Tu es làSkip Navigation Links > Accueil > Professionnels > D'un stade à l’autre > Le développement positif des jeunes > Adolescence (de 13 à 19 ans)

Bannière d’Un stade à l’autre – jambes et pieds d’une personne qui marche sur des pierres pour traverser une étendue d’eau.

Le développement positif des jeunes

Feuilles de route : Adolescence (de 13 à 19 ans)

Image d’un cercle divisé en quatre sections égales ayant chacune une couleur différente, avec un cercle plus petit au centre. Chaque section représente les différents domaines du développement humain : cognitif (en jaune, en haut à gauche), émotionnel (en vert, en haut à droite), social (en bleu, en bas à gauche) et physique (en violet, en bas à droite). Pour bien matérialiser le thème évoqué, la section qui correspond au développement cognitif est un peu plus grande que les trois autres.

Adolescence (de 13 à 19 ans)

Développement cognitif

Ce format vous plaît? Vous aimeriez que le reste du document D'un stade à l'autre s'affiche de cette façon?

Communiquez avec nous pour soumettre un commentaire.

Que se passe-t-il? Comment puis-je le voir? Que puis-je faire?
Développement cérébral

Les capacités de raisonnement complexe, de planification et de contrôle des pulsions augmentent

L'adolescent commence à montrer une capacité accrue à organiser ses pensées, à planifier, à contrôler ses pulsions et à porter son attention sur une tâche en cours en ignorant les distractions (p. ex., un jeune de cet âge peut commencer à s'appuyer sur l'organisation de ses obligations scolaires dans un emploi du temps).

Il peut également être capable de reporter des activités sociales agréables afin de tenir ses engagements à l'école ou au travail.

Il commence à moins dépendre de formes externes de régulation (comme les règles parentales) et est plus à même de réguler indépendamment son comportement.

  • Offrez de l'aide, du soutien et des conseils afin que les jeunes restent motivés et concentrés.
  • Invitez les jeunes à assumer des rôles de leadership dans l'accomplissement d'une tâche.
  • Lancez des défis qui nécessitent des compétences de résolution de problèmes (p. ex., une chasse au trésor).
  • Donnez aux jeunes l'occasion de prévoir et d'organiser des activités et des événements (p. ex., planifier une vente de biscuits, une soirée dansante ou une sortie de groupe). Les adolescents plus âgés sont capables de gérer ces initiatives en s'appuyant sur un soutien de moins en moins direct.

Le cerveau se spécialise et fonctionne plus efficacement

La capacité à traiter des renseignements complexes et à apprendre de nouveaux concepts se renforce.

  • Encouragez les exercices qui permettent à la jeunesse d'organiser des idées abstraites et de tirer des conclusions raisonnées (p. ex., élaborer une liste d'avantages et d'inconvénients).
  • Inspirez les jeunes à tenter de nouvelles expériences (p. ex., aller au musée, jouer d'un instrument de musique, essayer un nouveau sport ou devenir membre d'un comité).
  • Apprenez aux jeunes à utiliser la technologie qui les entoure afin qu'ils restent organisés et perfectionnent des compétences transférables dans un contexte professionnel (p. ex., utilisation de l'option de calendrier sur un téléphone cellulaire afin de rester organisé et de respecter des délais).

La capacité à évaluer les risques et les récompenses s'améliore

La capacité à évaluer efficacement les risques et les récompenses s'améliore.

L'adolescent peut s'engager dans des comportements marqués par la recherche de sensations fortes et la prise de risques, comme :

  • les sports extrêmes (saut en parachute, motocyclette tout-terrain);
  • boire de l'alcool ou fumer.

Il peut être tout particulièrement motivé par les risques et les sensations fortes en présence de ses pairs.

La sensibilité aux plaisirs et aux récompenses s'accroît davantage, notamment en présence des pairs.

Il peut être plus sensible à la critique et au rejet par les pairs.

