires.

Afin de mieux éclairer les décisions dans le cadre de la planification, l’équipe peut également consulter les évaluations antérieures effectuées par d’autres professionnels tels que des psychologues, des psychiatres, des pédiatres, des spécialistes de la parole et du langage et des ergothérapies.

Une fois les évaluations directes et indirectes terminées, analysées et résumées, la superviseure ou le superviseur clinique du POSA discute des résultats avec la famille. Ensemble, ils parviennent à une compréhension commune des objectifs prioritaires de l’enfant ou du jeune et du plan d’intervention. Cela peut inclure des objectifs et des priorités à court et à long terme.

Ce processus de planification fondé sur le consensus se poursuit tout au long de l’expérience de l’enfant ou du jeune dans le POSA.

L’équipe clinique mène des évaluations de façon continue selon un intervalle régulier (tous les six mois ou plus tôt, au besoin) afin d’évaluer les progrès et de fixer des objectifs. L’équipe utilise aussi continuellement des données directes (p. ex. données sur l’acquisition de compétences et de diminution des comportements) pour continuellement évaluer les progrès et éclairer la prise de décisions cliniques.

Recommandations cliniques

La superviseure ou le superviseur clinique formule des recommandations sur le nombre et le type de services comportementaux dont l’enfant ou le jeune a besoin. Elle ou il discute de ses recommandations avec la famille.

En se fondant sur les processus de collecte d’information et d’évaluation susmentionnés, sur des données probantes provenant de la littérature évaluée par des pairs ainsi que sur des normes éthiques et professionnelles, la superviseure ou le superviseur clinique du POSA formule ses recommandations concernant les modalités et le nombre de services comportementaux requis.

Elle ou il discute de ses recommandations avec la famille avant d’amorcer l’élaboration du plan comportemental de l’enfant ou du jeune. Le plan comprend une description des comportements ou des compétences de l’enfant ou du jeune, des objectifs mesurables, des interventions proposées, notamment des détails sur la participation de la famille, le calendrier, l’environnement, la durée anticipée, les rôles et les responsabilités des intervenants ainsi que les façons de mesurer et d’évaluer les progrès, de généraliser et de maintenir les compétences et de déterminer les prochaines étapes.

La superviseure ou le superviseur clinique du POSA évalue, avec l’enfant ou le jeune et sa famille, la participation de cette dernière et ainsi que les autres formes de soutien (le cas échéant) dans l’intervention recommandée.

Élaboration du plan comportemental

La superviseure ou le superviseur clinique rédige le plan comportemental en collaboration avec d’autres professionnels au besoin. Elle ou il passe le plan en revue avec la famille et obtient son consentement éclairé à la prestation des services à l’enfant ou au jeune.

La superviseure ou le superviseur clinique du POSA rédige le plan comportemental à la lumière de ses discussions avec la famille et l’enfant ou le jeune et en collaboration avec d’autres professionnels, au besoin (y compris l’équipe familiale si une telle équipe a été créée pour l’enfant ou le jeune). De plus, elle ou il documente le processus de prise de décisions cliniques à l’aide d’explications sur les interventions recommandées et la façon dont le plan a été abordé avec la famille.

La superviseure ou le superviseur clinique passe en revue le plan avec l’enfant ou le jeune et sa famille et obtient leur consentement éclairé à la mise en œuvre du plan.

Les plans comportementaux écrits doivent comprendre les annexes suivantes :

Les fournisseurs régionaux conservent ces trois documents dans le dossier de l’enfant ou du jeune. Les fournisseurs de l’option du financement direct transmettent ces formulaires au fournisseur local ou régional aux fins de vérification de la conformité.

Prestation de services comportementaux

L’équipe clinique fournit les services selon le plan. Au fur et à mesure que l’enfant ou le jeune acquiert de nouvelles compétences, l’équipe l’aide à maintenir ces compétences et à les mettre en œuvre auprès d’autres personnes et dans divers cadres (à la maison, à l’école, dans la collectivité). Quand l’enfant ou le jeune atteint des objectifs, la superviseure ou le superviseur clinique en introduit de nouvelles conformément au plan comportemental.

