Tu es làSkip Navigation Links > Accueil > Les jeunes et la loi > Exemples de réussite

Exemples de réussite

Chaque adolescente et adolescent vit une situation qui lui est propre. Les personnes qui œuvrent dans le système de justice pour la jeunesse de l’Ontario, y compris les agents et agentes de probation, tiennent compte des facteurs de risque et des points forts des jeunes dans l’appui qu’elles offrent à ces derniers.

Voici quelques histoires d’agents ou d’agentes de probation de l’Ontario au sujet de jeunes dont la réinsertion sociale a été un succès.

Renouvellement du lien avec la collectivité au moyen de la musique

par un agent ou une agente de probation en Ontario

« Le cas d’un jeune qui purgeait une peine de 21 mois pour une accusation très grave a été porté à mon attention. Ce jeune luttait avec la perte de sa mère, la toxicomanie et des pensées suicidaires.

Ce jeune ne bénéficiait d’aucun soutien dans la collectivité. Il était désengagé, avait une attitude fataliste et n’avait aucun modèle adulte favorable.

En tant qu’agent de probation, j’essaie toujours de saisir les points forts d’un jeune. Je sais que de miser sur ces forces peut aider un jeune à éviter de commettre d’autres infractions.

Ainsi, j’ai rapidement réalisé que ce jeune homme aimait la musique et avait du talent dans ce domaine. Il n’avait malheureusement pas eu le temps de le développer. Il devait composer avec une mère malade et le stress inhérent à des accusations criminelles en suspens.

Une équipe du bureau de probation a aidé ce jeune à renouer son lien avec la musique. Après un certain temps, en plus de jouer devant public, il s’est inscrit à un programme de musique.

Il a également vécu une expérience extrêmement fructueuse avec d’autres organismes de soutien communautaire vers lesquels le bureau de probation l’avait aiguillé. Il a commencé à examiner et améliorer les comportements qui l’avaient amené à commettre un crime.

Pour la première fois, ce jeune homme s’est porté volontaire. En collaboration avec notre bureau de probation, il a conçu, organisé et tenu une campagne de collecte d’aliments locale. Lors d’un sondage de suivi, il a indiqué que son expérience de bénévolat avait été significative.

Lors de notre dernière séance de rapport au bureau de probation, ce jeune a joué la pièce choisie pour son audition à un programme d’études postsecondaires. Pour la première fois depuis longtemps, il a dit être heureux. Son attitude et sa manière de voir la vie étaient nouvelles et revigorées, avec un but à atteindre et un plan pour y parvenir. »

Redonner à la collectivité

par un agent ou une agente de probation en Ontario

« Lorsque j’ai rencontré ce jeune, il avait 12 ans et n’allait pas à l’école. Il consommait de la drogue et buvait de l’alcool chaque jour depuis l’âge de 8 ans. Aucun parent ni enseignant ne prenait le temps de se pencher sur ses problèmes et de les régler. Il enfreignait constamment la loi et s’enlisait de plus en plus dans une vie axée sur de mauvais choix.

Pour changer, il devait se réinventer. Pour ce faire, il devait renoncer à tous ceux qui l’acceptaient et à toutes les choses qu’il aimait – sa famille de la rue. Il devait désapprendre tout ce qui lui semblait normal. Ce jeune homme devait soit devenir membre à part entière d’une bande, soit choisir un parcours plus difficile, c’est à dire quitter sa bande, qui était sa famille, et se sentir de nouveau isolé.

Le cœur abîmé par un foyer brisé et peu d’adultes sur qui compter, il s’était tourné vers la criminalité en guise d’appel à l’aide.

Nous, en tant que membres du système de justice pour la jeunesse, tentons tout d’abord de comprendre les besoins d’un jeune afin de pouvoir l’aider à éviter les ennuis. Nous examinons les risques et les forces de chaque jeune. Si nous parvenons à atténuer les risques et à miser sur ses forces, le jeune est moins susceptible de commettre un autre crime, et la collectivité sera plus en sécurité.

En travaillant avec ce jeune, nous avons réalisé qu’il avait toujours eu une passion pour l’école. Il avait toutefois été incapable d’établir un lien avec des enseignants qui s’intéressaient véritablement à lui ou à sa situation familiale. Il avait été expulsé.

Nous l’avons donc encouragé à lire et à poser des questions. Il est devenu plus confiant en lui même et engagé. Après avoir participé au programme pour élèves expulsés et être retourné à l’école, il a commencé à voir son vrai potentiel. Il a réalisé que le tableau d’ensemble comprenait des études collégiales ou universitaires, une carrière et une contribution au bien être de la collectivité.

Il travaille maintenant avec des enseignants, des directeurs, ses compagnons d’école et l’administration scolaire pour redonner à la collectivité. Ce jeune a été invité à siéger à un conseil formé d’enseignants, de parents et de membres du personnel administratif. Il a présenté des idées axées sur l’amélioration de la sécurité dans l’école et dans la collectivité. Il est le porte parole de son école et il discute avec passion de situations de la vie réelle avec lesquelles les jeunes d’aujourd’hui doivent lutter.

Ce jeune homme maintient son engagement avec toutes ses réalisations parascolaires. Maintenant en secondaire V, il conserve une moyenne globale de 90 % depuis son retour sur les bancs d’école. Il espère décrocher son diplôme d’études secondaires et aller au collège ou à l’université. »