  • Maintenez une communication ouverte et favorisez l'honnêteté et le respect mutuel.
  • Évoquez les façons d'évaluer les risques en vous appuyant sur des exemples personnels.
  • Partagez vos propres expériences de situations risquées (en réfléchissant sur vos choix, bons et mauvais) pour montrer aux jeunes que vous leur faites confiance et que vous les respectez.
  • Encouragez les jeunes à prendre le temps de progresser et à s'entraîner.
  • Encouragez les jeunes à prendre des risques raisonnables et positifs (p. ex., postuler à un emploi) et à participer à des activités aventureuses mais sécuritaires (voyages ou sports organisés, p. ex.).
  • Participez à des activités nouvelles et excitantes avec les jeunes.
  • Témoignez de l'intérêt pour les activités des jeunes (cela peut leur permettre de se sentir à l'aise pour vous demander des renseignements et des conseils).
  • Donnez des instructions pour guider les jeunes et assurez l'accès à des outils (p. ex., équipement de protection, cellulaire, carte) et à des renseignements de diverses sources (p. ex., forums en ligne, autres personnes ayant eu une expérience similaire) pour aider les jeunes à renforcer leurs connaissances et à être prêts.
  • Encouragez les jeunes à prendre des décisions dans le calme et à être réalistes quant à leurs capacités personnelles et aux conséquences éventuelles.
  • Encouragez-les à franchir des étapes pas à pas, de façon sécuritaire (p. ex., s'entraîner).
  • Favorisez les relations positives et encourageantes afin de renforcer le soutien des pairs vers des comportements prosociaux (à savoir agir de façon bénéfique pour les autres).
  • Quand ils grandissent, encouragez les jeunes à prendre le temps de réfléchir aux conséquences potentielles de leur comportement. Éviter les conséquences négatives devient une motivation plus importante à ce stade, et cela peut jouer un rôle plus essentiel dans la prise de décisions.

La capacité à contrôler ses pulsions et à réguler son comportement s'améliore

Dans des conditions de faible tension émotionnelle, il peut anticiper les conséquences, contrôler ses pulsions et agir en se basant sur des choix rationnels.

Dans des conditions de stress physique ou émotionnel (p. ex., rupture, manque de sommeil), la capacité à prendre des décisions fondées est diminuée.

Il est capable de mieux organiser et planifier.

  • Soyez patient, compatissant et reconnaissez les sources de stress (p. ex., dispute récente avec un ami) qui peuvent avoir une incidence sur les émotions et le comportement d'un jeune.
  • Si un adolescent semble sujet à un stress émotionnel, laissez-lui du temps et de l'espace pour que la tension retombe avant de lui demander d'autres choses.
  • Aidez les jeunes à évaluer leur état émotionnel en leur posant des questions comme : « Te sens-tu suffisamment calme pour prendre une décision aussi importante? » ou « La nuit porte conseil. Peut-être devrais-tu attendre demain? »
Développement des capacités de raisonnement

La capacité d'abstraction arrive à maturité

Il devient plus à même de penser de façon abstraite et hypothétique.

Il commence à faire abstraction de ses croyances dans certains domaines d'expertise.

Il développe des systèmes pour organiser ses idées abstraites.

  • Encouragez les exercices qui permettent à la jeunesse d'organiser des idées abstraites et de tirer des conclusions raisonnées (p. ex., élaborer une liste d'avantages et d'inconvénients).
  • Fournissez aux jeunes la possibilité de se former et d'améliorer leurs compétences en utilisant la mémoire de travail visuo-spatiale (p. ex., jouer à un jeu de mémoire).
  • Favorisez la « prise de perspective » (p. ex., demandez aux jeunes de décrire les changements majeurs qu'ils mettraient en œuvre si on leur donnait l'occasion d'être maire pendant un jour).
  • Présentez un éventail varié de perspectives, de concepts et de modes de vie au moyen de films, de livres, de biographies, d'études de cas et de musique ou en invitant des conférenciers.
  • Encouragez les débats et les discussions sur des sujets controversés (p. ex., conflits, médecine moderne, pauvreté, justice).
  • Encouragez les jeunes à sonder plus profondément les sources de leurs croyances, opinions, motivations et aspirations (« Aller au-delà de quoi? » pour se demander « Pourquoi? »).
  • Proposez des contre-arguments pour approfondir la réflexion.

