Tu es làSkip Navigation Links > Accueil > Professionnels > Intensifions nos efforts > Le rapport annuel 2014 > Emploi et entrepreneuriat

Intensifions nos efforts

Emploi et entrepreneuriat

Intensifions nos efforts : Programme d’emploi pour les jeunes

Photo d’un jeune homme qui tient un ballon de football.

Étude de cas

Une étoile montante du football parmi les anciens participants au Programme d’emploi pour les jeunes de Windsor, en Ontario

En 2008, Tyrone Crawford a été soutenu par le Programme d'emploi pour les jeunes du gouvernement de l'Ontario, qui a fourni à 4 300 jeunes de l'Ontario un emploi d'été lors de l'été 2012. Depuis 2006, le Programme d'emploi pour les jeunes propose une formation et un soutien de préparation à l’emploi, aide les jeunes à trouver un emploi rémunéré en juillet-août et leur offre un soutien après placement.

L’histoire de Tyrone Crawford...

Après l’obtention de son diplôme d’études secondaires à Windsor, Tyrone a poursuivi ses études à la Boise State University, dans l’Idaho, tout en jouant en ligne défensive dans l’équipe de football. En 2012, Tyrone a été sélectionné pour le repêchage par les Dallas Cowboys afin d’intégrer la Ligue nationale de football — et c’est par son éthique du travail qu’il a attiré l’attention de ses entraîneurs et partisans.

« Quand j’ai commencé à travailler au Border City Boxing Club dans le cadre du Programme d’emploi pour les jeunes, j’ai pu constater à quel point les boxeurs travaillaient dur, VRAIMENT dur. Je me suis aussi rendu compte que les enfants de mon quartier me considéraient comme un modèle. Travailler dur et contribuer à la vie de ma collectivité sont tout simplement des choses qui me rendent fier, autant que d’avoir poursuivi ma carrière dans le football. »

« Je suis originaire de Windsor, en Ontario. Comme tant d’enfants de mon quartier, mon frère et moi devions nous débrouiller pour payer les petits extras dont nous avions envie. C’est la raison pour laquelle nous avons participé au Programme d’emploi pour les jeunes. J’ai décroché un emploi au Border City Boxing Club et j’y ai fait le ménage et passé l’aspirateur très souvent. Il m’est aussi arrivé de mettre le sac d’entraînement et de laisser les boxeurs me donner des coups pour voir ce dont ils étaient capables. Cela m’a ouvert les yeux et m’a poussé à travailler plus fort au football. »

« Le Programme d’emploi pour les jeunes m’a permis d’améliorer mes compétences organisationnelles, d’apprendre le travail d’équipe et la ponctualité et d’acquérir toutes les compétences nécessaires pour réussir dans la vie. » – Tyrone Crawford

Emploi et entrepreneuriat

Résultats prioritaires #10, 11, 12

L’emploi des jeunes est une priorité

La jeune main-d’œuvre de l’Ontario est un facteur clé de la réussite de la province au sein de l’économie mondiale actuelle. Nous devons travailler avec les employeurs et aider nos jeunes travailleurs à se sentir en sécurité, à se spécialiser et à faire preuve de résilience et d’adaptabilité pour qu’ils puissent être prêts à travailler dans divers secteurs, notamment la vente au détail, les technologies de l’information, les métiers spécialisés et la médecine.

Importance de l’emploi et de l’entrepreneuriat chez les jeunes de l’Ontario :

Les études démontrent que le travail contribue à renforcer le sentiment d’identité, d’intégration et de bien-être des jeunes. Il leur donne aussi l’occasion de créer des liens avec autrui et d’acquérir les compétences nécessaires pour apporter leur contribution à la société148.

Importance pour l’Ontario :

Les jeunes travailleurs et entrepreneurs contribuent à notre économie et au maintien de la prospérité de l’Ontario. Ils montrent souvent la voie vers l’innovation et la créativité en créant des entreprises, en formulant des idées novatrices et en offrant de nouveaux points de vue. L’économie de l’Ontario tire profit des contributions de ces jeunes talentueux.

État des lieux de l’emploi et de l’entrepreneuriat chez les jeunes de l’Ontario

La main-d’œuvre évolue : La réalité démographique en Ontario ne trompe pas : notre incroyable vivier de jeunes talents — l’avantage concurrentiel de notre province, que nombre de pays développés nous envient — représente une part de plus en plus réduite de la population totale de la province. Dans le même temps, l’Ontario assiste au vieillissement de ses enfants de l’après-guerre. Du fait du départ à la retraite de nos travailleurs âgés, les jeunes feront face à une plus forte demande du marché du travail, en quête de compétences et de talents spécifiques.

