Tu es làSkip Navigation Links > Accueil > Professionnels > Intensifions nos efforts > Le rapport annuel 2014 > Collectivités coordonnées et adaptées aux jeunes

Intensifions nos efforts

Collectivités coordonnées et adaptées aux jeunes

Intensifions nos efforts : Les collectivités « adaptées aux jeunes »

Photo de trois jeunes hommes qui plantent un arbre.

Étude de cas

Fondé en 2003, Play Works est un groupe d’organismes sans but lucratif – intervenant dans les domaines du sport, de l’activité physique, de l’engagement civique, des arts et de la culture, de la jeunesse rurale et des loisirs – qui prônent l’importance et le potentiel des activités ludiques dans la vie des jeunes. Play Works a pour ambition de favoriser le bien-être des jeunes de l’Ontario en créant des environnements propices à la croissance et au développement des jeunes par le jeu.

Depuis 2005, Play Works a reconnu 40 collectivités de l’Ontario comme étant « adaptées aux jeunes ». Ces collectivités ont adopté des pratiques exemplaires permettant d’aider les jeunes à se sentir inclus, connectés et valorisés :

Ville de Sault Ste. Marie : Proposer des soutiens communautaires en faveur du développement positif des jeunes

L’Algoma District School Board et le Huron-Superior Catholic District School Board ont travaillé ensemble à la conception d’une « politique d’auto-identification volontaire des élèves autochtones », en coopération avec les représentants du Conseil tribal de North Shore, du Sault Ste. Marie Indian Friendship Centre et de Métis Nation of Ontario. Cette politique permet aux conseils scolaires de recueillir des données aux fins d’amélioration des programmes d’éducation autochtone en faveur d’un développement sain et de proposer des programmes d’aide efficaces aux élèves autochtones qui ont opté pour l’auto-identification.

Canton de Rideau Lakes : Valoriser et accorder une place aux jeunes

Le journal local Review Mirror accorde une place aux jeunes en proposant sans aucun frais l’ensemble des annonces et articles dédiés à la jeunesse. Il met régulièrement en vedette des sujets intéressant les jeunes, notamment des contributions hebdomadaires rédigées par les élèves locaux et un coup de projecteur baptisé « Lion of the Week » (Lion de la semaine) qui rend hommage aux réalisations d’un élève du secondaire dans n’importe quel domaine de la vie scolaire. La « Spartan Scene » est une colonne abordant la vie des élèves et rédigée par un élève choisi chaque année par ses pairs. Une rubrique du journal est également consacrée aux finissants des écoles secondaires locales et met en lumière leurs accomplissements et distinctions.

Ville de Hanover : Aider les jeunes à se sentir à l’aise dans leur propre collectivité

Le programme « Youth-Friendly Business/Agency » (Entreprise/Organisme adapté(e) aux jeunes) met en avant les entreprises considérées comme adaptées aux jeunes et encourage une meilleure interaction avec la jeunesse. Citons en exemple un organisme de littératie local qui travaille avec une école secondaire locale pour proposer chaque année un stage coopératif à un élève. Ce programme a pour but d’offrir aux jeunes des perspectives de développement par le biais d’initiatives d’emploi, de tarifs spéciaux, de marques de reconnaissance, etc.

Collectivités coordonnées et adaptées aux jeunes

Résultats prioritaires #19, 20

Mettre à profit les atouts communautaires

Les collectivités de l’Ontario veulent que leurs jeunes restent en bonne santé, réussissent à l’école, se sentent en sécurité, participent à la vie de leur collectivité et deviennent des adultes épanouis. Pour atteindre ces objectifs, il est nécessaire d’instaurer une coordination : les personnes, les organismes et les collectivités doivent travailler de concert dans l’intérêt des jeunes.

Importance des collectivités coordonnées et adaptées pour les jeunes de l’Ontario :

Les jeunes vivant dans des collectivités adaptées se sentent davantage soutenus, connectés, impliqués, valorisés et en sécurité.

Importance pour l’Ontario :

Les jeunes vivant dans des collectivités adaptées reçoivent les soutiens coordonnés dont ils ont besoin pour réaliser leur plein potentiel et contribuer à la société.


Photo de deux jeunes filles à la patinoire.

État des lieux des collectivités coordonnées et adaptées aux jeunes en Ontario

Le secteur des services à la jeunesse de l’Ontario est fragmenté : Parmi les intervenants du secteur des services à la jeunesse de la province figurent des instances du gouvernement fédéral, du gouvernement provincial, des administrations municipales et des gouvernements des Premières Nations, mais aussi les écoles, les fournisseurs de soins de santé, les organismes communautaires et les parents. Dans la plupart des collectivités, il n’existe pas de réseau officiel permettant d’unifier ces secteurs et il peut s’avérer difficile pour les familles et les jeunes d’identifier les soutiens et services à leur disposition.