Les compétences en matière de raisonnement logique s'améliorent

L'adolescent est mieux à même de réfléchir aux possibilités, de former et d'évaluer des hypothèses, de déduire et d'induire des principes guidant la prise de décisions.

La mémoire de travail continue de s'améliorer

Il améliore sa capacité à manipuler l'information conservée dans sa mémoire de travail (p. ex., résolution de problèmes de mathématiques à plusieurs étapes ou planification, puis préparation des bagages pour un voyage).

Il est mieux à même de maintenir, de traiter, de mettre à jour et d'évaluer l'information.

Les croyances sur le savoir et sur les faits continuent d'évoluer

Il peut adopter un certain scepticisme par rapport au savoir dans certains domaines.

Il ne croit plus que tous les « faits » sont vrais indépendamment des points de vue de chacun.

Il commence à remettre en question les « faits » sociaux universels (p. ex., ce n'est pas bien de faire un excès de vitesse) et s'aperçoit que certaines vérités sont relatives (p. ex., qu'en est-il si le conducteur est un médecin intervenant sur une urgence?).

Il commence à réfléchir aux faits et aux idées et à les remettre en question. Il est sceptique devant les réponses qu'on lui donne.

Il peut affirmer que toutes les réponses sont aussi valables les unes que les autres.

Il accepte la position d'une figure d'autorité (dogme) dans certains domaines d'incertitude.

Haut
Image d’un cercle divisé en quatre sections égales ayant chacune une couleur différente, avec un cercle plus petit au centre. Chaque section représente les différents domaines du développement humain : cognitif (en jaune, en haut à gauche), émotionnel (en vert, en haut à droite), social (en bleu, en bas à gauche) et physique (en violet, en bas à droite). Pour bien matérialiser le thème évoqué, la section qui correspond au développement émotionnel est un peu plus grande que les trois autres.

Adolescence (de 13 à 19 ans)

Développement émotionnel

Que se passe-t-il? Comment puis-je le voir? Que puis-je faire?
Ressenti des émotions

Les réponses émotionnelles s'intensifient

Il continue de ressentir des émotions exacerbées.

Les données émotionnelles deviennent plus importantes et significatives.

Il peut être sujet aux variations d'humeur.

Il peut être plus vulnérable au stress.

  • Passez du temps à écouter, à parler et à avoir une communication saine (p. ex., restez calme).
  • Fournissez aux jeunes l'occasion d'avoir leur propre espace et le temps de réfléchir et de se détendre comme ils le souhaitent (p. ex., écouter de la musique, lire, dessiner, écrire).
  • Offrez motivation, soutien et encouragement pour traverser les périodes difficiles.
  • Créez/favorisez des occasions d'aider les jeunes à rediriger leur énergie sur quelque chose de productif (p. ex., exercices physiques ou aider à l'organisation et le déroulement d'un événement).
  • Offrez un appui aux adolescents pour leur montrer comment gérer le stress. Les techniques de réduction de stress comme la relaxation et la méditation peuvent améliorer la santé mentale ainsi que le système immunitaire.
  • Parlez ouvertement des questions de santé mentale. Si vous avez des préoccupations sur la stabilité émotionnelle d'un jeune, mettez-le en relation avec les soutiens et les sources de renseignements disponibles (p. ex., la ligne « Jeunesse, J'écoute », le médecin de famille, des sites Web, un mentor ou un conseiller approprié) – la stigmatisation associée aux problèmes de santé mentale dissuade souvent les gens de chercher du soutien.