Le marché du travail de l’Ontario est lui aussi en pleine mutation : Aujourd’hui, les jeunes qui souhaitent obtenir un emploi sont confrontés à divers changements sans précédent en ce qui a trait aux marchés du travail, à l’infrastructure et aux progrès technologiques. Dans notre société, le diplôme d’études secondaires est un prérequis indispensable pour les jeunes. Aujourd’hui, le nombre d’emplois nécessitant une éducation postsecondaire, quelle qu’elle soit, est plus important que jamais.

Les jeunes hommes sont plus susceptibles que les femmes d’être employés dans le secteur manufacturier ou dans celui du bâtiment. La baisse globale des perspectives d’emploi observée dans le secteur manufacturier en Ontario a eu un impact négatif sur le taux d’emploi de ce groupe au cours de la dernière décennie.

Les jeunes sont souvent les plus touchés en période de crise économique : En 2012, le taux de chômage des jeunes de l’Ontario était de 16,9 p. 100, soit au-dessus de la moyenne nationale établie à 14,3 p. 100. Le taux de chômage des jeunes hommes était de 18,4 p. 100. En outre, 9,5 p. 100 des jeunes de l’Ontario ne sont pas scolarisés, ne suivent pas de formation et n’occupent pas d’emploi149. Certains jeunes risquent plus que d’autres de connaître le chômage : c’est le cas des jeunes racialisés, des jeunes handicapés ou des jeunes qui ont un casier judiciaire. Quand il s’agit de trouver un emploi, ces jeunes rencontrent en effet des difficultés supplémentaires par rapport à leurs pairs.

L’entrepreneuriat fait recette auprès des jeunes : D’après une étude européenne portant sur les attitudes à l’égard du travail indépendant, les jeunes âgés de 15 à 24 ans semblent plus susceptibles de créer une entreprise dans un avenir proche que les adultes plus âgés150. En 2000, 9 p. 100 des petites et moyennes entreprises du Canada étaient détenues par de jeunes entrepreneurs151. Dans 7 p. 100 des cas, les entreprises appartenant à des jeunes sont implantées dans les industries du savoir, contre 4 p. 100 des affaires détenues par les entrepreneurs plus âgés152.

Soutenir l’emploi des jeunes

Les jeunes acquièrent de précieuses compétences de la vie quotidienne par le biais de leurs expériences professionnelles. La recherche démontre que l’emploi est un tremplin essentiel pour aider les jeunes dans l’amélioration de l’auto-efficacité, l’acquisition d’aptitudes sociales, la constitution de réseaux et le renforcement de la confiance en soi et de la maîtrise de soi153. Les relations qu’ils établissent au travail avec des adultes hors du cercle familial et de l’école contribuent à forger leur vision et leur futur rôle au sein de la société.

Voici quelques axes en matière de promotion de l’emploi chez les jeunes :

Aider les jeunes à faire la transition vers le marché du travail : Lors de leurs expériences professionnelles, les jeunes acquièrent les compétences dont ils auront besoin pour devenir des travailleurs efficaces à l’âge adulte. Nous savons que les jeunes ayant déjà travaillé ont généralement moins de difficultés à obtenir un emploi stable et de longue durée. Les données probantes suggèrent également que la qualité de l’emploi et la durée de la période sans emploi des jeunes sont des facteurs déterminants dans la concrétisation des perspectives d’emploi durables154.

L’acquisition d’une expérience pratique pendant la scolarité par le biais d’initiatives d’éducation coopérative ou dans le cadre d’emplois à temps partiel renforce l’employabilité des jeunes et leur permet de développer les compétences techniques nécessaires pour s’imposer sur le marché du travail dans le contexte économique actuel. Divers soutiens complémentaires peuvent également favoriser la préparation à l’emploi des jeunes, notamment les services d’orientation professionnelle à l’école, les programmes d’approche, les mentorats professionnels et les aides à la recherche d’emploi. De plus, les employeurs peuvent appuyer l’emploi des jeunes en reconnaissant les contributions que ceux-ci peuvent apporter et en les intégrant au marché du travail à l’occasion de leur premier emploi.

En 2006, on constatait un taux de chômage de 21,9 p. 100 chez les jeunes handicapés âgés de 15 à 19 ans contre 15,9 p. 100 chez les jeunes non handicapés. De même, le taux de chômage s’établissait à 15,1 p. 100 chez les jeunes handicapés âgés de 20 à 24 ans, contre 9,9 p. 100 chez les jeunes non handicapés155.

Les jeunes Autochtones ont également de moins bonnes perspectives d’emploi comparé à la population non autochtone en Ontario. Le taux de chômage est également sensiblement plus élevé (21 p. 100) chez les jeunes Autochtones qu’au sein de la population non autochtone (14 p. 100).