Certaines collectivités instaurent des stratégies collaboratives en faveur de la jeunesse : Certaines collectivités de tout l’Ontario ont uni leurs forces pour créer des environnements propices au développement et à l’épanouissement des jeunes.

La recherche indique que seulement 54 p. 100 des organismes proposant des programmes et services à la jeunesse tentent de coordonner leurs actions avec d’autres organismes225.

Ces huit dernières années, le programme de reconnaissance des collectivités adaptées aux jeunes du groupe de partenaires Play Works a mis en lumière le travail accompli par 40 collectivités à travers les mesures prises pour garantir aux jeunes âgés de 13 à 19 ans l’accès au sport, aux loisirs, au théâtre, à la danse, à la musique, aux arts, au bénévolat, au développement du leadership, au leadership en matière de services et/ou à l’engagement civique226.


Favoriser la planification communautaire adaptée aux jeunes


Photo de trois personnes qui font du patin à glace.

Une collectivité adaptée aux jeunes doit s’engager à favoriser le développement positif des jeunes par le biais d’activités récréatives et ludiques, d’initiatives en faveur de l’engagement et du bénévolat et de la création d’espaces accessibles. Les collectivités qui valorisent, mettent en lumière et saluent les accomplissements des jeunes contribuent à renforcer leur sentiment d’acceptation et d’implication. Elles encouragent les jeunes à assumer le leadership au sein de la collectivité et à s’impliquer dans la prise de décision.

Voici quelques axes en faveur de la promotion des collectivités inclusives et adaptées aux jeunes :

Faire des jeunes une priorité : Nous savons que les programmes et les services qui appuient le développement de la jeunesse ont un impact positif sur les collectivités dans leur ensemble. Donner la priorité aux jeunes signifie deux choses : réfléchir sur les services dont ils ont le plus besoin et fournir un appui continu à ceux qui les soutiennent. Il peut s’agir de s’assurer de la disponibilité de programmes communautaires spécifiques à la jeunesse ou de périodes de loisirs pour les jeunes. Grâce à la pérennité de la planification pour les programmes destinés à la jeunesse et pour les organismes communautaires ou menés par les jeunes, la jeunesse peut avoir un accès constant aux personnes et aux activités qui lui sont bénéfiques.

Reconnaître les besoins des jeunes : Pour rendre les collectivités adaptées aux jeunes, il convient de réfléchir aux types d’activités, de services et de soutiens qui comptent le plus aux yeux des jeunes, comme l’accès à des possibilités en matière de loisirs, de bénévolat, de leadership et d’apprentissage. Le renforcement des aptitudes scolaires, sociales, physiques et émotionnelles, la baisse de l’incidence des comportements à risque et des cas d’exclusion sociale, la réduction de la criminalité et des problèmes de santé mentale peuvent être la conséquence positive d’une planification communautaire tenant compte des besoins des jeunes227. Pour rendre les collectivités plus inclusives et solidaires des jeunes, il est nécessaire que leurs points de vue soient mieux reconnus par les partenaires communautaires.

Proposer des espaces adaptés aux jeunes : L’accès à des espaces sécuritaires propices au développement et à l’épanouissement des jeunes, ainsi qu’à la communication avec les pairs, s’avère bénéfique pour les jeunes. Ces lieux peuvent être des centres commerciaux, des bibliothèques, des centres communautaires, des cinémas, des planchodromes, des centres culturels, des haltes-accueil ou des programmes d’activités après l’école. La création d’espaces sécuritaires pour les jeunes leur permet de se sentir bien accueillis; il s’avère également bénéfique pour les collectivités de créer des espaces plus sûrs et plus inclusifs. Pour que ces lieux soient attrayants pour les jeunes, il faut réfléchir à leurs besoins et préférences et impliquer la jeunesse dans le processus de planification et de prise de décision. Il peut s’agir de proposer des lieux tolérants aux jeunes qui se sentent isolés du fait de leur orientation sexuelle, d’une déficience ou d’un besoin particulier, de leur difficulté à communiquer dans une autre langue, ou pour d’autres raisons. Des études suggèrent que les « carrefours communautaires » peuvent offrir un soutien supplémentaire important aux jeunes marginalisés qui résident dans des quartiers défavorisés où les espaces conçus pour les jeunes seraient sinon en nombre limité.

Résultat attendu :

No 19 : Les jeunes de l’Ontario ont accès à des espaces sécuritaires qui leur offrent des possibilités intéressantes en matière de divertissement et de loisirs.