L'autorégulation émotionnelle devient mature

Il devient plus à même d'utiliser des stratégies rationnelles pour autoréguler ses émotions (p. ex., en essayant de voir le côté positif des choses, en recentrant ses pensées sur des choses plus joyeuses et plus plaisantes, en planifiant et en élaborant des solutions ou en acceptant la situation).

Il commence à croire en sa capacité à réguler ses émotions et prend conscience des stratégies personnelles les plus efficaces.

La capacité à lire le langage corporel s'affine

Il est plus à même de lire et de saisir les émotions d'autres personnes, y compris les signes de peur et de colère.

  • Continuez de communiquer clairement vos sentiments, tant verbalement que par votre langage corporel.

La motivation est de plus en plus intériorisée

Il montre qu'il est capable de fixer ses propres objectifs et de rester concentré en ayant moins besoin des injonctions d'autres personnes.

  • Encouragez les jeunes. À cet âge, ils veulent savoir que leurs parents, leurs enseignants ou toute autre personne servant de modèle s'intéressent à leurs activités et à leurs ambitions, mais ils ont aussi besoin d'être libres de fixer et d'atteindre seuls des objectifs.
  • Si un jeune semble avoir des difficultés, proposez-lui de l'aider à commencer, mais ne faites pas tout à sa place.
Développement de l’empathie

L'empathie continue de se renforcer

Le jeune est capable de comprendre différentes perspectives.

  • Favorisez la « prise de perspective » pour encourager le renforcement de l'empathie et la reconnaissance de la distinction entre son propre vécu et celui d'autrui (p. ex., une personne d'origine culturelle différente).
  • Encouragez les jeunes à s'intéresser à d'autres personnes et enjeux (p. ex., bénévolat auprès d'un organisme communautaire).
Haut
Image d’un cercle divisé en quatre sections égales ayant chacune une couleur différente, avec un cercle plus petit au centre. Chaque section représente les différents domaines du développement humain : cognitif (en jaune, en haut à gauche), émotionnel (en vert, en haut à droite), social (en bleu, en bas à gauche) et physique (en violet, en bas à droite). Pour bien matérialiser le thème évoqué, la section qui correspond au développement social est un peu plus grande que les trois autres.

Adolescence (de 13 à 19 ans)

Développement social

Que se passe-t-il? Comment puis-je le voir? Que puis-je faire?
Construction identitaire

L'identité fait l'objet d'une exploration active

L'adolescent explore activement ses possibilités identitaires (p. ex., en remettant en cause les valeurs de ses parents et en recherchant des renseignements sur des choix potentiels de carrière).

  • Assurez aux jeunes l'accès à des environnements structurés en dehors de la famille (p. ex., centre de jeunes, conseil de la jeunesse ou club scolaire) afin que leurs conceptions du soi et leur identité puissent émerger en s'associant à des groupes de pairs ayant un intérêt commun et en bénéficiant de leur influence positive.

On observe une plus grande flexibilité quant aux rôles dévolus aux deux sexes

Le jeune commence à être moins rigide en ce qui concerne les stéréotypes de genre au fur et à mesure de l'évolution de son identité sexuelle (p. ex., il peut ressentir une plus grande empathie pour l'identité sexuelle d'autres personnes; il peut commencer à exprimer sa propre identité sexuelle par l'habillement et l'apparence).

  • Une relation affectueuse et encourageante avec une personne s'occupant de jeunes peut permettre à ceux-ci d'explorer leurs diverses identités sans avoir peur du jugement ou de la critique.

L'estime de soi liée à l'appartenance à un groupe social continue de se renforcer

Il peut rechercher des renseignements sur ses groupes sociaux en lisant, en discutant avec d'autres membres des groupes en question, en apprenant les pratiques culturelles ou en participant à des événements culturels.