Photo d’un jeune homme qui fait des travaux dans une maison et qui utilise un marteau.

Élargir l’accès à l’emploi pour les jeunes à risque : Pour certains jeunes, la transition vers le marché du travail s’accompagne de défis majeurs. De fait, 46 p. 100 des clients d’Emploi Ontario sont des jeunes156. Le taux de chômage observé chez les nouveaux arrivants, les minorités visibles, les jeunes Autochtones et les jeunes hommes s’avère supérieur à celui de la population générale157. Diverses études démontrent que les jeunes racialisés affichent d’importants écarts en termes de revenus et de taux de chômage158, 159. Les jeunes ayant abandonné les études secondaires ont également des difficultés à trouver du travail. Le taux de chômage des décrocheurs de 20 à 24 ans est deux fois supérieur à celui des autres jeunes du même âge160. Le fait d’intégrer rapidement le marché du travail est important pour les jeunes handicapés qui tentent de le rejoindre pour la première fois, étant donné qu’ils font face à un plus grand nombre d'obstacles à l’emploi et qu’ils accèdent moins facilement que leurs pairs à des possibilités de perfectionnement professionnel et personnel. Les programmes d’aide à l’emploi des jeunes qui souhaitent atteindre les jeunes les plus marginalisés devraient également tenir compte des obstacles auxquels ces jeunes risquent de faire face en matière d’emploi (p. ex. en ce qui concerne les exigences relatives au casier judiciaire).

Résultat attendu :

No 10 : Les jeunes de l’Ontario ont la possibilité de vivre des expériences professionnelles constructives.

Indicateurs de suivi :


Aider les jeunes à acquérir les compétences nécessaires pour réussir au travail et créer une entreprise


Photo d’une jeune fille qui porte un casque de chantier.

Aujourd’hui, peu de jeunes passent directement des études à un emploi stable et de longue durée. Et une fois cette étape franchie, il est fort probable qu’ils seront amenés à occuper divers emplois au cours de leur vie et à changer plusieurs fois d’orientation professionnelle161. Bon nombre de jeunes commencent à travailler pendant leur scolarité et peuvent alterner entre travail et études pendant un certain temps. Ils seront nombreux à poursuivre leurs études ou à suivre une formation même après avoir obtenu un emploi à temps plein, tandis que d’autres occuperont divers emplois avant de trouver une carrière qui leur convient.

Voici quelques axes visant à soutenir la main-d’œuvre actuelle :

Préparer les jeunes en fonction des besoins du marché du travail de l’Ontario : En raison de l’impact des technologies émergentes sur le marché du travail et de l’évolution rapide de la société, bon nombre des emplois que les jeunes occuperont à l’avenir n’existent pas encore aujourd’hui. Les jeunes travailleurs doivent être en mesure de s’adapter à cette transformation des besoins en améliorant leur flexibilité et leur employabilité. Le développement de ces compétences peut nécessiter l’instauration de liens solides entre l’école et le secteur de l’emploi afin d’aider ces jeunes travailleurs à mettre l’accent sur le perfectionnement de leurs compétences et le renforcement de leurs capacités professionnelles. De récents rapports ont mis en évidence le fait que les employeurs jouent un rôle important dans ce domaine et suggèrent qu’il faut encourager davantage les investissements dans la formation des jeunes travailleurs162.

Encourager l’acquisition de compétences en gestion d’entreprise : Les jeunes peuvent apporter une réponse à certains défis socioéconomiques ontariens en faisant appel à leur créativité, leur persévérance, leur confiance en eux et leur énergie, dans un rôle d’entrepreneur. La recherche suggère que l’entrepreneuriat constitue une possibilité de plus en plus importante pour la sécurité économique des jeunes163. Il apparaît aussi que le fait de mieux sensibiliser les jeunes Ontariennes et Ontariens aux atouts de l’entrepreneuriat est un aspect capital pour la création d’une économie fondée sur l’innovation et concurrentielle à l’échelle internationale164. Le secteur de l’éducation et le secteur privé peuvent jouer un rôle important dans le renforcement de la culture entrepreneuriale en Ontario165. Les programmes de stages, d’apprentissage par l’expérience et d’éducation coopérative en partenariat avec le secteur privé sont un moyen d’offrir très tôt aux jeunes une expérience pratique essentielle pour la gestion de sa propre entreprise. Par ailleurs, les soutiens aux jeunes entrepreneurs peuvent contribuer à la réussite à long terme des entreprises et organismes dirigés par des jeunes.