Une fois le plan comportemental signé (et vérifié par le fournisseur régional aux fins de conformité dans le cas des fournisseurs de l’option du financement direct), l’équipe clinique fournit les services conformément aux discussions avec la famille.

Au fur et à mesure que l’enfant ou le jeune atteint les objectifs énoncés dans le plan comportemental du POSA, on se concentre notamment à consolider ou à maintenir la ou les compétences récemment acquises ainsi qu’à les mettre en pratique avec souplesse et de différentes façons dans de nouveaux environnements et avec de nouvelles personnes. Les objectifs peuvent aussi consister principalement à accroître la capacité des gens qui entourent l’enfant à conserver ou à étendre ces compétences dans divers environnements.

Surveillance et évaluation du plan comportemental

L’équipe clinique surveille et évalue continuellement le plan comportemental et informe régulièrement la famille des progrès. La superviseure ou le superviseur clinique rédige un résumé des progrès tous les six mois ou plus tôt, au besoin, et l’examine avec la famille.

Les plans comportementaux ne sont pas statiques : ils doivent être surveillés et évalués régulièrement afin de favoriser les progrès continus de l’enfant ou du jeune. C’est la superviseure ou le superviseur clinique du POSA qui est responsable de surveiller et d’évaluer le plan comportemental. Si l’enfant ou le jeune ne fait pas de progrès, la superviseure ou le superviseur clinique examine ce qui a été fait ou ce qui pourrait être fait afin de mettre le plan comportemental au point.

L’équipe clinique avise régulièrement la famille des progrès de façon continue.

La superviseure ou le superviseur clinique du POSA rédige également un résumé des progrès tous les six mois ou plus tôt, au besoin. Le résumé des progrès comprend les compétences et les comportements ciblés, les objectifs en matière de comportement, une brève description de l’intervention, les résultats jusqu’à présent (fondés sur les données consignées ou recueillies) ainsi que des recommandations pour les prochaines étapes. La superviseure ou le superviseur clinique transmet un exemplaire du résumé à la famille et en discute avec elle.

Révision du plan comportemental (au besoin)

La superviseure ou le superviseur clinique fait part de tout changement au plan comportemental à la famille en utilisant la forme de communication convenue, par exemple par écrit, par téléphone ou en personne. Toutes les communications verbales sont documentées par écrit par la superviseure ou le superviseur clinique.

Si des modifications importantes sont apportées au plan comportemental (p. ex. changement d’une méthode pour atteindre un objectif, ou émergence de comportements difficiles), la superviseure ou le superviseur clinique doit modifier le plan pour refléter la façon dont les services seront fournis. Les superviseures et les superviseurs cliniques qui utilisent l’option du service direct du POSA doivent soumettre cette modification au guichet unique.


Éléments du plan comportemental

Les éléments suivants doivent être inclus dans tous les plans comportementaux du POSA, sauf indications contraires dans les consignes ci-dessous. Les fournisseurs de services peuvent préparer les plans dans n’importe quel format.

Une fois le plan comportemental signé, la superviseure ou le superviseur clinique du POSA, les cliniciennes et les cliniciens du POSA responsables de la prestation des services et les parents ou les tuteurs en conservent chacun une copie.

Éléments Instructions
1. Renseignements généraux

Fournir un résumé général des renseignements contextuels pertinents au plan comportemental de l’enfant ou du jeune, en précisant que d’autres renseignements se trouvent dans le plan de services à la famille, le cas échéant.