  • Soutenez l'exploration des traditions de groupes sociaux et culturels pour aider les jeunes à acquérir un sentiment d'identité culturelle et une estime de soi liée à l'appartenance à un groupe social.

L'exploration des croyances spirituelles peut s'intensifier

Il commence à remettre en question et à explorer les fondements de croyances spirituelles.

  • Le cas échéant, soutenez l'exploration de traditions religieuses ou spirituelles pour contribuer à créer un sentiment d'identité spirituelle.

La conception du soi se complexifie et devient liée aux situations

Il peut commencer à remarquer que, selon le contexte, il ne se comporte pas et ne se perçoit pas de la même façon (p. ex., je suis respectueux avec mes parents, un chef de file avec mes amis et timide en classe).

Il peut noter des conflits entre les façons dont il se perçoit et se comporte dans différentes situations (p. ex., je suis calme en classe, mais très expressif à l'entraînement de soccer).

Il peut avoir des difficultés à gérer ces conceptions du soi divergentes et peut exprimer une certaine angoisse ou du stress quant à ce conflit interne.

  • Expliquez aux jeunes qu'il est normal d'avoir des visions divergentes sur qui ils sont.
  • Encouragez les jeunes à se concentrer sur leurs conceptions d'eux-mêmes les plus positives.

Les compétences d'auto-évaluation s'améliorent

Il démontre une capacité à avoir une pensée critique et à réfléchir (p. ex., il est capable de se voir du point de vue d'un tiers [pairs, parents]).

  • Encouragez les activités autoréflexives (p. ex., créer des arbres de carrière afin d'envisager les orientations professionnelles possibles).
  • Encouragez les jeunes à rechercher des rôles de leadership (p. ex., dans le cadre de l'organisation d'un événement) mais également à comprendre que le leadership nécessite de coopérer et de collaborer avec des partenaires adultes et avec des pairs.
  • Faites en sorte que les jeunes puissent se reconnaître en vous – lorsque vous les aidez à fixer des objectifs accessibles, faites référence à vos propres limites et/ou défis personnels.
  • Apportez une rétroaction constructive afin d'encourager le perfectionnement des compétences d'auto-évaluation.

L'auto-efficacité augmente

Les certitudes liées à la capacité d'atteindre des objectifs se renforcent.

  • Encouragez les jeunes à établir une liste d'objectifs à court terme pour favoriser un sentiment d'accomplissement accru.
  • Montrez l'exemple en affichant une confiance fondée sur vos propres compétences et capacités. Les jeunes apprennent à être auto-efficaces grâce aux modèles qu'ils ont dans leur vie.
  • Favorisez l'établissement d'objectifs et soutenez les tentatives visant à atteindre ces objectifs.
  • Proposez des défis réalistes aux jeunes et offrez-leur du soutien ou des conseils pour réussir ces défis.
  • Encouragez les jeunes à rechercher des rôles de leadership pour mener à bien une tâche difficile (p. ex., activités de famille, événements sociaux, projets relatifs à la justice sociale), mais également à comprendre que le leadership nécessite de coopérer et de collaborer avec des partenaires adultes et avec des pairs.

L'estime de soi continue à décliner

Il commence à avoir moins confiance en lui et est plus négatif vis-à-vis de lui-même que pendant l'enfance ou au début de l'adolescence.

  • Célébrez les accomplissements et encouragez les jeunes à poursuivre leurs intérêts, leurs talents et leurs loisirs.
  • Montrez constamment que vous vous souciez du bien-être d'un jeune en lui accordant du temps pour discuter de ses réussites et des problèmes pouvant survenir.
  • N'oubliez pas qu'avoir une personne disponible prête à l'écouter est très important pour un jeune qui est sujet à des périodes de stress.
Établissement de relations

La compréhension de la diversité des points de vue s'accentue

Il commence à comprendre l'effet des rôles sociaux dans le cadre de la prise de perspective.