Plus de 100 000 entreprises voient le jour chaque année en Ontario et, parmi ces nouveaux entrepreneurs, on compte trois fois plus de jeunes que de personnes âgées de plus de 45 ans. Près du tiers des entreprises canadiennes détenues par des jeunes sont établies en Ontario166.

Résultat attendu :

No 11 : Les jeunes de l’Ontario disposent des compétences et des ressources nécessaires à la construction d’une carrière ou au développement d’une entreprise.

Indicateurs de suivi :


Garantir un milieu de travail sécuritaire et solidaire pour les jeunes


Photo d’un jeune homme qui utilise un ordinateur.

Les jeunes s’épanouissent lorsqu’ils se sentent soutenus et en sécurité au travail. Pour que les jeunes Ontariennes et Ontariens aient une carrière réussie, il ont besoin que leur milieu de travail leur offre des débouchés qui soient sécuritaires et leur permettent d’apprendre. La sécurité au travail est particulièrement importante pour les jeunes.

Voici quelques axes en faveur de la création d’environnements sécuritaires et solidaires pour les jeunes :

Accorder une attention accrue à la sécurité des jeunes travailleurs : La recherche démontre que les jeunes peuvent être exposés à davantage de risques au travail que leurs homologues plus âgés. Les jeunes travailleurs de sexe masculin sont plus susceptibles de se blesser au travail. Selon les études, cet état de fait étant corrélé à leur probabilité accrue d’occuper des emplois à haut risque et/ou des postes impliquant un niveau d’effort physique relativement élevé167. La recherche démontre que les nouveaux travailleurs sont plus exposés aux accidents du travail168. Dans de nombreux cas, les jeunes occupent des emplois précaires ou plusieurs emplois à temps partiel; le risque est donc accru pour ces « nouvelles recrues ». En outre, nous savons que la structure du pouvoir en milieu de travail peut aboutir à la négation des préoccupations des jeunes travailleurs ou contraindre les adolescents à taire leurs conditions de travail169.

Le taux de blessure des travailleurs qui sont entrés en fonction depuis moins d’un mois est nettement supérieur à celui des travailleurs plus expérimentés170.

Le risque de blessure est trois fois plus élevé chez les jeunes travailleurs non diplômés ne fréquentant plus l’école que chez les jeunes travailleurs faisant des études postsecondaires, indépendamment de l’âge, du type de poste ou des horaires de travail171.

Informer les jeunes de leurs droits et devoirs au travail : Un milieu de travail sécuritaire et solidaire est un environnement qui permet aux jeunes d’appréhender leurs droits et leurs devoirs et au sein duquel ils sont traités avec respect et de façon inclusive. Il est possible que les jeunes travailleurs aient besoin de plus d’espace et d’encouragements pour exprimer leurs préoccupations à l’égard des conditions de travail. Il est important de dispenser une formation en cours d’emploi, d’éduquer et de superviser les jeunes travailleurs afin de préserver leur santé et leur sécurité. En offrant aux jeunes un milieu de travail sécuritaire et solidaire, les employeurs leur donnent la possibilité d’apprendre leurs droits et leurs devoirs en tant qu’employés. Les environnements solidaires permettent aussi de donner aux jeunes travailleurs des possibilités de se former à la résolution de conflits et à la négociation – autant d’atouts pour leur future carrière.

Résultat attendu :

No 12 : Les jeunes de l’Ontario sont soutenus et en sécurité au travail.

Indicateurs de suivi :


Que fait l’Ontario pour concrétiser ces résultats?

Le gouvernement de l’Ontario mène diverses initiatives en faveur de l’emploi et de l’entrepreneuriat des jeunes :

Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes

La nouvelle Stratégie ontarienne d’emploi pour les jeunes investira 295 millions de dollars sur deux ans afin de créer des possibilités d’emploi pour environ 30 000 jeunes, tout en promouvant l’entrepreneuriat et l’innovation.

Programme Accent sur les jeunes

Le Programme Accent sur les jeunes offre des perspectives d’emploi et des activités de loisirs aux jeunes qui grandissent dans des quartiers défavorisés. Plus de 100 000 enfants et jeunes issus de quartiers défavorisés d’Ottawa, de Toronto, de Hamilton et de Windsor ont participé à des programmes récréatifs et 5 000 jeunes ont occupé un emploi dans le cadre de cette initiative.

Travailleur avisé, travailleur en santé!

Le programme Travailleur avisé, travailleur en santé! est une ressource pratique pour la salle de classe mise gratuitement à la disposition du personnel enseignant afin de dispenser aux jeunes des cours sur la sécurité. Aujourd’hui, la santé et la sécurité font partie intégrante de l’enseignement prodigué en Ontario au travers de plus de 80 cursus d’études secondaires différents et tout au long du curriculum à l’école élémentaire.

Haut