Indicateurs de suivi :


Améliorer l’information et la coordination des services à la jeunesse de l’ontario


Photo de quatre jeunes qui marchent dans un couloir.

Les parents, les proches, les mentors, le personnel enseignant, les employeurs, les médecins, le personnel infirmier, les bénévoles, les conseillers, les fournisseurs de services sociaux et d’autres intervenants jouent tous un rôle important dans le développement positif des jeunes. Nous voulons faire des collectivités de l’Ontario des lieux offrant à tous les jeunes l’accès à un continuum de soutiens favorisant leur développement positif.

Voici quelques axes en faveur de l’amélioration de la coordination au sein des collectivités de l’Ontario :

Faciliter la compréhension du fonctionnement des soutiens : Un grand nombre de soutiens sont mis à la disposition des jeunes à travers l’Ontario. Toutefois, comme nous le savons, il s’avère parfois difficile pour les jeunes et leurs familles de comprendre comment s’orienter dans la myriade de programmes proposés et de comprendre comment accéder aux services et soutiens appropriés.

La recherche indique que les moments charnières dans la vie des jeunes (p. ex. entrer à l’école secondaire, la quitter, déménager du domicile familial) sont particulièrement importants pour leur développement, et qu’en aidant concrètement les jeunes à gérer ces transitions, on contribue à leur réussite à l’âge adulte. D’autres jeunes, notamment ceux qui ont des besoins complexes ou ceux qui sont pris en charge, auront peut-être besoin d’un coup de pouce supplémentaire pour passer des services conçus pour les jeunes à ceux destinés aux adultes. Certains jeunes, y compris les jeunes Autochtones et les jeunes qui vivent dans des collectivités rurales ou éloignées, ont besoin de vivre en dehors du domicile familial pendant des périodes prolongées afin d’avoir accès à un enseignement ou à d’autres services. Ces jeunes peuvent aussi avoir des besoins supplémentaires pour gérer les transitions.

Du fait de leur affinité avec la technologie et les médias sociaux, le recours aux ressources en ligne pourrait constituer un moyen utile pour que les jeunes trouvent l’aide dont ils ont besoin. Plusieurs annuaires en ligne existent déjà (comme Etablissement.Org ou 211Ontario.ca) et illustrent cette démarche d’aide à l’orientation au sein du système de services.

Renforcer la collaboration entre les secteurs : Tous les échelons gouvernementaux (gouvernement fédéral, gouvernement provincial, administrations municipales et gouvernements des Premières Nations) et les collectivités (écoles, services de santé, organismes communautaires, secteur philanthropique et secteur privé) ont un rôle à jouer en participant conjointement à la mise en œuvre d’un système de services collaboratifs et intégrés. Un secteur de services à la jeunesse coordonné et collaboratif est un secteur qui permet d’offrir un continuum de services et de mécanismes de soutien qui soit large et souple et qui réponde aux besoins des jeunes au fil de leurs transitions sur le plan de l’âge, du développement et des études228.

Résultat attendu :

No 20 : Les jeunes de l’Ontario connaissent les ressources mises à disposition dans leur collectivité et comprennent facilement comment y avoir accès.

Indicateurs de suivi :


Que fait l’Ontario pour concrétiser ces résultats?


Photo de deux jeunes qui travaillent à un projet d’artisanat.

Le gouvernement de l’Ontario mène diverses initiatives pour encourager les collectivités à être adaptées aux jeunes et coordonnées :

Programme ontarien d’activités après l’école

Le Programme ontarien d’activités après l’école donne à 18 000 élèves de la 1re à la 12e année vivant dans des quartiers prioritaires la possibilité de participer après l’école à des activités divertissantes, sécuritaires et supervisées. Ce programme se traduit par un accroissement de l’activité physique, des modes d’alimentation plus sain, un meilleur rendement scolaire et une diminution de la violence chez les jeunes.

Programme des intervenants auprès des jeunes (PIJ)

Le PIJ aide les jeunes à risque et « difficilement accessibles », ainsi que leurs familles, à entrer en relation avec les services de leur collectivité. L’Ontario emploie 97 intervenants auprès des jeunes dans neuf collectivités à besoins élevés, à savoir Windsor, Hamilton, Thunder Bay, London, Durham, Ottawa, Peel, York et Toronto.

Initiative d’utilisation communautaire des installations scolaires

En vue d’accroître l’accès à des programmes abordables pour la jeunesse dans les collectivités insuffisamment desservies, l’Initiative d’utilisation communautaire des installations scolaires offre un financement aux conseils scolaires afin qu’ils puissent mettre des lieux scolaires à la disposition des groupes communautaires sans but lucratif, à un tarif réduit, en dehors des heures de classe normales.

Haut