Il commence à comprendre que les perspectives « neutres » sur une situation sont rares et que le point de vue d'une personne est toujours teinté par son contexte, ses croyances et son histoire.

  • Encouragez la compréhension des expériences, des défis et des problèmes d'autrui.

Les relations avec les pairs sont de plus en plus importantes

Il continue à cultiver des amitiés qui deviennent plus proches et plus intimes et partage des secrets et un soutien mutuel.

  • Favorisez les relations positives et encourageantes, notamment pendant les périodes difficiles.

Les premières relations amoureuses surviennent

Il commence à sortir à deux en groupe (formant un couple, mais passant du temps ensemble au sein d'un groupe plus large).

Ses relations amoureuses, que ce soit avec une personne de même sexe ou de sexe opposé, ne sont pas forcément basées sur une intimité émotionnelle, mais souvent sur le divertissement et la camaraderie.

Certaines expressions d'intimité émotionnelle commencent à apparaître.

Il peut révéler un intérêt amoureux pour une personne de même sexe à des amis ou à des membres de la famille en qui il a confiance.

  • Offrez un appui et aidez les jeunes dans les décisions relatives à leurs partenaires amoureux, plutôt que de décider à leur place.
  • Ayez conscience des facteurs qui peuvent influencer leurs décisions en matière de relations (p. ex., religion, médias, expériences passées, famille et amis) lorsque vous cherchez à comprendre leurs choix.
  • Restez présent et accessible en offrant aux jeunes des occasions de poser des questions et en les aidant si nécessaire.

Les relations familiales continuent d'évoluer

Il peut y avoir des désaccords plus intenses avec les parents, car son sentiment d'individualité et d'indépendance continue à se renforcer. Néanmoins, ces conflits commencent à être moins fréquents.

  • Laissez de l'espace et du temps aux jeunes pour qu'ils réfléchissent sur ces désaccords.
  • Écoutez le problème, aidez-les à l'analyser et proposez des solutions potentielles.

Le raisonnement moral s'axe désormais sur le maintien de l'ordre

Il prend des décisions morales sur la base d'une approche relative à « l'ordre public ».

Il peut ressentir le besoin de faire observer des lois pour maintenir l'ordre au sein de la société au sens large.

  • Ayez conscience de vos propres positions morales – les jeunes imitent les modes de raisonnement moral de leurs modèles.
  • Encouragez les interactions avec les pairs pour stimuler l'acquisition de formes supérieures de raisonnement moral (interactions dans lesquelles les adolescents et jeunes adultes s'engagent dans des conversations délicates sur des questions pertinentes qui soulèvent des points de vue divergents et aboutissent à une discussion des problèmes) afin d'encourager et de faciliter la prise de perspective.
  • Offrez aux jeunes l'occasion de participer activement aux décisions à prendre dans le cas d'options conflictuelles ou de dilemmes moraux pour stimuler leurs compétences de raisonnement et leurs aptitudes à résoudre des problèmes.
  • Exposez les jeunes à des dilemmes moraux concernant la discrimination, l'oppression et les préjugés.

L'autosuffisance augmente

Il montre un désir d'indépendance dans les décisions qui concernent ses relations et ses activités.

Il commence à acquérir une indépendance financière en travaillant.

  • Fournissez des conseils et partagez vos propres expériences liées à l'acquisition de votre indépendance (p. ex., compétences sur le plan financier).
Haut
Image d’un cercle divisé en quatre sections égales ayant chacune une couleur différente, avec un cercle plus petit au centre. Chaque section représente les différents domaines du développement humain : cognitif (en jaune, en haut à gauche), émotionnel (en vert, en haut à droite), social (en bleu, en bas à gauche) et physique (en violet, en bas à droite). Pour bien matérialiser le thème évoqué, la section qui correspond au développement physique est un peu plus grande que les trois autres.