Les renseignements contextuels pertinents peuvent inclure :

  • l’objectif de la famille qui souhaite obtenir des services comportementaux, dont ses priorités et ses principales préoccupations;
  • les antécédents de l’enfant ou du jeune et de sa famille (c.-à-d. évaluations et diagnostics, situation personnelle et scolaire, renseignements relatifs au travail);
  • l’historique des plans comportementaux (p. ex. les modalités et les objectifs des services reçus dans le passé) et un résumé des progrès ayant été associés jusqu’à maintenant à ces interventions;
  • les autres types de services que l’enfant ou le jeune et sa famille reçoivent ou attendent de recevoir (p. ex. orthophonie).
2. Résumé des comportements observés et évalués

Inclure les renseignements suivants :

  • où et quand l’enfant ou le jeune a été observé;
  • les outils d’évaluation directe et indirecte utilisés et un résumé des résultats;
  • les résultats des évaluations et des rapports – les résultats des évaluations directes devraient être présentés graphiquement, si possible.
3. Forces

Décrire les forces de l’enfant ou du jeune recensées lors des évaluations et des discussions avec la famille.

4. Domaines à aborder

Décrire tous les domaines et les compétences à aborder (p. ex. les relations sociales et interpersonnelles, la communication, les fonctions cognitives, les aptitudes liées à la préparation à l’école, les habiletés motrices, la responsabilité personnelle et les facultés d’adaptation, le jeu et les loisirs, la maîtrise de soi, les compétences professionnelles ainsi que les comportements difficiles – consulter les lignes directrices du POSA pour accéder à une liste complète des domaines et des compétences).

5. Objectifs de l’intervention

Inclure les renseignements suivants :

  • les objectifs prioritaires pour chaque domaine et chaque compétence à aborder;
  • des cibles mesurables pour chaque objectif;
  • des stratégies claires de généralisation et d’atteinte de chaque objectif;
  • la façon dont les objectifs ont été établis, en tenant compte de la participation de la famille et de l’enfant ou du jeune;
  • la façon dont ces objectifs cadrent avec les objectifs généraux de la famille, énoncés dans le plan de services à la famille.
6. Compétences à accroître Inclure les renseignements suivants :
  • une description de chaque compétence à aborder;
  • des données de référence;
  • la façon dont les progrès seront évalués et mesurés.
7. Comportements à diminuer (au besoin)

Inclure les renseignements suivants :

  • une description de chaque comportement à diminuer, la fonction du comportement, les comportements antérieurs, les stratégies fondées sur les conséquences et les comportements de substitution proposés;
  • la façon dont les changements seront évalués et mesurés.

S’il n’y a aucun comportement à diminuer, indiquer « S. O. »

8. Processus d’évaluation des comportements susceptibles de nuire à l’intervention (au besoin)

Inclure les renseignements suivants :

  • le processus d’évaluation des comportements susceptibles de nuire à l’intervention, le cas échéant.

S’il n’y a aucun comportement susceptible de nuire à l’intervention, indiquer S.O.

9. Intervention prévue et approche en matière de maintien

Décrire tous les éléments des interventions planifiées pour chaque compétence à accroître et chaque comportement à diminuer. Inclure les éléments suivants :

  • les modalités ou la nature des interventions (p. ex. essai discret, naturaliste, individuel, en petit groupe, formation pour les parents) pour chaque compétence ou comportement ciblé; celles-ci doivent toutefois être flexibles en fonction de l’apprentissage de l’enfant;
  • les attentes concernant la participation de la famille;
  • l’endroit où les services seront fournis;
  • le nombre de séances de traitement par semaine et leur durée;
  • des critères de maîtrise pour chaque compétence et chaque comportement ciblé;
  • des détails concernant le renforcement de chaque compétence et de chaque comportement ciblé (type, calendrier, etc.);
  • des plans pour la généralisation et le maintien de chaque compétence y compris auprès de différentes personnes, dans différents environnements, à divers moments, selon l’utilisation des matériaux disponibles dans le milieu naturel de l’enfant et dans de multiples cadres typiques; il faut également inclure dans les plans des méthodes pour planifier la variabilité des réactions, les imprévus naturellement associés au maintien des compétences ainsi que l’étendue de ces dernières dans le milieu naturel;
  • des procédures concernant la formation des parents (dans les contextes où la planification est axée sur la formation de médiateurs ou des parents);
  • des interventions fondées sur des antécédents et des conséquences, ainsi que sur l’acquisition de compétences et la substitution de comportements (pour atteindre les objectifs en matière de diminution des comportements).
10. Plan d’évaluation Inclure les renseignements suivants :
  • la façon dont chaque objectif sera mesuré et évalué systématiquement et directement;
  • la fréquence approximative d’évaluation des progrès (au moins tous les six mois, ou plus tôt en présence de motifs cliniques);
  • la façon dont l’efficacité du plan comportemental et l’intégrité des interventions feront l’objet d’un suivi continu.