Adolescence (de 13 à 19 ans)

Développement physique

Que se passe-t-il? Comment puis-je le voir? Que puis-je faire?
Activité physique

La participation aux activités physiques change

Il se peut qu'il participe à moins d'activités physiques.

Il peut commencer à privilégier quelques activités physiques ou à se spécialiser dans quelques sports.

Il choisit des activités qui reflètent des intérêts, des capacités, des ambitions, la disponibilité et les expériences passées qui lui sont propres.

  • Envisagez les obstacles à la participation à certaines activités, tels que le coût, l'équipement et le transport (p. ex., vous pouvez mettre en valeur le fait que des options bon marché comme la planche à roulettes ou le soccer constituent des possibilités dans des emplacements centraux facilement accessibles).
  • La motivation commence à devenir plus intériorisée à ce stade; mettez en place des programmes et des activités qui s'attachent à aider les jeunes à perfectionner leurs connaissances, leurs compétences et leurs comportements en vue d'avoir un mode de vie actif et sain, et qui mettent en valeur les avantages des sports et loisirs d'un point de vue social et mental (ainsi, soulignez le fait que la natation peut mener à un emploi de sauveteur).
  • Collaborez avec les jeunes pour fixer des objectifs réalistes.
  • Rappelez aux jeunes d'équilibrer leurs priorités (p. ex., école, travail, vie sociale).
  • Le plaisir est encore essentiel au développement physique à ce stade – en proposant des expériences positives, vous pouvez favoriser des habitudes saines et un mode de vie sain à l'avenir.
  • Plus l'adolescent grandit, plus vous pouvez lui donner l'occasion de gagner en autonomie et de participer à la conception et la mise en oeuvre de programmes et activités afin qu'il ait un sentiment de responsabilité et joue un rôle dans la prise de décisions.
  • Assurez-vous que les jeunes participent à des activités dans un lieu sûr et sécuritaire. Offrez aux jeunes des possibilités qui leur permettent de se sentir à l'aise pour essayer de nouvelles activités (p. ex., sans la peur que l'on se moque d'eux en cas d'échec).
  • Offrez des possibilités d'entraînement, des instructions adéquates et un encouragement – ces éléments sont tout particulièrement essentiels à ce stade du développement pour veiller à ce que les jeunes puissent perfectionner leurs aptitudes et leurs compétences.
  • Encouragez la participation aux activités physiques qui intéressent les jeunes (p. ex., certains s'intéressent moins aux activités traditionnelles et veulent essayer des sports extrêmes, alors que d'autres peuvent préférer le yoga ou la randonnée).

L'endurance cardiovasculaire et musculaire, la force et la souplesse changent

En l'absence d'entraînement, l'endurance cardiovasculaire connaît un pic avant de se stabiliser chez les filles.

Chez les garçons, elle continue à s'accroître progressivement.

En l'absence d'entraînement, il n'y a pas de hausse de la force ou de l'endurance musculaire chez les filles.

La force musculaire continue d'augmenter progressivement chez les garçons (l'endurance musculaire connaît un pic et commence à se stabiliser).

En l'absence d'entraînement, la souplesse continue de décliner lentement.

  • Encouragez les jeunes à connaître leur corps et leurs capacités en pratiquant différentes activités.
  • Fournissez des instructions et un accès à un environnement sécuritaire où les jeunes peuvent apprendre à connaître leurs nouvelles capacités et établir leurs propres limites.
  • N'oubliez pas que les activités devraient apprendre aux jeunes comment éviter de se blesser et comment traiter une blessure (p. ex., apprentissage de routines d'étirement).
  • Assurez l'accès aux renseignements sur les façons positives et négatives d'accroître sa force et son endurance (p. ex., brochure informative sur les dangers de la prise de stéroïdes ou de suppléments).
Croissance et développement physique

La puberté engendre d'autres changements physiques

Chez les garçons : on peut encore observer une poussée de croissance.