Les stratégies d’intervention peuvent être modifiées au besoin. Si l’enfant ou le jeune ne fait pas de progrès, la superviseure ou le superviseur clinique peut examiner ce qui a été fait ou ce qui pourrait être fait afin de mettre le plan comportemental au point.

11. Risques et bienfaits

Décrire les risques et les bienfaits anticipés associés à l’intervention proposée.

12. Rôles de la famille et des fournisseurs de soins

Décrire le rôle de la famille, notamment leur participation aux évaluations continues, aux rencontres de supervision ou d’équipe, à l’acquisition des compétences ou à la diminution des comportements et à la prestation d’interventions (p. ex. calendrier, transport).

13. Rôles et responsabilités des cliniciennes et des cliniciens

Inclure les renseignements suivants :

  • les cliniciens et les fournisseurs qui offriront les services énumérés dans le plan;
  • les personnes responsables de la supervision clinique de chaque élément du plan et la fréquence de leur supervision (p. ex. le nombre d’heures);
  • la nature des activités effectuées durant la supervision (p. ex. rencontre avec les parents, rencontre avec d’autres fournisseurs de services, observation de l’enfant ou du jeune, analyse et examen des données, observation des thérapeutes avec l’enfant ou le jeune, évaluation de l’intégrité du traitement avec les thérapeutes, les parents ou les fournisseurs de soins).
14. Collaboration interprofessionnelle

Inclure les renseignements suivants :

  • une description de la façon dont la superviseure ou le superviseur clinique ou l’équipe responsable de la prestation des services cliniques collaborera avec d’autres professionnels, au besoin, comme l’équipe familiale (p. ex. examen des notes d’intervention, appels téléphoniques, observations, rencontres, établissement d’objectifs, etc.);
  • la fréquence de ces activités;
  • une référence au plan de services à la famille pour plus de renseignements, si nécessaire.
15. Plan de communication continue

Fournir un calendrier des points de rencontre avec la famille et les fournisseurs, y compris avec l’équipe familiale, le cas échéant.

16. Explications du plan comportemental et participation de la famille

Inclure les renseignements suivants :

  • les explications de la superviseure ou du superviseur clinique du POSA concernant les éléments du plan;
  • les dates des rencontres et des appels téléphoniques avec la famille pour discuter du plan comportemental, et le nom des membres de la famille y ayant participé;
  • le cas échéant, les détails concernant la participation de l’enfant ou du jeune aux rencontres (comment et quand);
  • la façon dont le plan recommandé a été abordé avec la famille;
  • l’opinion de la famille à l’égard du plan.
17. Renseignements additionnels

Inclure des renseignements additionnels, au besoin.

18. Liste des pièces jointes

Dresser une liste de toutes les pièces jointes accompagnées de la date à laquelle elles ont été achevées. Les pièces jointes doivent comprendre tous les rapports d’évaluation et les graphiques.

19. Signatures

Inclure la signature d’un parent, d’un tuteur ou du jeune accompagnée de la déclaration suivante :

En signant ci-dessous, je confirme ce qui suit :

  • Je comprends parfaitement le plan comportemental expliqué par la superviseure ou le superviseur clinique.
  • Je comprends les risques et les bienfaits associés au plan comportemental.
  • Je comprends ce que je dois faire pour soutenir l’approche à l’égard de l’intervention prévue.
  • Je consens à ce plan comportemental et l’accepte.

Inclure la signature de la superviseure ou du superviseur clinique du POSA accompagnée de la déclaration suivante :

En signant ci-dessous, je confirme que :

  • Ce plan comportemental est conforme à tous les éléments énumérés dans les lignes directrices et le cadre clinique du POSA.