Chez les filles : la croissance peut commencer à ralentir après les premières règles (la plupart des filles atteignent leur taille adulte avant la fin de l'adolescence).

Le développement sexuel commence à être plus mature.

  • Encouragez et créez une communication ouverte bilatérale, permettant aux jeunes de poser des questions et d'obtenir les renseignements appropriés à leur âge sur les changements qui s'opèrent au niveau de leur corps et sur l'apparition des caractères sexuels (cela peut permettre aux jeunes d'acquérir des attitudes saines envers leur corps et leur sexualité et peut favoriser des choix sécuritaires en matière de sexualité).
  • Veillez à ce qu'ils puissent s'informer en leur proposant une gamme de sources fiables (p. ex., brochures, professionnels médicaux et sites Web).
  • Dédramatisez les changements dans la mesure du possible (p. ex., rappelez aux jeunes que l'acné concerne pratiquement tout le monde à un moment donné).
  • Partagez vos propres expériences (p. ex., la première fois que vous vous êtes rasé).
  • Faites des rappels de routine et fournissez des renseignements sur l'hygiène (p. ex., faites un rappel sur la nécessité d'utiliser un déodorant).

Les changements hormonaux continuent d'engendrer des fluctuations des cycles de veille et de sommeil

Il s'endort et se réveille encore plus tard (cela peut entraîner des manques de sommeil et contribuer à des sautes d'humeur et à une certaine irritabilité).

  • Prévoyez des activités et des programmes à des moments qui sont appropriés à un cycle de sommeil plus tardif (p. ex., ne prévoyez pas d'événements en tout début de journée).
  • Encouragez le recours continu à des stratégies et à des routines pour aider les jeunes à aller se coucher et à se lever à des heures appropriées (p. ex., éteindre l'ordinateur une heure avant le coucher).
Image corporelle et nutrition

Le développement de l'image corporelle se poursuit

Chez les garçons : ils peuvent préserver une image corporelle plus positive que les filles.

Chez les filles : elles sont plus susceptibles d'éprouver de l'insatisfaction par rapport à certaines parties de leur corps.

Les jeunes transgenres peuvent avoir des difficultés avec leur image corporelle.

Les perceptions négatives de l'image corporelle peuvent varier d'un jeune à l'autre selon les origines culturelles et ethniques.

L'adolescent a davantage tendance à établir des comparaisons sociales concernant sa morphologie (les comparaisons avec des idéaux non réalistes affichés dans les médias peuvent jouer un rôle dans l'apparition de l'insatisfaction).

Il accorde une importance plus grande au style, à l'habillement et à l'apparence et se forme des opinions à cet égard.

  • Ayez conscience que les jeunes présentent une sensibilité accrue aux messages concernant leur corps.
  • Accordez-leur plus d'indépendance en ce qui concerne leur style vestimentaire et les décisions sur leur apparence.
  • Encouragez les jeunes à se concentrer sur leurs propres aspects physiques qu'ils apprécient et qui les mettent en confiance.
  • Montrez l'exemple – évitez de critiquer votre propre corps.

Les connaissances sur la nutrition et l'alimentation saine s'étendent

Il peut former ses propres opinions sur l'alimentation et la nutrition, et exprimer un désir de contrôle indépendant à cet égard.

  • Autorisez un certain libre arbitre en ce qui concerne les préférences alimentaires.
  • N'oubliez pas que la nutrition joue un rôle clé sur un développement sain à cette période. Fournissez des renseignements (p. ex., consultez le Guide alimentaire canadien).
  • Encouragez des habitudes et routines alimentaires saines (p. ex., faites participer les jeunes aux achats d'épicerie ou à la préparation des repas).
  • Engagez les jeunes dans des discussions sur des pratiques alimentaires saines et surveillez les changements importants de leur alimentation qui pourraient indiquer des troubles alimentaires.
Haut